Un chien peut-il vivre heureux en appartement ?

Adopter un chien ne doit pas se faire à la légère. Car un chien n’est pas un objet. C’est un être sensible qui a des besoins propres et qui n’est plus considéré comme un « bien meuble » (chose inanimée) par le Code civil depuis la loi du 16 février 2015. Il est donc légitime de se demander si un chien peut vivre heureux dans un appartement.

Nous n’avons pas tous la chance de vivre dans une maison avec jardin. Mais devons-nous pour autant se priver du bonheur de partager notre appartement avec un chien ? La réponse est clairement : non !

D’abord parce qu’il existe des chiens qui s’adaptent très facilement à une vie en intérieur et des races qui ne souffrent pas d’un espace limité. Ainsi, le Yorkshire, le Teckel ou le Chihuahua. Mais attention, il n’est pas seulement question, ici, de taille du chien mais bien plus de son tempérament. Le Jack Russel, par exemple, est un petit chien. Mais il se révèle particulièrement dynamique et votre vie en appartement avec lui pourrait vite tourner au cauchemar. Le Bulldog anglais, en revanche, est un peu plus gros, mais son flegme lui permettra de très bien accepter une vie d’intérieur. Autre exemple encore plus étonnant, le Dogue allemand, un géant au grand cœur qui demande plus de présence que d’exercice.

Notez aussi que certains chiens

> Lire la suite sur Futura

Par Nathalie Mayer, Journaliste

Lire la suite

Des scientifiques chinois ont créé une « Lune artificielle »

Le rapport entre la Lune et une grenouille, ce sont des chercheurs chinois qui nous proposent aujourd’hui de le faire. En imaginant une « Lune artificielle » destinée à simuler un environnement à faible gravité pour préparer les futures missions. Le tout inspiré d’une expérience qui avait placé une grenouille en lévitation il y a plus de 20 ans maintenant.

Sur la Lune, on se sent six fois plus léger que sur Terre. Une faible gravité qui peut poser des problèmes techniques notamment aux missions qui prévoient de s’y installer sur le long terme. C’est pourquoi des chercheurs chinois ont décidé de construire sur Terre, dans une chambre à vide… une « Lune artificielle » !

L’idée leur est venue d’une expérience menée il y a quelques années — et qui a valu un prix IgNobel à son auteur — sur une grenouille. Une expérience qui avait permis de la faire léviter en utilisant des aimants. Grâce à un phénomène connu des physiciens sous le nom de lévitation diamagnétique. Qui veut que l’application d’un champ magnétique suffisamment puissant permette de forcer tous les minuscules champs magnétiques créés par les atomes qui constituent un objet dans une même direction. Et de vaincre ainsi la gravité.

> Lire la suite sur Futura

Par Nathalie Mayer, Journaliste

Lire la suite

Un point lumineux sur 15 sera bientôt un satellite !

Si le ciel devient de plus en plus brillant, ce n’est pas à cause des étoiles mais en raison des méga-constellations de satellites qui s’y déploient. À tel point qu’une astronome prédit que, bientôt, un point lumineux sur quinze dans le ciel nocturne sera un satellite. Mais qu’importe puisque nous sommes déjà nombreux dans les zones urbaines à ne même plus voir les étoiles illuminer le firmament.

The ConversationJe suis à l’extérieur, dans ma ferme de la Saskatchewan, en train de discuter avec mes voisins que j’ai invités à venir admirer le ciel nocturne avec mon télescope. Après les exclamations et l’émerveillement devant les anneaux de Saturne et la lumière qui a traversé l’espace pendant plus de deux millions d’années depuis la galaxie d’Andromède pour atteindre notre regard, notre conversation dévie inévitablement vers la pandémie, notre organisation de télétravail et les plaintes sur Internet en région rurale. Mon voisin mentionne en passant qu’il vient de changer de fournisseur pour Starlink.

Je lève les yeux et remarque un satellite lumineux qui se déplace dans le ciel. Il s’agit fort probablement d’un Starlink, puisqu’ils représentent désormais près de la moitié des quelque 4.000 satellites opérationnels et qu’ils sont particulièrement brillants. Je prends une profonde inspiration et…

> Lire la suite sur Futura

Par Samantha Lawler, Professeur adjoint d’astronomie, Université de Régina – The Conversation

Lire la suite

Des scientifiques construisent une « boite noire » qui va enregistrer la fin de l’humanité !

« Si nous ne transformons pas sérieusement notre mode de vie, le réchauffement climatique — ou d’autres périls que nous aurons créés — nous conduira à l’effondrement de notre civilisation. » C’est ce que pensent les chercheurs qui ont imaginé un projet de boite noire destinée à enregistrer méthodiquement chacune des étapes qui mèneront à la fin de l’humanité.

Dans tous les avions, il y a une boite noire. Elle enregistre toutes les opérations menées par l’équipage. En cas d’accident, elle permet de remonter le fil de la catastrophe. De comprendre ce qui a mené au crash. Et ce que des chercheurs — et des artistes — australiens proposent aujourd’hui, c’est d’imaginer un peu la même chose, mais à l’échelle de la Planète. Une gigantesque boite noire destinée à enregistrer au jour le jour, des données sur la façon dont nous nous battons contre le réchauffement climatique. Avec pour objectif de laisser de précieuses informations sur « le crash » de l’humanité aux populations qui pourraient nous survivre… ou à des civilisations extraterrestres.

Apocalypse : huit scénarios possibles de fin du monde

Comme la boite noire d’un avion, placée dans l’endroit le plus sûr d’un avion, l’engin est en cours de construction dans l’endroit désigné par les chercheurs comme le plus sûr de notre…

> Lire la suite sur Futura

Par Nathalie Mayer, Journaliste

Lire la suite

Les tiques porteuses de Lyme pourraient proliférer davantage avec des hivers plus doux

Lors d’une réunion de la Society of Integrative and Comparative Biology, une étude a révélé que les tiques à pattes noires, infectées par le microbe responsable de la maladie de Lyme, étaient résistantes par temps glacial pouvant leur permettre de proliférer lors d’hivers doux.

Les tiques résistantes au froid ? Des recherches présentées, cette semaine, lors de la réunion annuelle de la Society of Integrative and Comparative Biology ont révélé que les tiques à pattes noires, infectées par le microbe responsable de la maladie de Lyme, résistaient bien en temps glacial, rapporte le site Science. Elles pourraient donc proliférer plus rapidement avec des températures plus douces. Cette découverte suggère que les conditions hivernales variables engendrées par le changement climatique pourraient accroître l’activité des tiques, augmentant ainsi les chances que les gens soient infectés et puissent contracter la maladie de Lyme.

Aux États-Unis, les cas de maladie de Lyme ont triplé au cours des vingt dernières années. C’est l’infection la plus répandue en Amérique du Nord, transmise de l’animal à l’homme. Chaque année, jusqu’à 476.000 personnes contractent cette maladie, qui se manifeste souvent (…)

Lire la suite