Rien de grave pour Lucas Hernandez

Sorti sur blessure samedi soir contre l'Albanie (4-1), touché aux côtes, Lucas Hernandez sera prêt pour enchaîner mardi soir contre Andorre. C'est en tout cas ce qu'il assure.

"J'ai encore un petit peu de douleur mais ça va, ce n'est qu'un coup, a déclaré le joueur du Bayern Munich, dimanche, à Téléfoot. Ça va le faire pour mardi. Je suis en pleine forme."

Mercato Juevntus: Mandzukic, direction Qatar !

Mario Mandzukic a bien compris que la Juventus Turin de Maurizio Sarri ne compte pas sur lui. Ecarté de la liste des qualifiés pour la Ligue des champions, l'attaquant croate n'a pas été convoqué dans le groupe pour les deux derniers matches de la Vieille Dame en Serie A. Selon la Gazzetta dello Sport, il serait en partance pour le Qatar. Une annonce en ce sens pourrait intervenir très rapidement.

Mercato PSG: Herrera valide l’arrivée de Navas

Présent en conférence de presse vendredi, à la veille d’affronter Strasbourg à l’occasion de la 5e journée de Ligue 1, Ander Herrera a été invité à s’exprimer sur l’arrivée de Keylor Navas. Et le milieu de terrain espagnol a été très élogieux envers l’ancien portier du Real Madrid.

"Tout le monde le connaît. On peut dire qu'il a pratiquement tout gagné. Ce qui m'a le plus impressionné, c'est cette envie de dépassement permanent. Il a toujours envie de faire mieux, c'est un grand pro, qui essaye toujours d'avancer, de progresser. On l'a vu au Real Madrid. C'est quelqu'un qui aime le foot, qui aime son métier, et qui veut toujours être meilleur", a ainsi confié l’ex-Red Devil.

Rabiot, ce n’est pas la dolce vita

Attendu au tournant après une saison quasi-blanche au Paris Saint-Germain, Adrien Rabiot connaît une adaptation compliquée dans le Piémont, où le coach de la Juventus Turin, Maurizio Sarri, ne le voit pas, à l’heure actuelle, comme un titulaire en puissance.

En rejoignant la Juventus Turin cet été, libre de tout contrat, à l’issue de son engagement avec le Paris Saint-Germain, Adrien Rabiot rêvait sans doute de meilleurs débuts de l’autre côté des Alpes. Barré par la forte concurrence dans l’entrejeu turinois, et notamment par un Blaise Matuidi en grande forme, le "Duc" doit pour le moment se contenter des miettes. Au vu du passif du garçon, qui souhaitait notamment prendre davantage d’épaisseur en Italie, pas certain que cette situation ne lui convienne vraiment.

Ironie du sort ou non, comme à Paris quelques années auparavant, Matuidi garde donc une longueur d’avance sur son concurrent et compatriote dans l’esprit de son entraîneur. "Matuidi est un joueur important pour nous, parce qu'il s'adapte, il porte plus d'attention à ce qu'il se passe devant. Il a une extraordinaire maturité", a ainsi confié un Maurizio Sarri qui, affaibli par une pneumonie, sera pour la première fois de cette saison de Serie A sur le banc de la Juve lors du déplacement à Florence, ce samedi (15 heures).

Rabiot joue donc malgré lui le rôle de second couteau en Italie, avec une seule petite apparition d’une vingtaine de minutes jusqu’à présent. Et pas les meilleures de sa carrière. La presse italienne s’est montrée très critique au moment d’analyser sa prestation. Des débuts timides qu’a tenté de justifier son entraîneur: "Il n’a pas du tout joué en 2019. Il s’est entraîné quinze jours à haute intensité, puis il s’est écroulé. Adrien Rabiot est extrêmement sensible et s’est un peu mis en difficulté mentalement, mais il a de grandes qualités techniques et physiques". Reste maintenant à mériter du temps de jeu pour le démontrer.

Neymar, la rédemption par le jeu

Le Paris Saint-Germain va reprendre le cours de sa saison ce samedi face à Strasbourg avec un certain Neymar dans son onze de départ. Le Brésilien qui a tout fait pour partir, doit ravaler sa frustration. Sa saison commence aujourd’hui et ses faits et gestes seront scrutés.

Une excellente nouvelle pour le Paris Saint-Germain, le staff, les joueurs et les fans de foot. Sans doute moins pour les Ultras du Paris Saint-Germain forcément meurtris par l’attitude du clan Neymar tout au long de l’été. Leur position est claire comme les banderoles vues lors des premiers matches au Parc des Princes l’ont confirmé. Mais Neymar sera bien là contre Strasbourg et ce sera la principale attraction de l’après-midi avec les premières de Navas dans le but et l’entrée attendu d’Icardi, sans doute en cours de match. 

"Il faut tirer un trait sur ce qu’il s’est passé. Neymar, ça reste un des meilleurs joueurs du monde. Je pense qu’il va nous montrer que c’est un grand. (…) On fait tous des conneries quand on est jeune. Il faut que le public lui pardonne", argumente Jean-Pierre Papin dans les colonnes du Parisien. Un grand pardon qui risque néanmoins de prendre encore du temps. Et bien entendu, il paraît impensable qu’il ne soit pas sifflé face à Strasbourg. Et son attitude vis-à-vis du public apportera le principal élément de réponse

Il n’en reste pas moins que c’est un joueur formidable et que c’est justement en retrouvant son meilleur niveau qu’il va retourner le public. Certains auraient souhaité qu’il prenne la parole, ce n’est pas certain que ce soit une si bonne idée que cela. Le Brésilien doit briller sur la durée et transmettre cette folie qui sort de son jeu pendant une saison complète. Ce serait la première fois depuis son arrivée au PSG.

Tuchel attendait ce moment avec impatience, et son sourire en dit long sur ses intentions. Sans doute titularisé, Neymar a toutes les cartes en mains.