La Nasa prépare la mission Mars 2020 en Islande

Avant la prochaine mission sur Mars en 2020, c'est dans les champs de lave islandais que la Nasa prépare la poursuite du travail engagé par le robot Curiosity qui, depuis 2012, explore la Planète rouge à la recherche de signes de vie.

Niché au pied du Langjökull, deuxième plus grand glacier d'Islande dans l'ouest de l'île, le champ de lave de Lambahraun a été durant trois semaines en juillet le terrain de jeu d'une quinzaine de scientifiques et ingénieurs envoyés par l'agence spatiale américaine.

L'île volcanique perdue au milieu de l'Atlantique-nord a quelque chose en elle de martien, avec son sable noir de basalte, ses dunes façonnées par le vent, des roches noires et les sommets des montagnes environnantes.

« Nous obtenons exactement le type de motifs et de transports de matériaux que les scientifiques souhaitent voir », souligne sur place, bonnet vissé sur le chef, Adam Deslauriers, responsable espace et instruction pour Mission Control Space Services. Cette société canadienne basée à Ottawa a été mandatée par la Nasa pour tester un prototype d'astromobile dans le cadre du projet Sand-E (Navigation semi-autonome pour les environnements détritiques).

Sand-e, en situation dans un champ de lave en Islande. Le petit véhicule électrique se déplace grâce à quatre roues motrices entraînées par deux moteurs latéraux, et qui fonctionnent comme une pelleteuse grâce à 12 petites batteries de voiture dissimulée à l'intérieur. © Mission Control Space Services

Un rover à toute épreuve

« Ce rover est fondamentalement indestructible, assure Adam Deslauriers. Ceux que nous avons sur Mars...

> Lire la suite sur Futura

Par Futura avec l'AFP-Relaxnews

Lire la suite

Science décalée : Doha repeint ses routes en bleu pour lutter contre la chaleur

Dans une ville où les températures dépassent les 50 °C l’été, tous les moyens sont bons pour rafraîchir l’atmosphère. La capitale qatarie teste un revêtement bleu réfléchissant, permettant non seulement de lutter contre la chaleur, mais aussi de réduire la pollution et la consommation de carburant. Les initiatives de ce type se multiplient dans le monde, depuis la fausse neige aspergée dans les rues jusqu’aux mini-jardins perchés sur le toit des bus.

Les températures dans la capitale du Qatar peuvent aisément dépasser les 50 °C l’été. Afin de lutter contre les îlots de chaleur, les autorités de Doha ont décidé de mener une expérience pilote en repeignant les routes avec une peinture bleue « refroidissante ». Contrairement au bitume noir classique, qui absorbe 80 à 95 % du rayonnement solaire, ce revêtement développé par l’entreprise japonaise Japanese Oriental Company réfléchit 50 % des rayons. Il serait ainsi capable d’abaisser la température du bitume de 15 °C à 20 °C d’après Ashghal, l’autorité qatarie qui mène ce projet. « En abaissant la température, ce revêtement refroidissant permet de ralentir les réactions chimiques à l’origine de la pollution », indique le journal Qatar Tribune.

Ce bitume spécial réduit également le frottement avec les pneus, ce qui réduit la...

> Lire la suite sur Futura

Par Céline Deluzarche, Journaliste

Lire la suite

Une fusion d’étoiles à neutrons reproduite en laboratoire

Des collisions d’ions lourds à des énergies relativistes... C’est ce que des chercheurs ont utilisé pour atteindre, en laboratoire, des températures extrêmes de 800 milliards de degrés. Des conditions semblables à celles qui sont observées lorsque des étoiles à neutrons entrent en collision.

Lorsque deux étoiles à neutrons entrent en collision, les températures montent jusqu’à des centaines de milliards de degrés. Et aujourd’hui, une équipe internationale de chercheurs impliqués dans le projet Hades — comme le dieu des enfers — annoncent avoir reproduit, pour la première fois en laboratoire, de telles conditions de températures.

