Le Mans FC envisage de prendre ses quartiers au Parc de la Californie

Au cours d'une rencontre avec les partenaires du club, Thierry Gomez, le président du Mans FC, a exposé ses projets notamment celui de mettre sur pied un centre de formation au sein du parc de la Californie au Mans.

Thierry Gomez ne s’en est jamais caché. Au lendemain de la montée en Ligue 2, il avait mis le doigt sur la nécessité pour Le Mans de disposer d’un centre de formation labellisé. Dans le passé, avant la liquidation judiciaire du club, cette structure existait. Elle a aujourd’hui disparu et Thierry Gomez cherche à le remettre sur pied. « Il nous faut obtenir le plus rapidement possible l’agrément de notre centre de formation. Nos meilleurs jeunes sont partis vers Laval, Tours, Angers et là encore nous en avons un qui cherche à partir. Il faut qu’on ait les moyens de les garder. Aujourd’hui, nous ne sommes pas en capacité de proposer des contrats aspirant pour protéger nos jeunes joueurs. »

Devant un parterre de partenaires, le président du Mans FC a dévoilé son plan et ses plans. « Au Mans, on a le foncier. Il faut désormais le faire vivre. Il faudra qu’on s’asseye autour d’une table avec les collectivités pour avancer sur le sujet. » Thierry Gomez a la volonté de réamén...

Lire la suite

A Milan, Zlatan a (déjà) mis tout le monde d’accord

L’entraineur de l'AC Milan, Stefano Pioli, a rendu un hommage appuyé à sa nouvelle recrue, Zlatan Ibrahimovic.

De retour en Serie A cet hiver pour y défendre à nouveau les couleurs de l’AC Milan, après un passage par Los Angeles, Zlatan Ibrahimovic n’a pas traîné pour se remettre les tifosi rossoneri dans la poche. Il faut dire que le géant suédois n'a eu besoin que de deux apparitions, mais surtout d’une seule titularisation - contre Cagliari -, pour faire trembler les filets.

Présent en conférence de presse ce vendredi, Stefano Pioli s’est dit impressionné par la condition physique et la détermination de l’attaquant de 38 ans. « L'arrivée d'Ibrahimovic est très importante pour nous, a-t-il confié. C'est important pour ce qu'il apporte à l'entraînement, pour ce qu'il a fait contre Cagliari et pour ce qu'il va encore faire. Ibra va progresser, il nous donne pleine satisfaction. Il est tellement pro, déterminé dans tout ce qu'il fait ».

« C'est fou de voir un tel champion travailler si dur »

Et au coach lombard de poursuivre sur l’admiration qu’il voue au natif de Malmö: « C'est fou de voir un tel champion travailler si dur. Surtout pour un groupe jeune comme nous. Après Cagliari, il nous a dit de travailler dur et avec passion pour obtenir une récompense. Il faut faire des sacrifices, c'est le plus important ».

Après une première partie de saison complètement manquée, le Milan compte plus que jamais sur l’ancien Parisien, qui a paraphé un contrat de six mois (avec une saison supplémentaire en option), pour ramener les pensionnaires de San Siro dans le haut du tableau. Car à l’heure actuelle, les Milanais sont seulement 10e du calcio, pointés à dix longueurs du 4e, l’Atalanta.

Les vœux originaux des Rémois adressés à l’arbitrage

Echaudé par un arbitrage contraire de son point de vue lors de sa dernière sortie en date face à Amiens, le Stade de Reims a adressé une carte de vœux bien particulière à la Direction technique de l'arbitrage.

Le Stade de Reims n’a que peu goûté le scénario de son match nul contre Amiens, mercredi au Stade de la Licorne, en match en retard de la 16e journée de L1 (1-1). Aussi pour marquer leur mécontentement face à la prestation au sifflet de M. Hamel les Champenois ont-ils envoyé une carte de vœux à la Direction technique de l'arbitrage et son patron, Pascal Garibian.

