Les calamars des abysses comme vous ne les avez jamais vus

Observer les animaux des profondeurs marines est un véritable défi technique. Il y a bien les submersibles habités ou les engins autonomes pilotés depuis la surface, mais ces solutions sont limitées pour observer les prédateurs les plus vifs, comme les calamars. L’équipe d’Edith Widder, une biologiste marine du Ocean Research & Conservation Association en Floride a mis au point une caméra capable de filmer en très basse lumière et équipée de capteurs bioluminescents qui imitent les leurres portés par certains poissons abyssaux. L’objectif ? Filmer des calamars vivants, et notamment le « Kraken » le mythique calamar géant !

Une part du génome de l’insaisissable calamar géant décodée

Les images prises ont été publiées par la revue scientifique Deep Sea Research. La caméra a été immergée dans les eaux riches du Golfe du Mexique et la première espèce à être passée devant son objectif est Promachoteuthis sloani. C’est une espèce dont on ne dispose que de trois spécimens morts et dont les mœurs sont totalement inconnues ! Les scientifiques ont pu avoir des images d’une autre espèce proche, Promachoteuthis adami.

Grâce à leur caméra dernier cri, des scientifiques ont pu filmer un Promachoteuthis sloani vivant, un céphalopode dont on ne connaît presque rien.

Et finalement, lors de sa…

> Lire la suite sur Futura

Par Julie Kern, Rédactrice scientifique

Lire la suite

Étrangeté du vivant : la crevette-mante qui boxe ses proies

Les crevettes-mantes sont de terribles prédatrices ! Cet ordre de crustacé regroupe environ 400 espèces qui ne sont pas véritablement des crevettes, et encore moins des mantes. Petit point phylogénétique : les crevettes véritables, comme la crevette rose ou les gambas, appartiennent à l’ordre des Decapoda de l’embranchement des crustacés. Les crevettes-mantes, ou squilles, appartiennent à l’ordre des Stomatopoda. Physiquement, les crevettes-mantes ont un corps long et robuste, un peu comme les langoustes, mais ce qui leur vaut le surnom de mante, ce sont leurs deux pattes ravisseuses.

Et elles sont redoutables ! En un éclair, une crevette-mante peut les déployer pour attraper leur proie. Certaines sont si rapides que cela crée un phénomène de cavitation. L’accélération du mouvement, qui peut atteindre celle d’une balle de pistolet, provoque la formation d’une bulle chaude de vapeur d’eau (bulle de cavitation hydrodynamique), qui lorsqu’elle explose forme une onde de choc capable d’assommer, voire de tuer une proie ou un prédateur. La crevette-pistolet, avec sa pince surdimensionnée, est spécialiste de cette technique de chasse.

Les crevettes-mantes, bien plus imposantes, peuvent induire le même phénomène avec leurs pattes ravisseuses. Des chercheurs ont mis en évidence que les…

> Lire la suite sur Futura

Par Julie Kern, Rédactrice scientifique

Lire la suite

C’était le plus gros félin ayant jamais vécu sur Terre

La mégafaune présente en Amérique du Nord au Miocène n’avait rien de très sympathique. En témoignent les fossiles d’un énorme tigre à dents de sabre qui aurait été le félin plus gros ayant jamais vécu sur Terre.

Le plus gros chat domestique du monde s’appelle Omar et il pèse 15 kilos pour 1,20 mètre. Le plus gros félin actuel, le tigre de Sibérie, peut, quant à lui, mesurer jusqu’à 3 mètres pour un poids de 300 kilos. Mais ces animaux restent des nains en comparaison avec le spécimen identifié par le biologiste Jonathan Calede, de l’Université d’État de l’Ohio, grâce à une dent géante et une portion d’humérus. Vivant il y a 5 à 9 millions d’années (donc heureusement bien avant l’apparition de l’Homme), Machairodus lahayishupup pouvait peser jusqu’à 400 kg et chasser des proies atteignant 2.700 kg, affirment les scientifiques américains. « C’était de loin le plus grand félin vivant à cette époque et probablement l’un des plus grands de l’histoire de la Terre », atteste Jonathan Calede, premier auteur de l’étude parue dans le Journal of Mammalian Evolution.

Ce sont en tout sept morceaux d’humérus non classés issus du Musée d’Histoire naturelle de l’Université de l’Oregon qui ont été analysés par Jonathan Calede et son collègue John Orcutt, professeur adjoint de biologie à…

> Lire la suite sur Futura

Par Céline Deluzarche, Journaliste

Lire la suite

Qui sont les « pizzlys », ces ours du réchauffement climatique ?

En 2006, un « pizzly » est observé pour la première fois dans la nature. Un ours résultant d’une reproduction opportuniste entre un grizzly et un ours polaire. Il arbore un pelage blanc et brun, dont les motifs varient selon les individus. Depuis, ce croisement a été remarqué plusieurs fois. Un phénomène qui risque de s’amplifier. En cause ? Le réchauffement climatique, une fois de plus. 

Larisa DeSantis de l’université Vanderbilt (Tennessee, États-Unis) explique le pizzly, une espèce hybride de grizzly et d’ours polaire. © Université Vanderbilt

L’ours polaire est une espèce hyper spécialisée : les phoques sont sa proie principale. Bien que les morses, les bélugas et plusieurs espèces de poissons soient également au menu. Ces restrictions alimentaires, couplées à la fonte de la banquise arctique où ces ours vivent, menacent particulièrement leur existence. « Les ours polaires sont tellement spécialisés dans la chasse aux phoques qu’ils pourraient avoir plus de mal à s’adapter au réchauffement de l’Arctique », souligne Larisa DeSantis, paléontologue et coautrice d’une étude sur le sujet.

Ce qui n’est pas le cas des grizzlys, dont ils auraient divergé il y a seulement un demi-million d’années. Le réchauffement aidant, les aires de répartition de ces deux espèces vont se superposer…

> Lire la suite sur Futura

Par Éléonore Solé, Journaliste scientifique

Lire la suite

Renaud : les femmes qui ont marqué sa vie

Le chanteur-poète Renaud l’homme d’une seule femme. Mais ne supportant pas la solitude, lorsque l’une s’en va, il succombe au charme d’une autre. A l’occasion de son 69e anniversaire ce mardi 11 mai, focus sur celles qui ont partagé sa vie.

Elle est incontestablement LA femme de sa vie. Renaud a rencontré Dominique en 1977, alors qu’il fréquentait Coluche et la bande du Splendid. C’est le coup de foudre mais la belle est mariée à Gérard Lanvin. L’idylle commence clandestinement, suivie d’une beigne de l’acteur trompé à Renaud, puis Dominique divorce pour épouser le chanteur. De cette union naîtra une petite Lolita en 1980, éternelle femme de la vie de Renaud à qui il lui dédie Morgan de toi. Elle veille sur son père dans les bons comme dans les mauvais moments : l’an passé, elle avait dévoilé de tendres souvenirs d’enfance avant de donner des nouvelles du chanteur après son hospitalisation. Lola Séchan donnera naissance en 2011 à une petite Héloïse, fruit de ses amours avec l’artiste Renan Luce.

Renaud divorce de Dominique en 1999

Dominique aussi veille sur son homme. Mais lorsque celui-ci plonge dans l’alcoolisme et devient le plus souvent un Mister Renard, elle met les voiles. Le divorce (…)

Lire la suite