logo 24matins

actualites · france

Piratage récent de données de santé : possibilité de plainte en ligne

Piratage récent de données de santé : possibilité de plainte en ligne
Publié le 12 févr. 2024 à 17:30

33 millions de Français auraient été victimes de fuites après des cyberattaques contre Viamedis et Almeys.

Les 1er et 5 février derniers, deux opérateurs français du tiers payant étaient victimes de piratage informatique.

D’après les estimations de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), ce sont plus de 33 millions de Français qui sont concernés.

“Formulaire de lettre-plainte électronique”

D’un côté certes, le parquet de Paris a ouvert une enquête après plainte déposée par les opérateurs concernés, Almerys et Viamedis. Cependant, les particuliers ont aussi la possibilité de porter plainte via un “formulaire de lettre-plainte électronique” mis en place par le gouvernement.

Sur le site gouvernemental Cybermalveillance, une page spécifique accueille ainsi celles et ceux désireux de déposer plainte.

Pas de commissariat ni de gendarmerie

Sur le site, est indiqué le fait que les victimes peuvent mener cette action “sans avoir à se rendre dans un commissariat ou une gendarmerie”.

Toutefois, peuvent peuvent porter plainte les personnes ayant été informés par leur mutuelle que leurs données sont susceptibles d’avoir fuité.

Quelles données sont concernées ?

Les plaignants devront renseigner certaines informations, comme des éléments d’identité mais également nom de l’assurance santé ou mutuelle. La lettre, une fois dûment remplie, peut être adressée par courriel ou lettre postale.

Les données ont acquises illégalement “sont susceptibles d’être utilisées notamment pour des campagnes d’hameçonnage”, explique le gouvernement. Il s’agit de “vos données d’identité (nom, prénom, date de naissance), votre numéro de Sécurité sociale, le nom de l’assureur santé qui vous a informé de cette fuite ainsi que les garanties du contrat souscrit”.

Publicité
Partager
  • partager sur Facebook logo
  • partager sur X logo
  • partager par email logo

À lire aussi sur 24matins: