AirPods : comment les utiliser avec un smartphone Android ?

Les AirPods font le bonheur des utilisateurs d’iPhone. Mais les écouteurs Bluetooth d’Apple sont également utilisables sur Android. Les fonctionnalités de base sont prises en charge par défaut, et quelques applications permettent d’accéder aux petits plus des écouteurs.

Les AirPods d’Apple ont beau être pensés pour les appareils iOS, ils sont avant tout des écouteurs Bluetooth tout ce qu’il y a de plus standard. Pour les associer à votre smartphone Android, il suffit de les placer dans leur boîtier et d’appuyer longuement sur le bouton au dos de celui-ci. Ils sont désormais détectables.

Les Airpods d’Apple au design épuré et moderne. © Futura Sciences

Une fois associés, vous pouvez utiliser le double tap sur un des écouteurs pour mettre la musique en pause ou prendre un appel. En revanche, les capteurs détectant leur présence dans vos oreilles ne sont pas opérationnels : impossible de mettre la musique en pause automatiquement.

Les AirPods peuvent être associés comme n’importe quels écouteurs Bluetooth. © Futura Sciences

Des apps pour les fonctionnalités additionnelles

Deux applications permettent de débloquer les fonctionnalités « avancées » des AirPods. « AirBattery » affiche le niveau de batterie de chaque écouteur, ainsi que du boîtier de recharge, dans une fenêtre semblable à celle d’iOS ou dans les notifications. La dernière version comble également l’absence de détection des écouteurs pour mettre la musique en pause. 

AirBattery et Assistant Trigger : deux apps pour débloquer tout le potentiel des AirPods. © Futura Sciences

Assistant…

> Lire la suite sur Futura

Par Stéphane Ruscher, Journaliste

Lire la suite

La deuxième lune capturée par la Terre serait bien un astéroïde

Une équipe internationale d’astronomes a identifié la nature de la deuxième « mini-lune » connue de la Terre, 2020 CD3. Cet objet, découvert par Kacper Wierzchoś et Theodore Pruyne au Catalina Sky Survey le 15 février dernier, avait intrigué les astronomes : était-ce un objet rocheux naturel, comme le fut 2006 RH120 (première « mini-lune » temporaire connue de la Terre, en 2006-2007), ou était-ce un morceau de débris spatial, comme certains qui sont connus pour avoir déjà été temporairement capturés plusieurs décennies après leur envoi dans l’espace (dont probablement 2020 SO, actuellement temporairement en orbite autour de notre planète) ?

Pour élucider ce mystère, 2020 CD3 a été imagé par l’observatoire Gemini Nord, installé sur le Mauna Kea, à Hawaï. Le résultat ? 2020 CD3 est bien d’origine naturelle, autrement dit, c’est un petit astéroïde. La mini-lune est un vestige rocheux d’un corps plus grand et mesure environ 1 à 1,5 mètre, ce qui en fait l’un des plus petits astéroïdes jamais découverts. En effet, avec une magnitude absolue de 31,8, il est dans le top 10 des astéroïdes connus avec la plus grande magnitude absolue. L’équipe a également pu confirmer que 2020 CD3 ne fut qu’un visiteur temporaire de la Terre : après avoir passé au moins 2,7 ans en orbite autour de…

> Lire la suite sur Futura

Par Adrien Coffinet, Journaliste scientifique

Lire la suite

Cette IA ajoute des châteaux volants et des vaisseaux spatiaux à vos vidéos

Une nouvelle IA baptisée « Castle in the Sky » est capable de remplacer automatiquement le ciel dans des vidéos. Créé par un chercheur de l’université du Michigan, l’outil utilise l’apprentissage profond pour ajouter des éléments comme des vaisseaux spatiaux ou des châteaux volants, ou changer la météo.

Depuis quelques années, de nombreux outils s’appuient sur l’intelligence artificielle pour truquer les vidéos. Ces deepfakes consistent généralement à remplacer le visage d’une personne, ou à lui faire tenir des propos qu’elle n’a pas prononcés. Zhengxia Zou, un chercheur postdoctoral à l’université du Michigan, a mis au point un nouvel outil également basé sur l’apprentissage profond, mais qui remplace automatiquement le ciel.

Castle in the Sky est capable d’ajouter dans une vidéo un château volant, un vaisseau spatial ou d’autres éléments comme des planètes, des lunes ou un ciel étoilé. Toutefois, l’IA ne se contente pas de modifier le ciel, elle adapte aussi l’éclairage de la scène pour obtenir des résultats très réalistes. De plus, l’outil calcule automatiquement le déplacement du ciel d’une image à l’autre afin de suivre les mouvements de la caméra.

Une IA capable de changer la météo

Les méthodes classiques pour remplacer le ciel se basent sur des images fixes ou nécessitent…

> Lire la suite sur Futura

Par Edward Back, Journaliste hi-tech

Lire la suite

Le redoutable mégalodon élevait ses petits en pouponnière

D’une maturité sexuelle très tardive et d’une faible fécondité, le mégalodon avait trouvé la parade pour réduire la mortalité précoce de sa progéniture en l’installant dans des zones de nurserie appropriées ; les petits pouvaient tranquillement atteindre leur taille adulte — au bout de 25 ans — et ce géant put ainsi prospérer à travers le temps. Mais, revers de médaille, cet atout semble aussi avoir causé la disparition de ce requin prédateur selon une étude.

Un endroit idéal pour bien grandir : le mégalodon, ancêtre géant du grand requin blanc, parquait sa progéniture dans des pouponnières naturelles d’eaux chaudes et peu profondes, pour lui permettre d’atteindre sa taille d’adulte à l’abri des prédateurs, selon une étude parue mercredi.

Aujourd’hui, plusieurs familles de requins ont elles aussi recours à cette stratégie de reproduction dans des zones protégées, où la nourriture est abondante. En diminuant la mortalité au stade juvénile, elle augmente la viabilité des populations adultes et joue donc un rôle clé dans la survie d’une espèce menacée. Elle s’avère d’autant plus cruciale pour les espèces marines géantes, à faible fécondité et à la maturité sexuelle tardive, ce qui était le cas du mégalodon, disparu il y a environ 3 millions d’années, explique cette étude publiée…

> Lire la suite sur Futura

Par Futura avec l’AFP-Relaxnews

Lire la suite

Mort de Diego Maradona : un employé funéraire fait un selfie avec sa dépouille et se fait virer

Trois hommes se sont pris en photo avec le corps sans vie de Diego Maradona dans un salon funéraire de Buenos Aires et ont posté les clichés sur les réseaux sociaux. L’un d’entre eux, employé des pompes funèbres, a été licencié sur le champ.

Diego Maradona est mort ce 25 novembre à l’âge de 60 ans. Une disparition qui a suscité une vive émotion chez tous les amateurs de football, comme en témoignent les millions d’hommages qui ont été rendus à la star du ballon rond. En Argentine, où il est vénéré comme une icône, ses admirateurs se sont pressés devant la Casa Rosada, le palais présidentiel, pour saluer sa disparition et espérer apercevoir son cercueil. Avant d’être présenté au public, le corps de Diego Maradona avait été confié au salon funéraire Pinier, à Buenos Aires, ce 25 novembre en début de soirée. C’est dans l’enceinte de cette société de pompes funèbres que trois hommes se sont pris en photo avec le corps du footballeur. Des clichés morbides qui ont ensuite été publiés sur les réseaux sociaux et qui ont suscité une vague d’indignation. L’avocat Matías Morla, ami de Maradona, a fait part de sa colère : « Je vais m’occuper personnellement de retrouver le scélérat qui a pris cette (…)

Lire la suite