« Nous avons fracassé des noyaux d’or les uns contre les autres à des vitesses relativistes, explique Joachim Stroth, physicien. Ce qui nous a permis de mesurer des températures de l’ordre de 800 milliards de degrés. » De quoi observer les propriétés microscopiques d’états extrêmes de la matière, des états que l’on ne rencontre en principe qu’au cœur de collisions stellaires.

À partir de 2025, une nouvelle installation devrait permettre d’atteindre des conditions de température et de densité encore plus élevées que celles obtenues par les chercheurs du projet Hades. © ket4up, Fotolia

La matière considérablement modifiée

Les constituants des noyaux peuvent-ils changer de propriétés dans de telles conditions extrêmes ? C’est pour répondre à cette question que les physiciens ont mené cette expérience. Et pour cela, ils ont dû mettre en œuvre des instruments...

> Lire la suite sur Futura

Par Nathalie Mayer, Journaliste

Lire la suite

EN DIRECT – Amazonie : des avions militaires déployés pour lutter contre les incendies

CATASTROPHE ENVIRONNEMENTALE, CRISE DIPLOMATIQUE - La gigantesque forêt amazonienne, plus grande forêt au monde, est en proie à de violents incendie. Une situation qui inquiète au niveau international et a provoqué une crise diplomatique entre la France et le Brésil. Suivez les dernières informations sur ces incendies dans ce live.

Le phénomène est prégnant depuis le début de l'année, mais se fait encore plus ressentir depuis quelques semaines. La forêt amazonienne, temple de biodiversité abritant des millions d'espèces animales et des milliards d'arbre, est en proie aux flammes. Une catastrophe encore difficile à mesurer pour ce qui est de la superficie partie en flammes, mais qui peut être recensée par le nombre de départs de feu. Ainsi, depuis le début de l'année, ce sont près de 73.000 départs de feu qui ont été comptabilisés, contre un peu moins de 40.000 en 2018. Autre phénomène inquiétant : selon l'Institut national de recherche spatiale, un organisme brésilien, la déforestation a été quatre fois plus importante en juillet 2019 qu'en juillet 2018. 
Un enjeu politique
Une catastrophe environnementale qui n'a jamais vraiment cessé d'être un enjeu politique. Le président d'extrême droite du Brésil, Jair (...)

Lire la suite

Un très rare léopard fraise photographié en Afrique du Sud

Un léopard tacheté de rose a été photographié fin juillet en plein festin dans la réserve de Thaba Tholo au nord-est de l’Afrique du Sud. Il avait été aperçu à plusieurs reprises par le propriétaire de la réserve, Alan Watson, sans que ce dernier réussisse à l’immortaliser. « C’est un animal incroyablement furtif avec un camouflage parfait, assure le responsable. Quand il est caché dans les hautes herbes, il est pratiquement impossible de le voir. » Mais lorsqu’une girafe est décédée dans la réserve à la suite d’un orage, il a décidé de la découper pour attirer les prédateurs et fixé une caméra dans les arbres. Bingo : fin juillet, le léopard a enfin montré le bout de son nez.

Les photos du léopard rose ont été publiées sur le compte Facebook du Black Leopard Mountain Lodge, un campement touristique situé dans la réserve de Thaba Tholo en Afrique du Sud. © Black Leopard Mountain Lodge, Facebook

Le léopard est normalement de couleur fauve tachetée de noir. L’étrange couleur rose pâle des taches de celui-ci serait due à une mutation génétique appelée érythrisme, qui conduit à une surproduction de pigments rouges par rapport aux pigments noirs. Cette mutation est extrêmement rare chez les carnivores, même si on la rencontre parfois chez les ratons laveurs, les blaireaux et les coyotes. Le léopard noir ou panthère noire, atteint de mélanisme, est lui beaucoup plus courant.

L’existence du léopard rose (aussi surnommé « léopard fraise ») a été révélée seulement en 2012, lorsqu’il a été photographié...

> Lire la suite sur Futura

Par Céline Deluzarche, Journaliste

Lire la suite