« Peu aVARe en bons voeux et pour enfin lancer 2020 sur de bonnes bases, le Stade de Reims vous souhaite une heureuse année ! », peut-on lire dans ce tweet de bonne année avant une énumération des erreurs supposées dont le club a été victime dernièrement: « Qu'elle soit aussi vive qu'une manchette d'Arturo Calabresi sur Moussa Doumbia dans la surface picarde, aussi distinguée qu'un amorti des deux mains de Keita Baldé avant un doublé en Coupe de France et pleine d'émotions fortes à l'image d'une nomination d'un arbitre à Nîmes, de retour aux Costières un mois après une expérience rugissante... »

Des références aux sorties précédentes des hommes de David Guion, le 4 janvier à Monaco (2-1) et une semaine plus tard à Nîmes (2-0). Le tout ponctué avec panache. « Faisons désormais le vœu commun d’une relation limpide et d’une confiance mutuelle retrouvée ! Vive le libre arbitre ! » Les Rémois ont rendez-vous mercredi prochain avec le PSG, dans le dernier carré de la Coupe de la Ligue.

 

Une Ligue des champions plus longue ?

Désireux d’augmenter leurs revenus, les clubs européens militent pour une nouvelle formule de la Ligue des champions. Avec davantage de matches…

Des droits télé en augmentation, une Ligue des champions de mieux en mieux dotée, des contrats de sponsoring qui explosent… : les revenus des clubs européens n’ont jamais été aussi importants, comme l’a souligné en début de semaine l’audit du cabinet Deloitte. Ce qui n’empêche pas les cadors européens de chercher à encore augmenter ces revenus.

C’était d’ailleurs une nouvelle fois l’un des thèmes abordés lors de la dernière réunion de l’Association des clubs européens (ECA) qui s’est tenue à Paris cette semaine. Et si de nombreux clubs de l’ECA militent pour la création d’une Ligue fermée, et ce afin de maximiser leurs revenus, ils n’en ont pas moins travaillé à une nouvelle formule de la Ligue des champions, qu’ils entendent rapidement soumettre à l’UEFA afin qu’elle entre en vigueur en 2024..

Une nouvelle formule qui s’articule autour d’un axe fort: rallonger la compétition. Alors que 13 matches sont aujourd’hui nécessaires pour soulever la Coupe aux grandes oreilles, il en faudrait désormais 17 pour écrire son nom au palmarès de la C1. Le préalable à cette réforme sera donc de s’entendre avec les différentes Ligues pour libérer des nouvelles dates, ce qui ne sera pas chose aisée.

Tout dépendra néanmoins de la formule adoptée. Deux solutions ont été retenues. Tout d’abord, le retour au format qui avait cours entre 1999 et 2003 avec deux phases de poules et une phase finale qui débuterait au stade des quarts de finale. La formule sans doute la plus facile à faire passer puisque deux nouvelles dates suffiraient du fait de la disparition des huitièmes de finale. Autre scénario envisageable, le passage à des poules de 6 équipes au lieu de quatre, avec qualification des deux premiers de chaque poule ainsi que des quatre meilleurs troisièmes. Une solution qui pourrait obliger à trouver quatre nouvelles dates durant l’automne…

OL: Garcia a aimé le geste de Marcelo

L’avenir de Marcelo pourrait bien s’écrire à Lyon.

Pris à partie par de nombreux supporters lyonnais durant l’automne, Marcelo semble en passe de se rabibocher avec le public rhodanien. Le défenseur brésilien a fait le premier pas, samedi, en allant à la rencontre des ultras à l’issue de la victoire de l’OL en terre bordelaise et le geste a été unanimement apprécié. Que ce soit par les supporters ou son entraîneur.

De quoi laisser penser que l’ancien joueur du Besiktas, un temps annoncé sur le départ, pourrait bien finalement rester à Lyon.

"Pour moi, il n’a jamais été question qu’il parte. Je vous rejoins sur le fait qu’à Bordeaux on a gagné plus qu’un match. Le fait de le voir se réconcilier avec nos supporters, c’est quelque chose de très positif, a ainsi confié Rudi Garcia, jeudi, en conférence de presse. Il va être motivé pour donner le meilleur de lui-même. On aura besoin du soutien des supporters pour être une meilleure équipe à domicile car on est l'une des moins bonnes, et c’est une anomalie quand on est l’Olympique Lyonnais. C'est une initiative de Marcelo et ça me plait, on a besoin de notre 12e homme."