France-Autriche : Mbappé décisif, Tchouameni tient la baraque, Giroud des grands soirs … Les notes des Bleus après la victoire contre l’Autriche

A deux mois de son entrée en lice en Coupe du monde, l’équipe de France a disposé de l’Autriche, jeudi, à l’occasion de la 5e journée de la Ligue des Nations (2-0).

Les Bleus se sont refaits une petite santé dans leur groupe de Ligue des nations avec leur succès contre l’Autriche (2-0), jeudi 22 septembre, au Stade de France. Voici les notes des joueurs de l’équipe de France.

Mike Maignan : 5/10

Soirée frustrante pour le Milanais. Face à une attaque autrichienne inoffensive qui n’a tenté aucune frappe en première période, Maignan n’a eu qu’une dizaine de ballons à négocier au pied avant sa sortie sur blessure au mollet à la mi-temps. Remplacé par Alphonse Aréola (5/10) à la pause, qui n’a pas eu beaucoup plus de travail.

William Saliba : 5/10

Pas titulaire au coup d’envoi, le défenseur a vite remplacé Jules Koundé, blessé (22e). S’il a bien muselé les attaquants autrichiens, Saliba s’est parfois rendu coupable de relances mal assurées.

Raphaël Varane : 6/10

Rassurant, le capitaine du soir en l’absence de Hugo Lloris s’est contenté de faire le travail. Auteur d’un bon retour devant Marko Arnautovic (60e), Varane a rendu ses adversaires complètement atones.

Benoît Badiashile : 7,5/10

A l’aise et toujours disponible derrière, le défenseur a marqué des points pour sa première cape. Auteur de douze récupérations, Badiashile s’est même (…)

Lire la suite

Lebœuf, la grosse engueulade de Deschamps

Disparu des écrans français depuis son départ de RMC Sport en 2020, Franck Lebœuf n’en continue pas moins d’officier comme consultant pour ESPN. Il sera d’ailleurs sur le pont durant la Coupe du monde, que ce soit aux Etats-Unis où depuis la Normandie où il est installé. L’ancien défenseur central y livrera ses analyses souvent sans concession.

Lors de l’Euro 2016, ses commentaires lui avaient d’ailleurs valu une engueulade de la part de Didier Deschamps. « Je l’avais critiqué quand il avait positionné Matuidi à droite. J’avais dit qu’il avait fait une erreur mais il s’était vite corrigé. Didier m’a engueulé au téléphone donc je lui ai envoyé la vidéo. Il n’avait rien vu mais des bons amis lui avaient dit que j’avais taillé, s’est-il souvenu dans les colonnes du JDD. En fait, on avait fait le même constat au même moment. C’est mon boulot de dire ce que je vois. Avec respect. »

Didier Deschamps n’est d’ailleurs pas le seul champion du monde 98 avec lequel il a eu des mots. Il en a été de même de Christophe Dugarry, coupable, à ses yeux, d’avoir été trop cinglant. « J’ai reproché à Duga de dire que tel ou tel joueur était nul. A ce niveau, personne ne l’est. Mais certains consultants jouent un rôle pour plaire à leur public », a-t-il confié au sujet de son ancien collègue chez RMC.

Affaires à la FFF : l’ex-vice-présidente Brigitte Henriques porte plainte pour diffamation

Le nom de l’ancienne vice-présidente est apparu dans un article du média Josimar, où elle est accusée d’avoir soutenu un cadre fédéral condamné pour harcèlement sexuel et moral.

L’ex-vice-présidente de la Fédération française de football (FFF) et désormais présidente du CNOSF, Brigitte Henriques, a annoncé mercredi 28 septembre porter plainte pour diffamation après la parution d’un article dans le média norvégien Josimar l’accusant d’avoir soutenu un cadre fédéral condamné pour harcèlement moral et sexuel.

Dans cet article paru mercredi, signé d’un journaliste français, Brigitte Henriques est mise en cause sur la base d’un courrier daté du 4 octobre 2018 dans lequel elle vante les qualités professionnelles de Jacky Fortépaule, ancien président de la Ligue du Centre de football entre 2017 et 2018.

Dans ce courrier, elle évoque notamment « un directeur engagé et passionné » sachant « mettre ses compétences à la disposition des différentes commissions fédérales » et qui s’est « beaucoup investi ». Selon l’article, ce courrier aurait été utilisé par la défense de Jacky Fortépaule lors d’un procès qui s’est déroulé à Orléans début 2022, six femmes l’ayant accusé de harcèlement moral et sexuel.

