InBolt, la start-up qui révolutionne l’Industrie 4.0

Comme chaque année, le concours EDF Pulse récompense les pépites françaises et européennes qui répondent aux défis de demain. 12 finalistes ont été sélectionnés dans trois catégories, et un Prix du Public sera décerné à la start-up ayant remporté le plus de votes. À vos souris !

Depuis 2014, EDF organise les prix start-up EDF-Pulse qui mettent en valeur les pépites françaises et européennes au service de la transition énergétique. Une soixantaine de start-up ont ainsi déjà été accompagnées et 26 ont reçu un prix, bénéficiant d’une campagne de communication et d’une dotation financière pour soutenir leur développement.

Soutenez-les en votant pour eux. Les votes sont ouverts jusqu’au 8 novembre pour désigner la start-up qui remportera le Prix du Public. Trois autres prix seront décernés par un grand jury. En jeu pour les finalistes, une dotation jusqu’à 80.000 € et une campagne de communication.

Les lauréats seront annoncés le mardi 1er décembre aux Electric Days, évènement 100 % digital d’EDF.

Futura vous fait faire un tour d’horizon des 12 start-up sélectionnées dans les catégories Modes de vie durables, Catégorie Territoires neutres en CO2 et Catégorie Infrastructures résilientes. Cette semaine, voici la start-up InBolt.

Focus sur la start-up InBolt : la start-up qui digitalise…

> Lire la suite sur Futura

Par Céline Deluzarche, Journaliste

Lire la suite

Les plus belles et incroyables photos météo de l’année

Blizzard sur New York, lac gelé en Sibérie, montagnes embrumées du Vietnam ou encore un étonnant « nuage monstre » au-dessus de la mer en Croatie : ce sont quelques-unes des photos spectaculaires du concours 2020 de photos météo la Royal Meteorological Society. Voici les plus beaux clichés avec l’explication du phénomène météo.

Plus de 7.700 photos étaient en compétition cette année pour le concours Weather Photographer of the Year 2020, organisé par la Royal Meteorological Society britannique en association avec l’entreprise AccuWeather. 26 images ont été sélectionnées par un panel de juges et le vote du public pour avoir capturé des événements météorologiques particulièrement impressionnants. Voici une sélection des meilleures photos et le phénomène météo sous-jacent.

Gagnant : Blizzard sur New York

Aux États-Unis, le blizzard se définit comme une tempête avec des vents supérieurs à 56 km/h et une visibilité inférieure à 400 mètres durant au moins 3 heures. Il peut être particulièrement dangereux lorsque les courants descendants et les fortes chutes de neige se combinent pour créer un voile blanc qui obscurcit l’horizon.

Lieu : New York (États-Unis)

Blizzard. © Rudolf Sulgan, Royal Meteorological Society

Gagnant catégorie jeune photographe : Vie gelée

La solubilité du gaz dans la glace est beaucoup plus faible que dans l’eau. Lors de…

> Lire la suite sur Futura

Par Céline Deluzarche, Journaliste

Lire la suite

Des déchets de plastique passés au micro-ondes peuvent devenir une source d’hydrogène

Des scientifiques sont parvenus à produire de l’hydrogène gazeux à partir de déchets plastique soumis à des micro-ondes.

Parfois, les recherches scientifiques prennent la forme d’expériences plutôt insolites. C’est le cas pour cette équipe de chimistes de l’université d’Oxford qui ont mixé différents déchets plastique avant de les « cuire » au micro-onde pour produire de l’hydrogène gazeux. Leur travail est publié dans Nature catalysis.

Recette pour faire de l’hydrogène à partir du plastique

Les scientifiques ont mené cette expérience pour essayer de valoriser les déchets plastique qui ne cessent de s’accumuler dans la nature. Selon eux, ces plastiques pourraient être une ressource pour produire de l’hydrogène et en faire, entre autres, du carburant.

