Thales Alenia Space va construire les deux modules européens de la station spatiale lunaire de la Nasa. Interview

Aujourd’hui, l’Agence spatiale européenne donne le coup d’envoi de sa participation au programme Artemis de la Nasa. Elle sélectionne Thales Alenia Space pour la réalisation des modules d’Esprit et I-HAB de la future station spatiale lunaire LOP-G (Lunar Orbital Platform – Gateway). Nos explications et l’éclairage de Franco Fenoglio, chef des programmes des transports et des vols habités chez Thales Alenia Space.

Dans le cadre de l’édition 2020 du Congrès international d’astronautique (IAC), l’Agence spatiale européenne et Thales Alenia Space ont officialisé les contrats portant sur la fourniture d’Esprit et I-HAB, deux modules de communication, de ravitaillement et d’habitation de la station spatiale lunaire de la Nasa (le Gateway, aussi appelé la Passerelle). Ils seront développés et construits par Thales Alenia Space en Italie et en France pour un coût total de 622 millions d’euros. Ces deux modules sont la contribution européenne pour cette station lunaire et ouvre une nouvelle décennie d’exploration européenne vers la Lune et Mars.

Mettons de côté les aspects économiques et sociaux de ces deux contrats — en les signant, l’ESA garantit l’emploi en Europe chez ses partenaires industriels, ainsi que la continuation de son programme d’exploration de la Lune et de Mars — pour…

> Lire la suite sur Futura

Par Rémy Decourt, Journaliste

Lire la suite

Les plus belles et incroyables photos météo de l’année

Blizzard sur New York, lac gelé en Sibérie, montagnes embrumées du Vietnam ou encore un étonnant « nuage monstre » au-dessus de la mer en Croatie : ce sont quelques-unes des photos spectaculaires du concours 2020 de photos météo la Royal Meteorological Society. Voici les plus beaux clichés avec l’explication du phénomène météo.

Plus de 7.700 photos étaient en compétition cette année pour le concours Weather Photographer of the Year 2020, organisé par la Royal Meteorological Society britannique en association avec l’entreprise AccuWeather. 26 images ont été sélectionnées par un panel de juges et le vote du public pour avoir capturé des événements météorologiques particulièrement impressionnants. Voici une sélection des meilleures photos et le phénomène météo sous-jacent.

Gagnant : Blizzard sur New York

Aux États-Unis, le blizzard se définit comme une tempête avec des vents supérieurs à 56 km/h et une visibilité inférieure à 400 mètres durant au moins 3 heures. Il peut être particulièrement dangereux lorsque les courants descendants et les fortes chutes de neige se combinent pour créer un voile blanc qui obscurcit l’horizon.

Lieu : New York (États-Unis)

Blizzard. © Rudolf Sulgan, Royal Meteorological Society

Gagnant catégorie jeune photographe : Vie gelée

La solubilité du gaz dans la glace est beaucoup plus faible que dans l’eau. Lors de…

> Lire la suite sur Futura

Par Céline Deluzarche, Journaliste

Lire la suite

Des déchets de plastique passés au micro-ondes peuvent devenir une source d’hydrogène

Des scientifiques sont parvenus à produire de l’hydrogène gazeux à partir de déchets plastique soumis à des micro-ondes.

Parfois, les recherches scientifiques prennent la forme d’expériences plutôt insolites. C’est le cas pour cette équipe de chimistes de l’université d’Oxford qui ont mixé différents déchets plastique avant de les « cuire » au micro-onde pour produire de l’hydrogène gazeux. Leur travail est publié dans Nature catalysis.

Recette pour faire de l’hydrogène à partir du plastique

Les scientifiques ont mené cette expérience pour essayer de valoriser les déchets plastique qui ne cessent de s’accumuler dans la nature. Selon eux, ces plastiques pourraient être une ressource pour produire de l’hydrogène et en faire, entre autres, du carburant.

