Les notes des Bleus: Giroud, l’incontournable

LebƓuf, la grosse engueulade de Deschamps

Disparu des Ă©crans français depuis son dĂ©part de RMC Sport en 2020, Franck LebƓuf n’en continue pas moins d’officier comme consultant pour ESPN. Il sera d’ailleurs sur le pont durant la Coupe du monde, que ce soit aux Etats-Unis oĂč depuis la Normandie oĂč il est installĂ©. L’ancien dĂ©fenseur central y livrera ses analyses souvent sans concession.

Lors de l’Euro 2016, ses commentaires lui avaient d’ailleurs valu une engueulade de la part de Didier Deschamps. « Je l’avais critiquĂ© quand il avait positionnĂ© Matuidi Ă  droite. J’avais dit qu’il avait fait une erreur mais il s’était vite corrigĂ©. Didier m’a engueulĂ© au tĂ©lĂ©phone donc je lui ai envoyĂ© la vidĂ©o. Il n’avait rien vu mais des bons amis lui avaient dit que j’avais taillĂ©, s’est-il souvenu dans les colonnes du JDD. En fait, on avait fait le mĂȘme constat au mĂȘme moment. C’est mon boulot de dire ce que je vois. Avec respect. »

Didier Deschamps n’est d’ailleurs pas le seul champion du monde 98 avec lequel il a eu des mots. Il en a Ă©tĂ© de mĂȘme de Christophe Dugarry, coupable, Ă  ses yeux, d’avoir Ă©tĂ© trop cinglant. « J’ai reprochĂ© Ă  Duga de dire que tel ou tel joueur Ă©tait nul. A ce niveau, personne ne l’est. Mais certains consultants jouent un rĂŽle pour plaire Ă  leur public », a-t-il confiĂ© au sujet de son ancien collĂšgue chez RMC.

Affaires Ă  la FFF : l’ex-vice-prĂ©sidente Brigitte Henriques porte plainte pour diffamation

Le nom de l’ancienne vice-prĂ©sidente est apparu dans un article du mĂ©dia Josimar, oĂč elle est accusĂ©e d’avoir soutenu un cadre fĂ©dĂ©ral condamnĂ© pour harcĂšlement sexuel et moral.

L’ex-vice-prĂ©sidente de la FĂ©dĂ©ration française de football (FFF) et dĂ©sormais prĂ©sidente du CNOSF, Brigitte Henriques, a annoncĂ© mercredi 28 septembre porter plainte pour diffamation aprĂšs la parution d’un article dans le mĂ©dia norvĂ©gien Josimar l’accusant d’avoir soutenu un cadre fĂ©dĂ©ral condamnĂ© pour harcĂšlement moral et sexuel.

Dans cet article paru mercredi, signĂ© d’un journaliste français, Brigitte Henriques est mise en cause sur la base d’un courrier datĂ© du 4 octobre 2018 dans lequel elle vante les qualitĂ©s professionnelles de Jacky FortĂ©paule, ancien prĂ©sident de la Ligue du Centre de football entre 2017 et 2018.

Dans ce courrier, elle Ă©voque notamment « un directeur engagĂ© et passionné » sachant « mettre ses compĂ©tences Ă  la disposition des diffĂ©rentes commissions fĂ©dĂ©rales » et qui s’est « beaucoup investi ». Selon l’article, ce courrier aurait Ă©tĂ© utilisĂ© par la dĂ©fense de Jacky FortĂ©paule lors d’un procĂšs qui s’est dĂ©roulĂ© Ă  OrlĂ©ans dĂ©but 2022, six femmes l’ayant accusĂ© de harcĂšlement moral et sexuel.

Un cadre condamné à de la prison avec sursis

L’ancien dirigeant a Ă©tĂ© condamnĂ© en avril 2022 Ă  un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d’OrlĂ©ans dans cette affaire, selon la presse, (
)

Lire la suite

Hamraoui-Diallo, des aveux accablants !

« Bon, je prĂ©fĂšre vous dire toute la vĂ©rité  Je suis fatiguĂ©, je veux ĂȘtre honnĂȘte
 C’est bien moi qui portais la barre de fer et c’est bien moi qui ai frappĂ© Kheira Hamraoui pendant que mon complice faisait semblant de tenir en respect Aminata Diallo. J’ai donnĂ© deux coups au niveau de la jambe. » Voici ce qu’a avoué Manzi N., l’un des suspects de l’agression de Kheira Hamraoui, face aux enquĂȘteurs de la PJ de Versailles.

