logo 24matins

actualites · eco

Perte de revenus : Carrefour lance une assurance pour faire ses courses alimentaires en cas de coup dur

Perte de revenus : Carrefour lance une assurance pour faire ses courses alimentaires en cas de coup dur
Publié le 06 déc. 2023 à 11:00

Afin d’accompagner les particuliers, CNP Assurances vient de s’allier à l’enseigne de la Grande distribution Carrefour pour proposer une garantie « pouvoir d’achat ».

Pouvoir remplir son frigidaire en cas d’accident de la vie

CNP Assurances et Carrefour viennent de lancer un nouveau produit nommé “Garantie pouvoir d’achat”. L’offre de Carrefour se décline en 4 formules d’assurances. L’idée est de permettre aux consommateurs de faire face à leurs dépenses contraintes en cas de perte soudaine de pouvoir d’achat, précise Carrefour dans son communiqué de presse.

Permettre aux consommateurs de faire face à leurs dépenses contraintes en cas de perte de pouvoir d’achat

Désormais disponible, la “Garantie pouvoir d’achat” est proposée sous 2 formules : une formule appelée “Courses Protect’ et une autre appelée ‘Budget Protect’.

La “Garantie pouvoir d’achat” est proposée sous 2 formules

Pour ce qui est de la formule “Courses Protect’ elle permet aux souscripteurs de continuer à faire leurs courses en cas d’incapacité de travail ou de perte d’emploi, grâce à un bon d’achat mensuel d’un montant oscillant entre 75 euros et 150 euros. En cas de perte d’autonomie ou d’invalidité lourde, une indemnisation de 500 euros est prévue. Pour cette assurance, le coût mensuel va de 2,90 euros à 3,90 euros par mois.

De 3,90 euros maximum par mois à 8,90 euros

La formule ‘Budget Protect’ offre des indemnisations plus fortes qui vont de 300 euros à 500 euros par mois mais également en cas de perte d’autonomie ou d’invalidité lourde, une indemnisation de 1000 euros. Pour ce qui est des mensualités, elles varient de 5,90 euros et 8,90 euros.

Un “Booster inflation” intégré dans l’offre “Garantie pouvoir d’achat” de Carrefour

Le groupe Carrefour intègre également un “Booster inflation” qui permet de réajuster l’offre à la hausse dans la limite de 10 % si l’inflation progresse entre l’année de la souscription et celle de la survenue du coup dur.

Publicité
Partager
  • partager sur Facebook logo
  • partager sur X logo
  • partager par email logo

À lire aussi sur 24matins: