Les Pays-Bas et la Belgique gagnent aussi

Leaders du groupe 4 de la Ligue A, les Pays-Bas ont gardé leurs trois longueurs d’avance sur la Belgique grâce à un succès en Pologne ce jeudi (0-2), sur des réalisations de Gakpo (14e) et Bergwijn (60e).

Dans le même temps, les Diables rouges pour leur part ont disposé du pays de Galles (2-1) avec des réalisations de De Bruyne (10e) et Batshuayi (37e) – Moore ayant répliqué pour les Dragons.

Les Belges tâcheront d’arracher la première place de poule et un billet pour le Final Four aux Pays-Bas dans trois jours. Pour ce faire, il leur faudra gagner et faire mieux que leurs homologues bataves qui début juin s’étaient imposés 1-4 à Bruxelles.

Trois nouveaux trophées pour Benzema

Alors qu’il fait figure de grandissime favori dans la course au Ballon d’Or, qui sera décerné le 17 octobre prochain, Karim Benzema a fait le plein lors de la traditionnelle remise des trophées du quotidien Marca.

L’attaquant du Real Madrid est en effet reparti de la soirée avec trois distinctions sous le bras: le prix Alfredo Di Stefano du meilleur joueur de la saison 2021-2022 en Liga, le trophée Pichichi du meilleur buteur du championnat (27 réalisations) et le titre de meilleur joueur de la saison désigné par les supporters.

Absent depuis trois semaines, Karim Benzema a par ailleurs repris l’entraînement et devrait rapidement reprendre la compétition.


?s=20&t=oYsqrFMZ6_OIKCm-zGboxA

AL-Khelaïfi déclare la guerre au Barça

Le redressement du FC Barcelone grâce à l’arrivée de nouveaux capitaux ne passe pas. Lors de la récente assemblée générale de l’ECA, Nasser Al-Khelaïfi avait d’ailleurs livré le fond de sa pensée. « Les nouvelles règles de viabilité financière sont une évolution positive. Les règles contrôlent les coûts et encouragent l’investissement et les nouveaux investisseurs. Elles contribueront à assurer la pérennité du football. Mais nous devons être prudents ; des niveaux d’endettement dangereux et l’injection magique de capitaux ne sont pas une voie durable. Nous devons penser à long terme, pas à court terme », avait-il confié, visant sans le nommer le club catalan.

Le patron du PSG en a remis une couche ce mercredi au cours d’un entretien accordé à Politico. « Est-ce juste? Non, ce n’est pas juste… Est-ce légal ? Je ne suis pas sûr », a-t-il ainsi lancé au sujet de ces nouveaux capitaux et notamment des 100 millions d’euros perçus grâce à la vente de 25% de sa branche de contenu numérique non rentable à une société dirigée par le fondateur de Mediapro. Et le président parisien de compter sur l’UEFA pour « tout regarder ».

Torture, clé USB compromettante: Al-Khelaïfi cité dans une affaire explosive

Les jours se suivent et se ressemblent pour le PSG et son président, Nasser Al-Khelaïfi. Alors que trois individus, dont deux anciens policiers ont été mis en garde à vue, mardi, soupçonnés d’avoir livré des informations confidentielles de la police au club de la capitale, une nouvelle affaire explosive a été révélée, mercredi, par Libération. D’habitude très sobre sur sa une, le quotidien n’a d’ailleurs pas hésité à reprendre certains codes de la presse tabloïd pour l’occasion, barrant d’un exclusif son gros titre « Le patron du PSG au cœur d’un scandale: Chantage, sévices et clé USB».

D’après l’enquête « explosive » de Libération, le patron du PSG et du groupe beIN Media aurait été victime de chantage de la part d’un entrepreneur et « lobbyiste » franco-algérien, né en banlieue parisienne. Alors que ce dernier se prévalait de détenir des clé USB contenant des documents compromettants pour le dirigeant qatari, il aurait été arrêté à Doha le 13 janvier 2020 et emprisonné de manière arbitraire pendant près de neuf mois, subissant des pressions psychologiques et des sévices afin de faire taire l’impétrant.

Au final, le dénommé Tayeb B. aurait été libéré en novembre 2020 après la remise aux autorités qatariennes, via un accord confidentiel, de clés USB ainsi qu’un disque dur contenant les pièces supposément sensibles. Une affaire qui illustre selon Libération « les méthodes sulfureuses » du Qatar « pour protéger ses secrets ». Toujours selon le quotidien, ces documents concerneraient les soupçons de corruption dans l’attribution de la Coupe du monde 2022, des faits de travail dissimulés dans l’entourage du président parisien mais également sa vie privée à Paris. Réfutant ces accusations, un proche de NAK a expliqué qu’il s’agissait juste d’«un maître-chanteur qui voulait des millions d’euros et qui s’est brûlé».

Lebœuf, la grosse engueulade de Deschamps

Disparu des écrans français depuis son départ de RMC Sport en 2020, Franck Lebœuf n’en continue pas moins d’officier comme consultant pour ESPN. Il sera d’ailleurs sur le pont durant la Coupe du monde, que ce soit aux Etats-Unis où depuis la Normandie où il est installé. L’ancien défenseur central y livrera ses analyses souvent sans concession.

Lors de l’Euro 2016, ses commentaires lui avaient d’ailleurs valu une engueulade de la part de Didier Deschamps. « Je l’avais critiqué quand il avait positionné Matuidi à droite. J’avais dit qu’il avait fait une erreur mais il s’était vite corrigé. Didier m’a engueulé au téléphone donc je lui ai envoyé la vidéo. Il n’avait rien vu mais des bons amis lui avaient dit que j’avais taillé, s’est-il souvenu dans les colonnes du JDD. En fait, on avait fait le même constat au même moment. C’est mon boulot de dire ce que je vois. Avec respect. »

Didier Deschamps n’est d’ailleurs pas le seul champion du monde 98 avec lequel il a eu des mots. Il en a été de même de Christophe Dugarry, coupable, à ses yeux, d’avoir été trop cinglant. « J’ai reproché à Duga de dire que tel ou tel joueur était nul. A ce niveau, personne ne l’est. Mais certains consultants jouent un rôle pour plaire à leur public », a-t-il confié au sujet de son ancien collègue chez RMC.