Un puissant jet bleu foudroie l’atmosphère au-dessus d’un orage !

Ce jeudi 4 août, un jet bleu a été capturé par un photographe amateur au-dessus d’un nuage d’orage au Texas, un phénomène très rare à observer. Enregistrés pour la première fois en 1989, les jets bleus appartiennent aux phénomènes transitoires lumineux, aussi appelés TLE, auxquels appartiennent aussi les sprites rouges ou farfadets. Ils apparaissent lors d’orages particulièrement intenses, et peuvent atteindre jusqu’à 50 km d’altitude ! S’ils ressemblent à des éclairs, attention, leur origine est différente.

Contrairement aux éclairs qui correspondent à des décharges électriques entre le nuage et le sol ou au sein du nuage, les jets bleus partent du haut du cumulonimbus et se dirigent vers l’ionosphère. Ils sont constitués de plasma froid, leur couleur bleue étant due à l’ionisation des atomes d’azote.

Contrairement à ce que l’on pensait jusqu’à récemment, ils ne sont pas très rares. Cependant, à cause de leur localisation, les…

> Lire la suite sur Futura

Par Léa Fournasson, Journaliste scientifique

Lire la suite

Des ballons espions de haute altitude en tests

Dans le cadre d’un projet de réseau de surveillance mondial depuis la stratosphère, le ministère de la Défense britannique va tester des ballons stratosphériques développés par Sierra Nevada Corporation.

En décembre dernier, le ministère de la Défense britannique a annoncé son projet Aether, estimé à 100 millions de livres sterling (118 millions d’euros). Le but est de créer un système de communications avec des unités de reconnaissance et de renseignement stratosphériques sans équipage et pouvant être rapidement déployées partout dans le monde.

Les drones sont très utiles pour les opérations de renseignement, mais l’un de leurs gros défauts est leur autonomie. Ils peuvent rester en l’air quelques dizaines de minutes, alors que ce projet demande spécifiquement des appareils autonomes pendant plusieurs mois. L’entreprise américaine Sierra Nevada Corporation vient d’annoncer avoir été retenue pour la phase d’évaluation du projet.

Pister des véhicules depuis la stratosphère

Pour tenter de remporter le contrat, la firme va faire une démonstration de ses ballons stratosphériques. Ceux-ci ont déjà été testés par les militaires américains il y a trois ans. Les ballons peuvent atteindre des altitudes de près de 20 kilomètres et sont capables de suivre des véhicules de jour comme de…

> Lire la suite sur Futura

Par Edward Back, Journaliste hi-tech

Lire la suite

Cet étrange phénomène a de nouveau été observé à des basses latitudes

Observé pour la première fois en 2015, le phénomène lumineux Steve ressemble à s’y méprendre à une aurore polaire, même si la physique derrière n’est pas la même. Dans la nuit du 7 au 8 août, alors qu’une tempête solaire frappait la Terre, cette étrange traînée lumineuse est de nouveau apparue, cette fois dans le sud du Canada !

On ne connaît pas encore l’origine de ce phénomène, même si depuis sa première documentation en 2017, elle est soupçonnée. Dans la nuit du 7 au 8 août, une apparition céleste lumineuse des plus étranges a été observée dans le sud du Canada. Elle porte le nom de phénomène Steve, pour Strong Thermal Emission Velocity Enhancement. Ce phénomène, connu depuis peu, se produit uniquement lorsque des tempêtes solaires frappent la Terre.

Or, les vents solaires amenés par de telles tempêtes contiennent différentes particules chargées à haute énergie. Elles seraient donc à l’origine de Steve. Et ce sont ces vents solaires qui sont à l’origine des aurores polaires, dont la couleur correspond aux éléments de l’atmosphère qui sont ionisés lors de leurs interactions avec les particules chargées.

> Lire la suite sur Futura

Par Léa Fournasson, Journaliste scientifique

Lire la suite

Les psys bientôt remplacés par l’Intelligence artificielle ?

L’IA, l’intelligence artificielle, a investi de nombreux champs de la médecine, y compris le domaine de la psychiatrie. Les applications sur smartphone ainsi que les agents conversationnels sont légion mais sont-ils aussi efficaces que le jugement d’un professionnel de cette discipline doté d’empathie et de raisonnement ? Pourquoi le jugement clinique du psy surpasse-t-il encore l’IA ? Pour autant, la psychiatrie a beaucoup à attendre des nouvelles technologies.

« Bonjour Monsieur. Je vous en prie, installez-vous. Alors… comment allez-vous depuis la dernière fois ? »

Et si, dans quelques années, cette phrase anodine n’était plus prononcée par un psychiatre en chair et en os mais par une IA, une Intelligence artificielle ? Avec la résurgence récente de la psychiatrie dans le débat public, notamment en raison de la crise sanitaire, l’idée de proposer des systèmes de suivi de la santé mentale intégrant des IAs a ressurgi.

Elle est, soyons honnête, loin d’être nouvelle puisqu’on trouve la première trace d’un chatbot (programme de dialogue) dédié à la psychiatrie, nommé Eliza, dès 1966. Ces dernières décennies, les avancées en Intelligence artificielle ont permis la montée en puissance des chatbots, « robots thérapeutes » ou autres systèmes de détection de l’état de santé à travers…

> Lire la suite sur Futura

Par Vincent Martin et Christophe Gauld, octeur en informatique, Université de Bordeaux — et — Pédopsychiatre et médecin du sommeil, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne — The Conversation

Lire la suite

Il y a des choses qui ne changent pas…

Vainqueur à Washington, finaliste du dernier Wimbledon, encore à son avantage à Montréal la semaine dernière… Même s’il n’a pas encore retrouvé son meilleur classement (13eme en octobre 2016), Nick Kyrgios n’avait en revanche assurément jamais joué aussi bien dans sa carrière sur une période aussi longue et avec autant de constance. Alors naturellement, les supporters australiens s’attendaient à ce que leur héros du moment acceptent de défendre les couleurs du pays en Coupe Davis, le mois prochain à Hambourg (13 au 18 septembre) à l’occasion de la phase de groupes de la phase finale. Malheureux pour eux comme pour le capitaine de l’équipe australienne Lleyton Hewitt, cela ne sera pas le cas. Et Kyrgios, qui n’a plus participé à l’épreuve depuis trois ans et le passage à la nouvelle formule de cette compétition qu’il n’a de toute façon jamais porté réellement dans son cœur, continuera donc de briller par son absence, tandis que ses compatriotes, eux, devront se passer de ses services en Allemagne pour tenter d’extirper d’un groupe C qui verra l’Australie se frotter à l’Allemagne, à la Belgique mais aussi à l’équipe de France, dont la composition est connue depuis lundi.

Kyrgios n’est « pas disponible »

A entendre le capitaine australien, le 28eme mondial a coupé court à toute spéculation en faisant savoir à la Fédération australienne qu’il n’était « pas disponible » pour le rendez-vous programmé à l’issue de l’US Open. « Il aurait été génial d’avoir Nick dans l’équipe mais, malheureusement, il n’était pas disponible pour ce match », a déploré Hewitt dans un communiqué. L’Australie se présentera donc à Hambourg avec Alex De Minaur, Thanasi Kokkinakis, Matt Ebden et Max Purcell. Les deux premiers disputeront les simples. Ebden et Purcell seront, eux, alignés en double. Mais sans Kyrgios, la marche semble très haute pour les Aussies, qui attendent une nouvelle victoire en Coupe Davis depuis leur dernier sacre, en 2003.