[lireaussi titles= »Affaire Hamraoui: Renard ‘se pose des questions » » urls= »https://www.sports.fr/football/equipe-de-france/affaire-hamraoui-renard-se-pose-questions-630635.html »]

Selon Le Parisien, celui qui est surnommĂ© « le petit » a finir par raconter comme il a quittĂ© son quartier de Villeneuve-Saint-Georges pour se rendre dans les Yvelines, et participer Ă  l’agression de la joueuse du Paris Saint-Germain. Alors que quatre suspects ont Ă©tĂ© interpellĂ©s dans un premier temps, il dit avoir Ă©tĂ© recrutĂ© par un autre homme. « En fait, cette cinquiĂšme personne dont je ne souhaite pas vous fournir l’identitĂ© Ă©tait en contact avec un individu qui s’est prĂ©sentĂ© comme un ami du cousin d’Aminata Diallo, dĂ©taille Manzi au cours de sa garde Ă  vue. Il voulait que l’on fasse semblant d’agresser Aminata Diallo et que l’on agresse Kheira Hamraoui. »

« Aminata, elle voulait jouer (
) donc il fallait blesser Kheira Hamraoui »

Le mobile sur lequel travail les enquĂȘteurs, celui de la piste de la rivalitĂ© sportive entre les jeux joueuses, est ainsi Ă©voquĂ© par Manzi N. « Je crois que c’était pour un match, pense avoir compris le jeune homme. Aminata, elle voulait jouer mais elle n’avait pas Ă©tĂ© choisie donc il fallait blesser Kheira Hamraoui pour qu’elle ne puisse pas jouer », a-t-il expliquĂ©.

Mise en examen pour « violences aggravĂ©es » et « association de malfaiteurs », puis libĂ©rĂ©e sous contrĂŽle judiciaire, Aminata Diallo continue de clamer son innocence, et assure qu’elle n’a pas commanditĂ© l’agression de celle qui Ă©tait alors sa coĂ©quipiĂšre et concurrente au PSG comme en Ă©quipe de France. Comme le rappelle Le Parisien, aucun Ă©lĂ©ment matĂ©riel ne la relie Ă  ce jour aux agresseurs.

Aminata Diallo a tout de mĂȘme Ă©tĂ© identifiĂ©e par Even C., un autre membre supposĂ© du « commando ». « Oui voilĂ , c’est ça, c’est bien elle, c’est la joueuse qui a commanditĂ© la mission, a-t-il confiĂ© lors de son interrogatoire. Je me souviens : on avait regardĂ© sur Google dans la voiture quand on Ă©tait sur la route et que le petit nous avait expliquĂ© . »

Galtier, les trĂšs graves accusations

Christophe Galtier est parti de Nice cet Ă©tĂ© pour rejoindre le Paris Saint-Germain, une opportunitĂ© en or pour le technicien de 56 ans. Mais sans l’offre parisienne, l’ancien coach de Lille serait-il toujours sur le banc des Aiglons ? Rien n’est moins sĂ»r, car les relations Ă©taient trĂšs difficiles entre Galtier et le directeur sportif du Gym, Julien Fournier, qui a Ă©galement fini par quitter le club azurĂ©en cet Ă©tĂ©.

Si Fournier parle, Galtier « n’entrera plus dans un vestiaire »

« C’est vrai que c’est de notoriĂ©tĂ© publique que les rapports que je pouvais avoir avec Christophe Ă©taient dĂšs le dĂ©but de la saison assez chaotiques, a confiĂ© Julien Fournier sur RMC ce mercredi soir. TrĂšs honnĂȘtement, si j’explique les vraies raisons pour lesquelles on s’est disputĂ©s, parce que c’est vraiment le mot, Christophe n’entrera plus dans un vestiaire, ni en France ni en Europe. Il y a des sujets sur lesquels je resterai peut-ĂȘtre langue de bois. »

« Des choses bien plus graves de mon point de vue »

Julien Fournier porte ainsi de graves accusations Ă  l’encontre de Galtier, mĂȘme s’il refuse de rentrer dans les dĂ©tails. « Mais ce ne sont pas des affaires de foot qui nous ont opposĂ©s, ce sont des choses bien plus graves de mon point de vue, ajoute l’ancien dirigeant niçois. C’était indirectement liĂ© au football. Ce sont des choses qui me touchent au plus profond. On avait des positions trĂšs Ă©loignĂ©es. On a donc fait la saison, et on a Ă©tĂ©, lui et moi, les plus professionnels possibles pour limiter l’impact nĂ©gatif que ça aurait pu avoir sur l’équipe. Puis il y a eu la sĂ©paration. »