Les canicules dureront plus longtemps même si on limite le réchauffement

Les canicules devraient durer plus longtemps à l’avenir, même avec un réchauffement de la planète contenu à +2 °C. Les phénomènes extrêmes sont déjà plus fréquents et intenses dans l’hémisphère nord.

Canicules, sécheresses, pluies... Déjà plus intenses et plus fréquents, les extrêmes météo des étés de l'hémisphère nord vont aussi durer plus longtemps, même avec un réchauffement de la planète limité à +2°C, selon une étude publiée lundi.

« Les événements météorologiques extrêmes sont généralement analysés en terme d'intensité et de fréquence, mais c'est souvent leur persistance qui provoque les effets les plus graves », notamment sur la santé humaine et sur l'agriculture, souligne cette étude parue dans la revue Nature Climate Change.

Les chercheurs se sont donc penchés sur les risques que ces périodes de vagues de chaleur ou de précipitations s'allongent, notamment dans les zones tempérées de l'hémisphère nord. « Si le monde se réchauffe de +2 °C par rapport aux niveaux pré-industriels, nous pourrions voir un changement majeur des conditions météo d'été », a commenté dans un communiqué Peter Pfleiderer, du centre de recherche Climate Analytics.

Plus d’événements extrêmes en été

Selon l'étude, dans un monde à +2 °C, la probabilité de canicules de plus de deux semaines devrait...

> Lire la suite sur Futura

Par Futura avec l'AFP-Relaxnews

Lire la suite

Dinosaures : une bouffée d’oxygène aurait pu favoriser leur apparition

Au Trias, au tout début de l'ère des dinosaures, une rapide augmentation du taux de l'oxygène dans l'atmosphère de la Terre semble accompagner l'apparition des premiers dinosaures en Amérique du Nord. S'agit-il d'une coïncidence ou faut-il y voir un lien de cause à effet ?

Les dinosaures sont une source intarissable de fascination. On ignore encore bien des choses sur ces terribles lézards car nous sommes loin d’avoir compulsé toutes les archives de la Terre à leur sujet, tant il doit rester de fossiles à déterrer dans les couches sédimentaires, qu’elles soient aux États-Unis, en Chine, au Maroc ou même en Antarctique.

Notre connaissance à leur sujet a tout de même bien progressé depuis presque 180 ans, lorsque Richard Owen les a identifiés et distingués des autres reptiles (nous ne les voyons plus vraiment comme tels d’ailleurs de nos jours). Pour les décrire, il a forgé le terme de « dinosaure » vers 1842.

Nous savons ainsi que les premiers d’entre eux sont apparus au tout début du Trias, quelques millions ou dizaines de millions d’années tout au plus après la fameuse extinction Permien-Trias, il y a environ 251 millions d'années, qui a fait disparaître de 80 à 96 % des espèces marines et 70 % des familles de vertébrés terrestres.

Ce que nous savons avec précision à ce sujet,...

> Lire la suite sur Futura

Par Laurent Sacco, Journaliste

Lire la suite

EN DIRECT – Incendies en Amazonie : les Etats-Unis ne contribueront pas à l’aide de 20 millions de dollars proposée par le G7

ENVIRONNEMENT - La gigantesque forêt amazonienne, plus grande forêt au monde, est en proie à de violents incendie. Une situation qui inquiète au niveau international et a provoqué une crise diplomatique entre la France et le Brésil. Suivez les dernières informations sur ces incendies dans ce live.

Le phénomène est prégnant depuis le début de l'année, mais se fait encore plus ressentir depuis quelques semaines. La forêt amazonienne, temple de biodiversité abritant des millions d'espèces animales et des milliards d'arbre, est en proie aux flammes. Une catastrophe encore difficile à mesurer pour ce qui est de la superficie partie en flammes, mais qui peut être recensée par le nombre de départs de feu. Ainsi, depuis le début de l'année, ce sont près de 73.000 départs de feu qui ont été comptabilisés, contre un peu moins de 40.000 en 2018. Autre phénomène inquiétant : selon l'Institut national de recherche spatiale, un organisme brésilien, la déforestation a été quatre fois plus importante en juillet 2019 qu'en juillet 2018. 
Un enjeu politique
Une catastrophe environnementale qui n'a jamais vraiment cessé d'être un enjeu politique. Le président d'extrême droite du Brésil, Jair Bolsonaro, féroce adversaire des (...)

Lire la suite

Arrivée à New York, Greta Thunberg appelle Trump à « cesser de détruire la nature »

ECOLOGIE - Après 14 jours de navigation, la jeune activiste pour le climat Greta Thunberg est arrivée à bon port à New York, mercredi 28 août. A peine débarquée sur le sol américain, l'adolescente a appelé Donald Trump à "écouter la science".

C’est sous un ciel gris, mais aussi sous les applaudissements de quelques centaines de personnes, rassemblées sur le quai pour l’accueillir, que Greta Thunberg est arrivée à New York, mercredi 28 août, vers 16h, heure locale. Le jeune Suédoise de 16 ans a mis pied à terre après 14 jours de traversée de l’Atlantique à bord d’un voilier, fidèle à son engagement de ne plus prendre l’avion, moyen de transport trop polluant. 

A peine débarquée, celle qui est devenue une égérie de la lutte pour le climat a affiché sa détermination à continuer à se battre. "La crise du climat est une crise mondiale, la plus grande crise à laquelle soit confrontée l'humanité", a-t-elle déclaré. "Il faut que nous soyons unis et que nous nous soutenions mutuellement et que nous agissions, sinon il pourrait être trop tard. N'attendons plus, agissons maintenant !"
Interrogée sur le message qu'elle aurait pour le président climato-sceptique américain Donald Trump, qui pourrait se retrouver comme elle à (...)

Lire la suite

L’Australopithèque dont le crâne vieux de 3,8 millions d’années a été découvert en Éthiopie a-t-il cotoyé Lucy ?

Un crâne d'Australopithèque anamensis, vieux de 3,8 millions d'années a été mis au jour en Ethiopie. Cette découverte bouscule une nouvelle fois notre vision de l'évolution : quelles étaient ses relations avec Lucy, Australopithecus afarensis ?

Un nouveau candidat pour le panthéon préhistorique ? Un crâne d'Australopithèque vieux de 3,8 millions d'années et « remarquablement complet » a été mis au jour en Éthiopie, une découverte qui bouscule une nouvelle fois notre vision de l'évolution.

« Ce crâne est l'un des plus complets des fossiles d'hominidés de plus de 3 millions d'années », explique Yohannes Haile-Selassie du Museum of Natural history de Cleveland (États-Unis), coauteur de deux études publiées mercredi 28 août, dans la revue Nature.

 

Un atout qui pourrait lui valoir de « devenir une nouvelle icône de l'évolution humaine », juge Fred Spoor du Natural History Museum de Londres dans un commentaire. Et de rejoindre ainsi les célèbres « Toumaï », « Ardi » et « Lucy »

Un des tout premiers Australopithèques

À titre de comparaison, « Toumaï » (un Sahelanthropus tchadensis), considéré par certains paléontologues comme le premier représentant de la lignée humaine, est vieux d'envi...

Lire la suite