ASM: Retour d’Ezeala pour le derby à Brive, Lee capitaine

Clermont, 4e du Top 14, peut rejoindre le duo de tête ce dimanche lors du derby du Centre à Brive, comptant pour la 3e levée de Top 14. Pour parvenir à leurs fins, les Jaunards doivent impérativement engranger une victoire bonifiée.

Franck Azéma enregistre le retour de son ailier Ezeala. Ce changement renvoie Grosso sur l'aile droite. En charnière, Cassang et McIntyre sont conservés pour diriger le jeu auvergnat tandis que Moala et Naqalevu font la paire au centre. Le pack sera emmené par le capitaine Lee. On y retrouve entre autres les internationaux français Jedrasiak et Cancoriet.

Coupe du monde de rugby. Tonga : « La poule est difficile, mais nous devons croire en nous »

Les Tonga ont perdu de leur superbe, mais conservent un état d'esprit et une volonté à toute épreuve. Depuis que la fédération a évité de peu la faillite, le rugby tongien est à la peine, mais cela n'empêche pas le sélectionneur Toutai Kefu d'ambitionner une qualification. Objectif honorable s'il en est, d'autant plus, que le terrain reste le seul détenteur de la vérité.

Quelle « poule de la mort »? Bien qu'opposées aux Anglais, Argentins et Français, les îles Tonga de l'ancien international australien Toutai Kefu visent à la Coupe du monde au Japon une première qualification pour les quarts de finale.

++ Fidji, Samoa, Tonga, les îles du Pacifique rêvent de pouvoir conserver leurs talents

« Croire que c'est possible »

Une seule victoire (contre le Canada) en cinq matches disputés cet été, dont deux raclées au Japon (41-7) et face à la Nouvelle-Zélande, samedi (92-7). Malgré ce bilan, le sélectionneur Kefu, ancien N.8 champion du monde avec les Wallabies en 1999, veut croire en l'étoile de son archipel du Pacifique Sud: « Je suis focalisé sur la qualification. Nous devons gagner trois matches pour cela. »

« La poule est difficile, sans aucun doute. Mais nous devons croire en ce que no...

Lire la suite

Coupe du monde de rugby. Fidji : « Cette équipe possède le potentiel pour aller en quarts »

Les Fidjiens ne sont plus réduits à ses valeureux adversaires, capables de gestes techniques impossibles, mais désorganiser… C’est tout ce qu’il manquait aux Fidji pour devenir redoutable, et c’est aujourd’hui chose faite. Régler sur les phases statiques et dans le travail de l’ombre, les îles Fidji sont aujourd’hui prises très très au sérieux, par l’élite du rugby international.

Ses bolides sont insaisissables, tout le monde le sait. Mais le sélectionneur John McKee a fait de la discipline le cœur de son programme pour que les Fidji survivent à une poule D ardue à la Coupe du monde de rugby (20 septembre - 2 novembre). Face à l’Australie, aux Pays de Galles, La Géorgie et l’Uruguay, les Flying Fijians auront fort à faire, mais sont armés pour accéder aux quarts.

++ Fidji, Samoa, Tonga, les îles du Pacifique rêvent de pouvoir conserver leurs talents

Les Fidji, enfin pris au sérieux

Leone Nakarawa, Vereniki Goneva, Semi Radradra… Ces stars des championnats de France ou d’Angleterre feraient rêver n’importe quel entraîneur, mais les Fidji, faute de moyens financiers, ne sont encore qu’une nation de second rang, avec deux quarts de finale (1987 et 2007) dans la compétition en guise de...

Lire la suite

Michalak rabaisse l’Argentine

Frédéric Michalak n'a visiblement pas été impressionné par l'Argentine durant la préparation de la Coupe du monde (20 sept.-2 nov.). 

Invité sur RMC Sport, l'ancien ouvreur des Bleus n'a pas hésité à rabaisser les Pumas. "Face à l’Afrique du Sud, on a vu une équipe d’Argentine très très faible, a ainsi débuté l'ancien international. Je n’ai pas vu une équipe française en-dessous de celle de l’Argentine sur les derniers matchs. Pour moi cette équipe est en fin de course. Je pense que le XV de France a les atouts pour les gêner."

La France et l'Argentine se retrouveront dès le samedi 21 septembre, au Tokyo Stadium (9h15), pour leur premier match dans ce Mondial. 

Coupe du monde de rugby. Uruguay : « On va jouer jusqu’au bout, on se bat et on va tout donner »

L'Uruguay, humble nation mais souvent présente au rendez vous des Coupe du monde, participera pour la 4e fois de son histoire à la compétition. Sans l'illustre sage castrais Capo-Ortega, Los Teros vont tout faire afin de remplir un seul objectif, marquer leur mondial du seau de la victoire, avec la solide Géorgie dans le viseur.

« Los Teros » d'Uruguay se rendent au Japon pour leur quatrième Coupe du monde avec le modeste objectif de remporter un match dans la poule D, ciblant clairement la Géorgie pour cela.

++ Au nom du mouvement, du volume, et du jeu au pied

« L'objectif, c'est la Géorgie »

« On sait qu'il existe un très gros écart mais on se prépare pour faire au mieux. L'idée, c'est de gagner un match », et donc faire aussi bien qu'en 1999 et 2003, a confié à l'AFP le demi de mêlée Agustin Ormaechea, fils de Diego, premier marqueur de l'Uruguay au Mondial. Pour la Fédération (URU), c'est encore plus précis: « L'objectif, c'est la Géorgie ».

Les Teros, 19e nation mondiale, sont une équipe en progrès. Exit le jeu basé sur un pack solide: « Le monde va voir un autre style d'équipe. On va essayer de jouer plus, de s'amuser et de faire jouer les trois-quarts », promet Ormaechea, qui ...

Lire la suite