Ils ont donc mixé des sacs en plastique (polyester), des emballages alimentaires (polypropylène) et du polystyrène dans un mixeur de cuisine jusqu’à obtenir des fragments d’environ cinq millimètres. Les fragments ont été mélangés avec une préparation contenant de l’oxyde de fer et d’aluminium et de l’acide citrique à parts égales qui catalyse la réaction de déshydrogénation des plastiques.

Une équipe de chimistes a mené une expérience avec des déchets plastique. © Bowonpat, Adobe Stock

Une analyse par chromatographie

L’échantillon est placé dans un tube de quartz et passé dans un « micro-onde » de 1.000 watts construit par les…

> Lire la suite sur Futura

Par Julie Kern, Rédactrice scientifique

Lire la suite

L’Alaska sous la menace d’un mégatsunami !

Dans le sud de l’Alaska, tout un pan d’une montagne menace de s’écrouler dans les eaux d’un fjord. L’événement pourrait déclencher un tsunami avec des vagues plus hautes encore que celles, gigantesques, observées en 1958 après un séisme. Les chercheurs redoutent « la plus haute vague de l’histoire moderne ».

Tout commence en juin 2019 quand Valisa Higman fait du canoë-kayak dans le fjord de Barry Arm, dans le sud de l’Alaska, à une centaine de kilomètres à vol d’oiseau d’Anchorage. Intriguée par des fissures qu’elle remarque sur les flancs de la montagne qui s’élève entre les glaciers de Cascade et Barry, elle envoie des photos à son frère géologue Bretwood Higman, pour avoir son avis. Spécialiste des glissements de terrain et de leurs conséquences, les tsunamis, il se rend sur Google Maps et examine attentivement les images satellites. Il identifie des fractures, mais estime néanmoins que la situation n’est pas préoccupante. Toutefois, prudent, il l’ajoute à la liste de sites potentiels à surveiller. Bretwood Higman dira plus tard à la Nasa qu’il avait fait « une erreur de géologie 101 », qu’il n’avait pas assez dézoomé ; « j’ai raté la vue d’ensemble », a-t-il confié.

Photo de Valisa Higman à Barry Arm, en juin 2019. © Valisa Higman, Nasa

Quelque temps plus tard, Chunli Dai, chercheuse de l’État de l’Ohio, va rouvrir le dossier….

> Lire la suite sur Futura

Par Xavier Demeersman, Journaliste

Lire la suite

«Une fille qui était passée par lui devenait sa propriété»

[Épisode 5] Pompier volontaire puis policier, Jean-Régis Julien a tout pour mettre les femmes en confiance et sait en tirer parti, de sorte que ce qu’il fait n’est jamais vraiment de sa faute.

Vous lisez le cinquième épisode de Peur bleue. L’épisode 4 est à lire ici.

Jean-Régis Julien se lève. Il se mord le poing. «Quand [Carine] m’a annoncé qu’elle était enceinte, j’avais pas l’habitude des enfants. J’étais un peu paniqué…»

D’un coup, un souvenir de Mathis bébé lui revient. Sa voix se brise comme tombée sur le sol de la cour d’assises: «Elle m’a montré comment lui mettre les couches, lui préparer les biberons… J’avais pas les gestes qu’il fallait. Mais je m’en occupais, j’étais pas absent.» Ses sanglots ont le bruit d’un piano mal accordé. Il dit qu’il aime Mathis, que c’est la chair de sa chair.

«Comment on peut écrire à son fils “J’ai fait une bêtise mais je t’expliquerai quand tu seras en âge de comprendre ce que j’ai pu faire?”», s’emporte Christelle Ramière, la sœur de Carine, à la barre. Jean-Régis Julien se ressaisit, sa voix reprend un timbre détaché: «Oui, je voulais dire que je lui expliquerais comment j’en suis arrivé là.»

***

Enfant, Jean-Régis Julien était triste. Sa mère tombait malade, l’enquêtrice de …

Lire la suite