Ils ont donc mixé des sacs en plastique (polyester), des emballages alimentaires (polypropylène) et du polystyrène dans un mixeur de cuisine jusqu’à obtenir des fragments d’environ cinq millimètres. Les fragments ont été mélangés avec une préparation contenant de l’oxyde de fer et d’aluminium et de l’acide citrique à parts égales qui catalyse la réaction de déshydrogénation des plastiques.

Une équipe de chimistes a mené une expérience avec des déchets plastique. © Bowonpat, Adobe Stock

Une analyse par chromatographie

L’échantillon est placé dans un tube de quartz et passé dans un « micro-onde » de 1.000 watts construit par les…

> Lire la suite sur Futura

Par Julie Kern, Rédactrice scientifique

Lire la suite

L’Alaska sous la menace d’un mégatsunami !

Dans le sud de l’Alaska, tout un pan d’une montagne menace de s’écrouler dans les eaux d’un fjord. L’événement pourrait déclencher un tsunami avec des vagues plus hautes encore que celles, gigantesques, observées en 1958 après un séisme. Les chercheurs redoutent « la plus haute vague de l’histoire moderne ».

Tout commence en juin 2019 quand Valisa Higman fait du canoë-kayak dans le fjord de Barry Arm, dans le sud de l’Alaska, à une centaine de kilomètres à vol d’oiseau d’Anchorage. Intriguée par des fissures qu’elle remarque sur les flancs de la montagne qui s’élève entre les glaciers de Cascade et Barry, elle envoie des photos à son frère géologue Bretwood Higman, pour avoir son avis. Spécialiste des glissements de terrain et de leurs conséquences, les tsunamis, il se rend sur Google Maps et examine attentivement les images satellites. Il identifie des fractures, mais estime néanmoins que la situation n’est pas préoccupante. Toutefois, prudent, il l’ajoute à la liste de sites potentiels à surveiller. Bretwood Higman dira plus tard à la Nasa qu’il avait fait « une erreur de géologie 101 », qu’il n’avait pas assez dézoomé ; « j’ai raté la vue d’ensemble », a-t-il confié.

Photo de Valisa Higman à Barry Arm, en juin 2019. © Valisa Higman, Nasa

Quelque temps plus tard, Chunli Dai, chercheuse de l’État de l’Ohio, va rouvrir le dossier….

> Lire la suite sur Futura

Par Xavier Demeersman, Journaliste

Lire la suite

Ligue des champions. OM – Manchester City : André Villas-Boas redoute « une machine prête à gagner »

Pour son deuxième match de la saison en Ligue des champions, l’Olympique de Marseille reçoit Manchester City mardi (21h). André Villas-Boas, le coach phocéen, redoute une « machine prête à gagner la C1 ».

L’entraîneur de Marseille, André Villas-Boas, redoute Manchester City, une machine prête pour gagner la Ligue des champions, mais n’oublie pas le grand plaisir d’affronter sur l’autre banc Pep Guardiola, mardi pour la 2e journée.

L’exemple de Lyon

Marseille peut-il suivre l’exemple de Lyon, qui a réussi à piéger Man City en quarts de finale de la dernière édition (3-1), ou s’en s’inspirer ? Un coach de l’OM ne peut pas s’inspirer d’une victoire de l’OL, c’est clair, sourit + AVB + lors de la conférence de presse en distanciel d’avant match. Mais bien sûr, on a étudié l’adversaire. C’est une équipe exceptionnelle avec peu de défauts, pas beaucoup de failles à exploiter. Une des meilleures équipes du monde avec beaucoup de bons joueurs, ça va être dur. On va essayer de mettre une stratégie en place, ça peut fonctionner ou non.

AVB contre Pep, un grand plaisir

C’est la première fois que j’affronte Pep (Guardiola), c’est un grand plaisir, lance AVB. Je le considère comme un des meilleur…

Lire la suite