« C’est uniquement une pause »

A l’heure où Bordeaux-Bègles se déplacera à Perpignan samedi après-midi pour le compte de la 11eme journée de Top 14, Christophe Urios sera au salon du vin et de la bouche à Ussel, en Corrèze. L’entraîneur de bientôt 57 ans a en effet été limogé par l’UBB pendant la trêve internationale, et il compte bien utiliser son temps libre forcé pour profiter de sa passion pour la viticulture. Et après ? Le natif de Montpellier espère bien retrouver son activité principale de coach dès la saison prochaine, comme il l’a confié à l’AFP. « Je veux d’abord absorber mon éviction. Mais j’espère trouver un banc en juin prochain pour la prochaine saison. Le rugby, c’est fini pour le moment, mais c’est uniquement une pause. J’ai besoin de me poser, de faire le point et de savoir ce que j’ai vraiment envie de faire. Où, comment et avec qui ? Moi, je bouge au coup de coeur. Quand je suis parti à Oyonnax, tout le monde m’a demandé ce que j’allais faire là-bas, et finalement, j’ai bien fait d’y aller », explique Urios, qui a quitté Bourgoin-Jallieu pour Oyonnax en 2017 et a passé huit ans dans l’Ain, devenant champion de France Pro D2 en 2013.

Lyon fait trébucher Toulouse

Plus d’informations à suivre…

Le Racing 92 à la fête

Clermont n’a pas voulu gâcher la fête. Alors que le Racing 92 a fêté ce dimanche avec ses supporters ses 140 ans, le club francilien est celui qui a fait les cadeaux avec une victoire bonifié face à l’ASM. Et le public ne devait pas être en retard à la Paris-La Défense Arena. En effet, Christian Wade a donné l’avantage aux Ciel-et-Blanc dès la 4eme minute. A la réception d’une passe au pied d’Antoine Gibert, l’ancien pensionnaire de la NFL n’a pas eu de difficultés pour aplatir le premier essai de la rencontre. Après avoir manqué la transformation, Nolann Le Garrec a pu régler la mire quatre minutes plus tard sur pénalité avant de voir son vis-à-vis Anthony Belleau manquer une tentative à sa portée, située plein axe à 30 mètres des perches. L’ancien Toulonnais a une nouvelle fois vu la cible lui échapper à la moitié du premier acte. Le Racing 92, quant à lui, a capitalisé sur sa domination dans le jeu, corsant l’addition dès la 25eme minute par l’intermédiaire d’Hassane Kolingar.

Clermont a timidement réagi

A la suite d’un ballon porté conquérant, le pilier a pu récupérer le contrôle du ballon et faire parler sa puissance pour aplatir le deuxième essai de la rencontre. Après un deuxième échec au pied de Nolann Le Garrec, Francis Saili a mis le club francilien sur le chemin du bonus offensif dès la demi-heure de jeu. Décalé par Max Spring, l’ancien joueur de Biarritz a profité d’une défense clermontoise absente pour marquer. Toutefois, les Jaunards se sont décidés à réagir peu de temps avant le retour aux vestiaires. A l’issue d’une combinaison entre George Moala et Kévin Viallard, Bautista Delguy a pu placer une accélération pour aller aplatir en coin et ramener l’ASM à 17 points à la pause. Le festival du Racing 92 a très vite repris en deuxième période. A l’issue d’une action confuse et d’une perte de balle clermontoise, Juan Imhoff a su résister pour aller à son tour à l’essai. Alors que les deux bancs se sont ouverts, le match a perdu en intensité.

Le Racing 92 a très bien fini

Les joueurs de Jono Gibbes en ont profité pour sortir les Ciel-et-Blanc du bonus offensif à l’entame du dernier quart d’heure. Après une récupération de balle de Jules Plisson, Alivereti Raka s’est joué de Christian Wade pour aller aplatir. Il n’en fallait pas moins pour réveiller le Racing 92, qui a fini le match en trombe. Profitant d’une passe manquée de Jules Plisson, Antoine Gibert a récupéré la balle et profité de la désorganisation auvergnate pour remonter un demi-terrain et remettre son équipe sur le chemin d’une victoire à cinq points. Un bonus offensif que Christian Wade n’a pas manqué d’assurer en toute fin de match. L’ailier anglais a également profité d’une maladresse côté ASM pour partir en contre et inscrire un essai facile. Une ultime pénalité de Finn Russell sur la sirène permet au Racing 92 de connaître une fête d’anniversaire heureuse avec ce net succès (46-12), qui lui permet de remonter à la troisième place du classement. Clermont, qui concède une troisième défaite de suite, continue de reculer dans la hiérarchie avec une dixième place.

