Tennis. John Isner renonce à participer à l’Open d’Australie

L’Américain John Isner, 25e joueur mondial, a annoncé lundi qu’il ne participerait pas à l’Open d’Australie en raison des restrictions liées au Covid-19 dans le cadre du premier Grand Chelem de la saison.

« À ce stade de ma carrière et de ma vie, j’ai toujours eu la possibilité de voyager avec ma famille. Et, ce ne sera pas le cas pour aller à Melbourne cette année », a déclaré John Isner après sa défaite face à son compatriote Sebastian Korda en quarts de finale du tournoi de Delray Beach Open en Floride. 25e joueur mondial, il fait donc le choix de ne pas se rendre en Australie cette année.

Les organisateurs de l’Open d’Australie ont imposé une période de quarantaine stricte de 14 jours à observer pour les joueurs venant de l’étranger qui souhaitent participer au tournoi à partir du 8 février.

« Ce que je comprends. Mais c’était vraiment juste une situation où je ne voulais pas être loin de ma famille pendant si longtemps. Alors, j’ai décidé de rester à la maison », a précisé Isner, 35 ans et père de deux enfants, pour qui cette décision « n’a pas été facile à prendre ».

LIRE AUSSI.

Lire la suite

Tennis. Open de Quimper : ce qu’il faut retenir de la troisième journée

Ce mercredi 27 janvier, marquait la fin du premier tour et le début des huitièmes de finale de l’Open de Quimper. Entre l’élimination de Lucas Pouille, les têtes de série presque toutes éliminées, tout comme les Français. Voici ce qu’il faut retenir de cette troisième journée.

Lucas Pouille manque son retour

C’était l’attraction de cette troisième journée sur l’Open de Quimper. Les débuts de la tête d’affiche du tournoi : Lucas Pouille (74e ATP). Cela faisait en effet sept mois que l’ancien numéro 10 mondial n’avait plus foulé les courts de tennis. Opéré à un coude, il faisait donc sa rentrée dans le Finistère.

LIRE AUSSI. Lucas Pouille s’incline pour son retour à la compétition

Si son premier match officiel avait été en double, la veille, en compagnie de son ami Mathias Bourgue (victoire 6-2, 4-6, 10-8), ses grands débuts en simple attirait tous les regards. En manque de rythme et de repères, le demi-finaliste de l’Open d’Australie 2019 commettait trop de fautes d’entrée de jeu. Il perdait la première manche avant de se reprendre. Mais il craquait en fin de match pour laisser filer la victoire au Slovaque Filip Horansky (184e ATP). Le Français pourra se relancer dès la semaine proc…

Lire la suite

Tennis. Open de Quimper : « L’objectif, c’était de retrouver des automatismes » pour Lucas Pouille

Lucas Pouille renouait avec la compétition, ce mercredi 27 janvier 2021 à l’Open de Quimper. Après plusieurs mois sans compétition officielle, le 74e mondial à l’ATP s’est incliné au premier tour contre le Slovaque Filip Horansky (184e ATP). Pour autant, l’ancien numéro 1 français voulait surtout retenir le positif, après sa rencontre.

Il était dit que rien ne serait facile pour Lucas Pouille de retour à la compétition après de longs mois de disette, et défait par le Slovaque Filip Horansky au terme de trois sets âprement disputés (6-4, 5-7, 6-4).

LIRE AUSSI. Lucas Pouille s’incline pour son retour à la compétition

Le fil conducteur de la partie ? L’irrégularité chronique, un virus hier après-midi très contagieux sur le central quimpérois. Mais quand on sait par où le Français est passé, la défaite concédée face au solide Filip Horansky (184e ATP) relèverait presque de l’anecdote. Pour le jeune papa, l’essentiel, c’était peut-être tout simplement après des mois de doute, de retrouver des sensations et des repères comme il le confiait en conférence de presse, une heure après la rencontre.

LIRE AUSSI. Pour sa reprise, Lucas Pouille s’impose en double

« Je ne m’attendais pas à un match …

Lire la suite

Tennis. Open de Quimper : Lucas Pouille s’incline pour son retour à la compétition

Presque sept mois après son dernier match, Lucas Pouille (74e ATP) s’est incliné pour son entrée en lice dans le tableau simple de l’Open de Quimper, en trois sets contre le Slovaque Filip Horansky (184e ATP) : 6-4, 5-7, 6-4.

Ce que je souhaite, c’est avoir la meilleure attitude possible. Me battre sur chaque point. Si j’ai un niveau qui n’est pas celui que j’espère, il faudra aussi l’accepter. Deux semaines avant le début de l’Open de Quimper et de son entrée en lice, Lucas Pouille avait prévenu, dans un entretien accordé à Ouest-France , qu’il faudrait d’abord surveiller son attitude avant son feu de jeu.

LIRE AUSSI. Pour sa reprise, Lucas Pouille s’impose en double

Le Pas-de-calaisien avait raison de prévenir. Sept mois après son retour à la compétition, il a dû s’arracher pour se défaire du Slovaque Filip Horansky (184e ATP). Breaké dès le début du match, l’ancien numéro 10 mondial a mis un set et demi à retrouver ses sensations, sept mois après son dernier match.

Batailler jusqu’au bout

En délicatesse au service, friable dans l’échange, le Français avait tout le mal du monde à mettre tous les éléments en place. Ne se procurant dans la première manche qu’une seule balle de brea…

Lire la suite

Serena Williams: « Je ne joue plus que pour les Grands Chelems »

Comme beaucoup d’autres, Serena Williams prend son mal en patience. En effet, l’Américaine se trouve actuellement du côté d’Adélaïde en Australie, afin de respecter sa quatorzaine. La tenniswoman, aujourd’hui âgée de 39 ans et plus que jamais en activité sur le circuit WTA, ne manque visiblement toujours pas d’ambitions, des années après. Interrogée par la télévision américaine, la joueuse a partagé sa principale motivation : « Je ne joue plus que pour les Grands Chelems. J’aime savoir que j’ai toujours la chance d’être compétitive à ce niveau. L’Open d’Australie est un de mes Grands Chelems favoris et j’ai beaucoup d’amis à Melbourne. Mais remporter un Grand Chelem est vraiment particulier, cela signifie absolument tout. » Dans un petit peu moins de deux semaines débute justement le premier Grand Chelem de l’année, à savoir l’Open d’Australie, qui se déroulera du 8 au 21 février prochains.

S.Williams : « 2020 a été si difficile que personne ne veut revivre ça »

En ligne de mire, pour Serena Williams, le fameux record de Margaret Court et ses 24 titres en Majeur. Un record que l’Américaine tente de battre depuis 2017, année de son dernier sacre en Grand Chelem. C’était alors à l’Open d’Australie. Pendant cet entretien, la joueuse a également confié ses conditions de quarantaine: « C’est super, super-strict, mais ça va. C’est assez dingue et très intense, mais ça va. Au final, c’est très bien car cela va nous permettre de retrouver une vie normale après. Mais c’est effectivement assez compliqué de rester à l’hôtel toute la journée avec une enfant de trois ans. Mais ça en vaut le coup car on veut juste que tout le monde se porte bien au final. Surtout, 2020 a été si difficile que personne ne veut revivre ça. Alors s’il faut en passer par quelques efforts aujourd’hui, d’accord. Bien sûr, il faut être fort mentalement. Pour y arriver, j’essaie de prendre du recul et de penser à autre chose. J’ai très hâte de voir le Super Bowl. »