Ce scooter électrique Yamaha e-Vino très abordable arrivera-t-il en France ?

Après le VTT électrique, Yamaha poursuit sa diversification, cette fois sur le segment des scooters électriques. Au Japon, le constructeur a lancé le e-Vino, un sympathique deux roues dont le design tout en rondeurs devrait plaire aux nostalgiques de la Vespa. Un engin séduisant mais étrange au vu de ses prestations assez limitées.

Le Yamaha e-Vino a un look rétro très sympa, mais… © Yamaha

En effet, il s’agit d’un scooter monoplace dont le moteur électrique 580 watts (puissance nominale) plafonne à 44 km/h. Quant à l’autonomie, Yamaha annonce seulement 29 km avec la batterie 500 Wh standard pour un conducteur de 55 kg roulant à 30 km/h de moyenne. Bref, quiconque dépasse ce poids et cette vitesse (ce qui n’est pas difficile) ira encore moins loin… Du coup, il est fort probable que les clients veuillent investir dans une seconde batterie 500 Wh qui porte l’autonomie à 58 km.

C’est cette configuration vraiment modeste qui explique sans doute le prix très abordable du Yamaha e-Vino. Au Japon, il est vendu 259 600 yens, soit environ 2.088 euros au cours actuel. Peut-on s’attendre à voir le e-Vino débarquer dans nos contrées ? C’est possible, mais il est probable que dans ce cas, Yamaha choisisse de muscler ses performances pour mieux coller aux attentes des consommateurs occidentaux. A suivre donc…

 

Après le VTT électrique, Yamaha poursuit…

> Lire la suite sur Futura

Par Marc Zaffagni, Journaliste

Lire la suite

La deuxième lune capturée par la Terre serait bien un astéroïde

Une équipe internationale d’astronomes a identifié la nature de la deuxième « mini-lune » connue de la Terre, 2020 CD3. Cet objet, découvert par Kacper Wierzchoś et Theodore Pruyne au Catalina Sky Survey le 15 février dernier, avait intrigué les astronomes : était-ce un objet rocheux naturel, comme le fut 2006 RH120 (première « mini-lune » temporaire connue de la Terre, en 2006-2007), ou était-ce un morceau de débris spatial, comme certains qui sont connus pour avoir déjà été temporairement capturés plusieurs décennies après leur envoi dans l’espace (dont probablement 2020 SO, actuellement temporairement en orbite autour de notre planète) ?

Pour élucider ce mystère, 2020 CD3 a été imagé par l’observatoire Gemini Nord, installé sur le Mauna Kea, à Hawaï. Le résultat ? 2020 CD3 est bien d’origine naturelle, autrement dit, c’est un petit astéroïde. La mini-lune est un vestige rocheux d’un corps plus grand et mesure environ 1 à 1,5 mètre, ce qui en fait l’un des plus petits astéroïdes jamais découverts. En effet, avec une magnitude absolue de 31,8, il est dans le top 10 des astéroïdes connus avec la plus grande magnitude absolue. L’équipe a également pu confirmer que 2020 CD3 ne fut qu’un visiteur temporaire de la Terre : après avoir passé au moins 2,7 ans en orbite autour de…

> Lire la suite sur Futura

Par Adrien Coffinet, Journaliste scientifique

Lire la suite

Cette IA ajoute des châteaux volants et des vaisseaux spatiaux à vos vidéos

Une nouvelle IA baptisée « Castle in the Sky » est capable de remplacer automatiquement le ciel dans des vidéos. Créé par un chercheur de l’université du Michigan, l’outil utilise l’apprentissage profond pour ajouter des éléments comme des vaisseaux spatiaux ou des châteaux volants, ou changer la météo.

Depuis quelques années, de nombreux outils s’appuient sur l’intelligence artificielle pour truquer les vidéos. Ces deepfakes consistent généralement à remplacer le visage d’une personne, ou à lui faire tenir des propos qu’elle n’a pas prononcés. Zhengxia Zou, un chercheur postdoctoral à l’université du Michigan, a mis au point un nouvel outil également basé sur l’apprentissage profond, mais qui remplace automatiquement le ciel.

Castle in the Sky est capable d’ajouter dans une vidéo un château volant, un vaisseau spatial ou d’autres éléments comme des planètes, des lunes ou un ciel étoilé. Toutefois, l’IA ne se contente pas de modifier le ciel, elle adapte aussi l’éclairage de la scène pour obtenir des résultats très réalistes. De plus, l’outil calcule automatiquement le déplacement du ciel d’une image à l’autre afin de suivre les mouvements de la caméra.

Une IA capable de changer la météo

Les méthodes classiques pour remplacer le ciel se basent sur des images fixes ou nécessitent…

> Lire la suite sur Futura

Par Edward Back, Journaliste hi-tech

Lire la suite

Le redoutable mégalodon élevait ses petits en pouponnière

D’une maturité sexuelle très tardive et d’une faible fécondité, le mégalodon avait trouvé la parade pour réduire la mortalité précoce de sa progéniture en l’installant dans des zones de nurserie appropriées ; les petits pouvaient tranquillement atteindre leur taille adulte — au bout de 25 ans — et ce géant put ainsi prospérer à travers le temps. Mais, revers de médaille, cet atout semble aussi avoir causé la disparition de ce requin prédateur selon une étude.

Un endroit idéal pour bien grandir : le mégalodon, ancêtre géant du grand requin blanc, parquait sa progéniture dans des pouponnières naturelles d’eaux chaudes et peu profondes, pour lui permettre d’atteindre sa taille d’adulte à l’abri des prédateurs, selon une étude parue mercredi.

Aujourd’hui, plusieurs familles de requins ont elles aussi recours à cette stratégie de reproduction dans des zones protégées, où la nourriture est abondante. En diminuant la mortalité au stade juvénile, elle augmente la viabilité des populations adultes et joue donc un rôle clé dans la survie d’une espèce menacée. Elle s’avère d’autant plus cruciale pour les espèces marines géantes, à faible fécondité et à la maturité sexuelle tardive, ce qui était le cas du mégalodon, disparu il y a environ 3 millions d’années, explique cette étude publiée…

> Lire la suite sur Futura

Par Futura avec l’AFP-Relaxnews

Lire la suite

Jean Castex salue les premiers versements de la prime de solidarité exceptionnelle

Le Premier ministre est allé rencontrer des bénéficiaires de la prime de solidarité exceptionnelle dans les locaux de la Caisse d’allocations familiales (CAF) de Cergy-Pontoise.

Le Premier ministre Jean Castex s’est rendu vendredi à Cergy-Pontoise pour marquer de sa présence les premiers versements de la prime de solidarité exceptionnelle débloquée par le gouvernement pour soutenir les personnes les plus touchées par la crise.

> Suivez notre direct du vendredi 27 novembre consacré au Covid-19

« En fait, une majorité de gens ne sont pas au courant », a observé le Premier ministre lors d’une visite des locaux de la Caisse d’allocations familiales (CAF) de Cergy-Pontoise, après avoir demandé à plusieurs personnes présentes si elles connaissaient cette aide, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ce dispositif, mis en place pour soutenir les victimes de la crise économique et sociale provoquée par l’épidémie de coronavirus, concerne 4,1 millions de foyers et coûte 1,1 milliard à l’État.

Une aide pour les étudiants boursiers

Accompagné du ministre de la Santé Olivier Véran, le chef du gouvernement a échangé avec des bénéficiaires de cette aide de solidarité exceptionnelle pour les allocatai…

Lire la suite