« Nous avons fait preuve de caractère »

Battu par Montpellier (16-26) avant trois semaines de trêve en novembre, Toulon a rectifié le tir. En effet, lors de la 11eme journée du Top 14, l’équipe dirigée par Franck Azéma et Pierre Mignoni s’est offerte un précieux succès loin de ses bases en faisant tomber le Stade Français au Stade Jean-Bouin (12-17). Après une première période ratée, le RCT a su réagir après la pause pour renverser les Parisiens, grâce à deux essais signés du pilier géorgien Beka Gigashvili et du 3eme ligne argentin Facundo Isa, et revient ainsi à une longueur d’eux au classement. « Si je mets mes deux pénalités, il y a 9-6 à la mi-temps. Donc oui, on y croyait. On ne domine pas, mais on fait le dos rond. Nous avons dominé l’occupation et la possession en seconde période. Nous avons fait preuve de caractère. On savait que ce serait compliqué, le groupe n’a rien lâché. C’est positif », a notamment reconnu Baptiste Serin, après le succès de son équipe.

« Toulon gagne, ce n’est pas volé »

« À la mi-temps, on s’est dit qu’on n’était pas très loin, qu’on devait attaquer un peu plus la ligne, alterner aussi et être plus précis. Nous avons été meilleurs stratégiquement en seconde période. Cette victoire compense numériquement notre défaite à domicile face à Montpellier », a par la suite rajouté le demi de mêlée de Toulon, auteur de sept points au pied. « On fait une bonne première période dans l’affrontement. Mais on a eu du mal à remettre les ingrédients en seconde période. Nous avons un peu joué à reculons. On a perdu les impacts. Toulon gagne, ce n’est pas volé, a pour sa part reconnu Morgan Parra, le joueur du Stade Français, dans des propos repris par L’Equipe. Est-ce inquiétant ? Ça dépendra de la semaine prochaine et de la réception de La Rochelle qui est en pleine bourre. Ce soir (samedi), c’est un coup d’arrêt. S’il y a un deuxième faux pas la semaine prochaine, ce sera compliqué. »

Top 14 : La Rochelle écrase Castres, Toulon fond sur le Stade Français… Ce qu’il faut retenir des matchs de la 11e journée

Le carton de cette onzième journée de Top 14 a été signé par La Rochelle, samedi, face à Castres (53-7). Le RCT, vainqueur à Paris (12-17), revient sur les talons du Stade au classement.

Le Top 14 a repris ses droits. Après deux semaines d’interruption pendant la tournée d’automne du XV de France, cinq matchs étaient au programme de la onzième journée, samedi 26 novembre. Chez les mieux classés, La Rochelle a écrasé Castres (53-7), Toulon s’est imposé en soirée au Stade Français 12-17) pendant que Montpellier a signé une troisième victoire de suite face à Bayonne (35-14). Dans les tréfonds du classement, Brive a enchaîné un sixième revers de rang à Pau (22-6) et l’Union Bordeaux-Bègles, pour sa première sans Christophe Urios, a perdu à Perpignan (23-20).

La perf’ : Toulon s’impose à Jean-Bouin

Huitième avant le coup d’envoi, le RCT a réussi une performance notoire en s’imposant sur la pelouse du Stade Français, pourtant quatrième, samedi soir. Les Varois n’ont pas forcément mis la manière mais ils s’en contenteront largement. Dominés à la pause par la botte de Segonds, ils ont su sortir du marasme de cette rencontre, marquée par de nombreuses échauffourées, et tout autant d’approximations, pour inscrire deux essais par Gigashvili (56e) et Isa (67e) qui ont scellé leur succès. Les Parisiens, qui ont décroché le point de bonus défensif à la (…)

Lire la suite