Un cadre condamné à de la prison avec sursis

L’ancien dirigeant a été condamné en avril 2022 à un an de prison avec sursis par le tribunal correctionnel d’Orléans dans cette affaire, selon la presse, (…)

Lire la suite

Hamraoui-Diallo, des aveux accablants !

« Bon, je préfère vous dire toute la vérité… Je suis fatigué, je veux être honnête… C’est bien moi qui portais la barre de fer et c’est bien moi qui ai frappé Kheira Hamraoui pendant que mon complice faisait semblant de tenir en respect Aminata Diallo. J’ai donné deux coups au niveau de la jambe. » Voici ce qu’a avoué Manzi N., l’un des suspects de l’agression de Kheira Hamraoui, face aux enquêteurs de la PJ de Versailles.

[lireaussi titles= »Affaire Hamraoui: Renard ‘se pose des questions » » urls= »https://www.sports.fr/football/equipe-de-france/affaire-hamraoui-renard-se-pose-questions-630635.html »]

Selon Le Parisien, celui qui est surnommé « le petit » a finir par raconter comme il a quitté son quartier de Villeneuve-Saint-Georges pour se rendre dans les Yvelines, et participer à l’agression de la joueuse du Paris Saint-Germain. Alors que quatre suspects ont été interpellés dans un premier temps, il dit avoir été recruté par un autre homme. « En fait, cette cinquième personne dont je ne souhaite pas vous fournir l’identité était en contact avec un individu qui s’est présenté comme un ami du cousin d’Aminata Diallo, détaille Manzi au cours de sa garde à vue. Il voulait que l’on fasse semblant d’agresser Aminata Diallo et que l’on agresse Kheira Hamraoui. »

« Aminata, elle voulait jouer (…) donc il fallait blesser Kheira Hamraoui »

Le mobile sur lequel travail les enquêteurs, celui de la piste de la rivalité sportive entre les jeux joueuses, est ainsi évoqué par Manzi N. « Je crois que c’était pour un match, pense avoir compris le jeune homme. Aminata, elle voulait jouer mais elle n’avait pas été choisie donc il fallait blesser Kheira Hamraoui pour qu’elle ne puisse pas jouer », a-t-il expliqué.

Mise en examen pour « violences aggravées » et « association de malfaiteurs », puis libérée sous contrôle judiciaire, Aminata Diallo continue de clamer son innocence, et assure qu’elle n’a pas commandité l’agression de celle qui était alors sa coéquipière et concurrente au PSG comme en équipe de France. Comme le rappelle Le Parisien, aucun élément matériel ne la relie à ce jour aux agresseurs.

Aminata Diallo a tout de même été identifiée par Even C., un autre membre supposé du « commando ». « Oui voilà, c’est ça, c’est bien elle, c’est la joueuse qui a commandité la mission, a-t-il confié lors de son interrogatoire. Je me souviens : on avait regardé sur Google dans la voiture quand on était sur la route et que le petit nous avait expliqué . »

Galtier, les très graves accusations

Christophe Galtier est parti de Nice cet été pour rejoindre le Paris Saint-Germain, une opportunité en or pour le technicien de 56 ans. Mais sans l’offre parisienne, l’ancien coach de Lille serait-il toujours sur le banc des Aiglons ? Rien n’est moins sûr, car les relations étaient très difficiles entre Galtier et le directeur sportif du Gym, Julien Fournier, qui a également fini par quitter le club azuréen cet été.

Si Fournier parle, Galtier « n’entrera plus dans un vestiaire »

« C’est vrai que c’est de notoriété publique que les rapports que je pouvais avoir avec Christophe étaient dès le début de la saison assez chaotiques, a confié Julien Fournier sur RMC ce mercredi soir. Très honnêtement, si j’explique les vraies raisons pour lesquelles on s’est disputés, parce que c’est vraiment le mot, Christophe n’entrera plus dans un vestiaire, ni en France ni en Europe. Il y a des sujets sur lesquels je resterai peut-être langue de bois. »

« Des choses bien plus graves de mon point de vue »

Julien Fournier porte ainsi de graves accusations à l’encontre de Galtier, même s’il refuse de rentrer dans les détails. « Mais ce ne sont pas des affaires de foot qui nous ont opposés, ce sont des choses bien plus graves de mon point de vue, ajoute l’ancien dirigeant niçois. C’était indirectement lié au football. Ce sont des choses qui me touchent au plus profond. On avait des positions très éloignées. On a donc fait la saison, et on a été, lui et moi, les plus professionnels possibles pour limiter l’impact négatif que ça aurait pu avoir sur l’équipe. Puis il y a eu la séparation. »