Tennis: Revoilà Keys !

Peu nombreux sont les bookmakers qui avaient parié sur une finale entre Madison Keys et Alison Riske à Adélaïde 2. Le duel qui mettra aux prises les deux Américaines pour le trophée samedi était en effet tout sauf attendu. Pourtant, ce sont bien ces deux non-têtes de série qui se retrouveront face à face pour ajouter leur nom au palmarès de l’épreuve remportée la semaine dernière par Ashleigh Barty (Adélaïde 1). Riske, 57eme au classement, n’a même pas eu besoin de se présenter sur le court. Son adversaire dans la première demi-finale la Slovène Tamara Zidansek, demi-finaliste du dernier Roland-Garros, a déclaré forfait avant la rencontre.

Keys, trois ans après

Keys n’a pas eu autant de chance. Mal embarquée après la perte du premier set, l’ancienne numéro 7 mondiale a toutefois trouvé la force pour inverser la situation et remporter les deux sets suivants (3-6, 6-2, 7-5) face à sa jeune compatriote de 17 ans classée au 19eme rang mondial et qui faisait partie des favorites du tournoi. De retour au premier plan, la Floridienne de 26 ans aujourd’hui 87eme au classement disputera sa première finale depuis janvier 2020 et sa défaite en finale à Brisbane, déjà en Australie, contre Karolina Pliskova.

ADELAIDE 2 (Australie, WTA 250, dur extérieur, 210 780€)
Tenante du titre (en 2022, Adelaide 1) : Ashleigh Barty (AUS)

Finale
Riske (USA) – Keys (USA)

Demi-finales
Riske (USA) bat Zidansek (SLO, n°4) : forfait
Keys (USA) bat Gauff (USA, n°3) : 3-6, 6-2, 7-5

Quarts de finale
Riske (USA) bat Brengle (USA) : 3-3, abandon
Zidansek (SLO, n°4) bat Davis (USA, Q) : 7-6 (4), 7-6 (7)
Gauff (USA, n°3) bat Konjuh (CRO) : 6-3, 6-4
Keys (USA) bat Samsonova (RUS, n°8) : 6-3, 3-6, 6-3

Huitièmes de finale
Brengle (USA) bat Peterson (SUE, Q) : 6-3, 6-2
Riske (USA) bat Kalinina (UKR) : 6-1, 6-3
Zidansek (SLO, n°4) bat Inglis (AUS, WC) : 6-2, 6-1
Davis (USA, Q) bat Paolini (ITA) : 4-6, 6-4, 6-4

Konjuh (CRO) bat Vondrousova (RTC) : 4-6, 6-2, 7-6 (3)
Gauff (USA, n°3) bat Kostyuk (UKR) : 6-3, 5-7, 6-3
Samsonova (RUS, n°8) bat Parrizas Diaz (ESP) : 6-2, 6-1
Keys (USA) bat Martincova (RTC) : 6-1, 6-3

1er tour
Peterson (SUE, Q) bat Sabalenka (BIE, n°1, WC) : 5-7, 6-1, 7-5
Brengle (USA) bat Potapova (RUS, Q) : 7-5, 4-6, 6-1
Riske (USA) bat Linette (POL) : 6-4, 6-4
Kalinina (UKR) bat Cirstea (ROU, n°9) : 6-3, 6-2

Zidansek (SLO, n°4) bat Watson (GBR, Q) : 2-6, 6-2, 7-6 (4)
Inglis (AUS, WC) bat Kovinic (MNE, Q) : 6-4, 1-6, 6-2
Paolini (ITA) bat Sanders (AUS, Q) : 7-5, 6-2
Davis (USA, Q) bat Teichmann (SUI, n°7) : 1-6, 7-6 (3), 6-4

Vondrousova (RTC) bat Golubic (SUI) : 5-7, 6-4, 6-3
Konjuh (CRO) bat Saville (AUS, WC) : 6-2, 7-6 (4)
Kostyuk (UKR) bat Rogers (USA) : 6-3, 6-4
Gauff (USA, n°3) bat Siniakova (RTC) : 6-1, 6-2

Samsonova (RUS, n°8) bat Sherif (EGY) : 7-6 (2), 6-4
Parrizas Diaz (ESP) bat Cornet (FRA) : 6-4, 6-4
Martincova (RTC) bat Yastremska (UKR) : 6-4, 3-6, 6-3
Keys (USA) bat Svitolina (UKR, n°2) : 6-2, 6-4

FC Barcelone : la cas Sergio Busquets divise les socios

Alors que le hashtag #BusquetsEnElBanquillo déferle sur Twitter, Xavi a tenu à mettre les choses au clair concernant son milieu de terrain.

Même si, par la force des choses, le FC Barcelone s’est considérablement rajeuni cette saison, il reste quelques vieux grognards dans l’effectif. Ainsi, Jordi Alba, Gérard Pique et Sergio Busquets ont toujours une place de choix dans le onze de départ et sont même désignés comme les trois capitaines du club.

Pourtant, le milieu de terrain est loin de faire l’unanimité depuis quelques matchs au point que les supporters du Barça semblent l’avoir pris en grippe et que bon nombre d’entre eux préfèreraient le voir sur le banc de touche.

La vague anti-Busquets déferle sur Twitter

Si la grogne contre Busquets commençait à se faire entendre depuis quelques matchs dans les travées du Camp Nou, elle a donc éclaté au grand jour sur Twitter. Ce weekend, le hashtag #BusquetsEnElBanquillo a en effet fait une percée remarquable sur Twitter afin de demander à Xavi d’écarter le milieu de terrain du onze de départ.

