BlackTea, une mobylette électrique vintage à moins de 3.000 euros

Voici une moto, ou un plutôt une mobylette électrique, que les fans de scambler pourraient adouber sans sourciller. BlackTea Motorbikes, une jeune pousse allemande, compte lancer l’année prochaine ce sympathique deux roues au look furieusement vintage. Pour les béotiens, les scramblers sont des motos routières qui ont été adaptées pour rouler en tout-terrain : pneus à crampons, fourche à soufflets, double amortisseur arrière, selle banane biplace, gros phare avant rond protégé par une grille… La marque italienne Ducati s’en est fait une spécialité de longue date.

La BlackTea reprend subtilement tous ces éléments pour se donner des airs de motocross alors qu’elle est considérée dans nos contrées comme une mobylette. En effet, si son moteur électrique 3 kW (5 kW en crête) logé dans le moyeu arrière lui permet en théorie d’atteindre 80 km/h, il est en fait bridé à 45 km/h pour son homologation en Europe.

En France, il faut un permis B pour conduire la BlackTea qui offre une autonomie de 70 km. Sa batterie 2V 24.5 Ah est amovible et se recharge totalement en 4 heures. Il est possible d’en ajouter une seconde pour doubler l’autonomie. Les freins hydrauliques à disques sont dotés d’un système de récupération d’énergie.

La BlackTea permet de sortir des sentiers battus pour s’amuser en tout-terrain. © BlackTea Motorbikes

La BlackTea se présente comme un deux roues électrique fun et…

> Lire la suite sur Futura

Par Marc Zaffagni, Journaliste

Lire la suite

Coronavirus. Une protéine suspectée de jouer un rôle dans les cas graves de la maladie

Des chercheurs français ont relevé un taux très élevé d’une protéine – 100 à 1 000 fois plus que la normale – chez des patients atteints de forme grave du coronavirus.

Une protéine produite par l’organisme dans un contexte d’inflammation pourrait jouer un rôle important dans les formes graves de Covid-19, et la cibler pourrait donc aider à lutter contre l’aggravation de la maladie, selon une étude menée par des chercheurs français.

Selon ces travaux, publiés jeudi dans la revue Cell, on relève « un taux très élevé » – 100 à 1 000 fois plus que la normale – de cette protéine, la calprotectine, chez les patients atteints d’une forme sévère de Covid-19.

Nos résultats suggèrent que la calprotectine pourrait être responsable de l’aggravation de la Covid-19, a estimé dans un communiqué l’auteur principal de l’étude, le chercheur en immunologie Aymeric Silvin.

De nombreux travaux à travers le monde cherchent à mieux comprendre les mécanismes de l’« orage cytokinique », une réaction inflammatoire incontrôlée et excessive mise en cause dans les formes graves de Covid-19.

La forte augmentation de calprotectine dans le sang pourrait intervenir avant l’orage cytokinique associé à l’emballement i…

Lire la suite

Un glacier du massif du Mont Blanc menace de s’effondrer en Italie

Les fortes chaleurs estivales fragilisent le glacier de Planpincieux, situé sur le versant italien du Mont Blanc ; il menace de se rompre et de lâcher quelque 500.000 m3 de glace sur la commune de Courmayeur. En raison du risque d’effondrement imminent, les autorités italiennes ont ordonné l’évacuation urgente des habitants et la fermeture des routes d’une partie du Val Ferret.

Un immense morceau d’un glacier des Grandes Jorasses, dans la partie italienne du massif du Mont Blanc, menace de s’effondrer en raison de la chaleur, nécessitant l’évacuation de plusieurs dizaines de résidents et touristes dans la zone. Un volume de glace estimé à 500.000 mètres cubes est sur le point de se détacher du glacier de Planpincieux, sur le territoire de la commune de Courmayeur, selon les responsables de cette municipalité de la région du Val d’Aoste située près de la frontière avec la France.

« C’est à peu près l’équivalent de la taille de la cathédrale de Milan, ou d’un terrain de football recouvert de 80 mètres de glace », a détaillé Valerio Segor, directeur de la gestion des risques naturels pour le Val d’Aoste. Une chute d’un tel amas de glace « pourrait provoquer des dégâts considérables, mais aussi s’étaler sur une large zone », à la façon d’une avalanche, a prévenu ce responsable.

Un homme observe avec des jumelles le glacier de Planpincieux à Courmayeur, le 6 août 2020 au Val Ferret, en Italie. © Marco Bertorello, AFP

La…

> Lire la suite sur Futura

Par Futura avec l’AFP-Relaxnews

Lire la suite

Maintenant, Google adapte automatiquement la taille du texte à l’éloignement de l’écran

Dans le but de développer des applications ludiques, Google améliore son intelligence artificielle liée au suivi de l’iris. Un procédé qui permet également d’adapter en temps réel la taille du texte en fonction de l’éloignement de l’utilisateur.

Suivre la pupille de l’utilisateur en temps réel pour appliquer des effets en réalité augmentée ou adapter automatiquement l’affichage à sa vue selon son éloignement de l’écran, c’est l’un des travaux mené par Google autour de l’Intelligence artificielle. Le concept a été baptisé MediaPipe Iris et les résultats sont publiés sur le blog consacré à l’IA de la firme.

En plus de parvenir à traquer la position de l’iris instantanément, les développeurs qui planchent sur ce sujet expliquent que, avec leur procédé, ils parviennent à déterminer la distance entre la caméra et l’œil de l’utilisateur, sans même exploiter un éventuel capteur de profondeur. Cela n’a l’air de rien puisque les messageries des réseaux sociaux proposent de nombreux stickers animés en réalité augmentée qui s’incrustent en temps réel. Si l’effet ludique est bluffant, dans presque tous les cas, les dimensions ne sont pas appropriées et il y a des décalages.

Dans le cas de MediaPipe Iris, Google cherche la précision avec un minimum d’équipement, c’est-à-dire, un simple…

> Lire la suite sur Futura

Par Louis Neveu, Journaliste

Lire la suite

Le premier cas de cancer chez un dinosaure diagnostiqué

Ce sont des chercheurs canadiens qui ont fait cette étonnante découverte : un os de dinosaure présentant une tumeur cancéreuse.

Des chercheurs canadiens ont découvert le premier cas de cancer connu chez un dinosaure, selon une étude publiée dans le numéro du mois d’août de la revue scientifique The Lancet Oncology.

D’une fracture à un cancer

Un os de jambe provenant d’un Centrosaurus avait été découvert par des paléontologues en 1989 dans la province canadienne d’Alberta.

Les experts pensaient initialement que l’ossement, déformé, avait subi une fracture qui avait guéri.

Mais de récents examens, au microscope et au moyen de technologies avancées, comme la tomographie haute résolution, ont révélé qu’une grosseur sur l’os, de la taille d’une pomme, était en fait une tumeur cancéreuse.

Des ressemblances avec une tumeur humaine

Les dinosaures n’avaient pas une vie facile, plusieurs d’entre eux avaient des fractures qui guérissaient, ou des infections des os, explique à l’AFP l’un des auteurs de l’étude, Mark Crowther.

Sur des ossements aussi anciens, trouver des preuves de cancer est difficile, souligne-t-il : la plupart des tumeurs se développent dans des tissus mous, mal préservés par la …

Lire la suite