Si certaines voix se sont élevées contre cette cabale contre le milieu blaugrana emblématique, la majorité des messages allaient dans le sens d’une mise à l’écart de Busquets.Certains reprochentà Busquets de faire de l’ombre à l’éclosion de Frenckie De Jong.

Mais pour Xavi, qu’importe la pression (qui peut tout aussi bien venir des opposants au projet de Joan Laporta), Busquets est inamovible.

Busquets indispensable pour Xavi

Selon AS, les mécontents vont devoir se faire une raison. Xavi a en effet confirmé que Busquets était l’homme de base de son milieu de terrain et que sauf blessure ou baisse de niveau drastique, il restera le premier nom couché par le coach sur la composition de son onze de départ.

Busquets a en effet été titulaire dans 11 des 12 matchs coachés par Xavi et il est le 2e joueur qui compte le plus de temps de jeu sur cette période derrière Ter Stegen. Plus que jamais au Barça, les papis font de la résistance !

Real Madrid : Paco Gento, légende du club et six fois vainqueur de la Coupe des clubs champions, est mort

Décédé à l’âge de 88 ans, il était encore président d’honneur du club merengue.

De l’autre côté des Pyrénées, c’est une légende du football qui est décédée. Le Real Madrid a annoncé mardi 18 janvier au matin le décès à 88 ans de Paco Gento. Joueur du club merengue entre 1953 et 1971, il est le seul joueur de l’histoire à avoir remporté six fois la Coupe des clubs champions (ancien nom de la Ligue des champions), marquant à deux reprises en finale.

En 18 saisons au Real Madrid, le joueur offensif avait marqué 182 buts en 600 matches, et s’était forgé un palmarès gigantesque, avec, en plus de ses six titres européens, 12 Championnats d’Espagne et deux Coupes d’Espagne, entre autres. En plus de son club, Gento fut également international espagnol à 43 reprises, prenant part deux fois à la Coupe du monde (1962 et 1966).

Une des « grandes légendes » du Real

« La figure de Paco Gento représente fidèlement toutes les valeurs du Real Madrid et continuera d’être une référence pour le Real Madrid et pour le monde du sport. Les fans de Madrid et tous les fans de football se souviendront toujours de lui comme l’une de leurs grandes légendes », a déclaré le club dans un communiqué (en espagnol).

Après sa brillante carrière de joueur, Gento avait pris le costume (…)

Lire la suite

CAN 2022 : le Cameroun et le Burkina Faso qualifiés, le Cap-Vert doit patienter pour connaître son sort… Ce qu’il faut retenir des matchs de lundi

Les Camerounais et les Burkinabés, concédant le nul face respectivement au Cap-Vert et à l’Ethiopie (1-1), se sont qualifiés pour les huitièmes de finale de la CAN, lundi, au terme de la dernière journée de phase de poules du groupe A.

Pas de carton plein pour les Camerounais lors de la CAN organisée sur son sol. Les Lions indomptables ont été accrochés par le Cap-Vert lundi 17 janvier (1-1). Invaincus et premiers du groupe A, ils filent en huitièmes de finale. Vincent Aboubakar, double buteur lors des deux premières rencontres, s’est encore une fois illustré (1-0, 39e), inscrivant son cinquième but depuis le début de la compétition.

Contraint de marquer pour rester en vie dans le tournoi, le Cap-Vert s’est montré dangereux en fin de première période. Au retour des vestiaires, Garry Rodrigues, entré à la pause, a permis de sauver la mise (53e, 1-1) afin d’entretenir l’espoir d’une qualification.

Les Burkinabés s’en sortent bien, le Cap-Vert garde espoir

Le Burkina Faso a pris la deuxième place de cette même poule malgré son nul (1-1) contre l’Éthiopie. Comme les Camerounais, le groupe burkinabé a dans un premier temps mené au score (24e, 1-0) avant de voir ses adversaires revenir au score à la suite de la transformation d’un penalty par Getaneh Kebede (51e, 1-1), obtenu sur une faute de main dans la surface.

Un résultat (…)

Lire la suite

ENTRETIEN. Patrice Evra : « Tu as honte alors que tu es la victime », l’ancien international se confie sur son passé dans son autobiographie

Violences sexuelles, Knysna, sa relation conflictuelle avec Lilian Thuram, l’ancien footballeur international français se livre sans tabou sur son passé dans son livre « I Love This Game ».

Patrice Evra, ancien joueur de Manchester United et de l’AS Monaco et international français (81 sélections), a accordé une interview à Tout Le Sport, à l’occasion de la sortie de son livre « I Love This Game » (éditions Hugo Sport), paru le 13 janvier. Dans cet ouvrage autobiographique, il évoque des sujets sensibles qui ont marqué sa carrière et sa vie. Le natif de Dakar donne sa version de l’épisode du bus à Knysna, lors de la Coupe du Monde 2010, qu’il affirme « ne pas regretter ».

Libération de la parole

Dès le début de son livre, Patrice Evra parle des violences sexuelles dont il a été victime lorsqu’il était adolescent. Il s’agit d’une démarche « pour les autres enfants, ou les autres personnes, qui sont dans cette situation« , explique-t-il. Il évoque « le sentiment de honte » qu’il a pu ressentir en tant que victime et affirme que son témoignage a permis à certaines personnes de libérer leur parole, en privé, sur les agressions sexuelles, notamment dans le monde du football.

Lire la suite