ENTRETIEN. Saïd Ennjimi : « Pour gérer Neymar, ça ne mange pas de pain d’apprendre du brésilien »

Saïd Ennjimi, ex-arbitre, raconte son expérience en Ligue 1 et la relation sociale à entretenir avec les joueurs pour gérer un match et éviter de faire monter les joueurs dans les tours.

Avec près de 250 matches de Ligue 1 et environ 50 matches européens, l’ex-arbitre Saïd Ennjimi est l’une des figures de l’arbitrage français. Au fil des matches, il a forgé son expérience, gagné en maturité et changé totalement sa manière d’arbitrer. Le rôle de l’arbitre est central et dépend de la bonne tenue d’un match de football, il est donc nécessaire d’entretenir une relation sociale avec les joueurs et entraîneurs pour que le match aille à son terme sans débordements. Il ne s’agit pas que d’arbitrage. Tout un art.

Cette semaine, Prolongation vous propose une série en quatre volets sur la perception de la faute dans le milieu du sport.

ENQUÊTE. Comment la perception de la faute diffère selon le sport ?

ENQUÊTE. Pourquoi les sportifs contestent autant les décisions arbitrales ?

ENQUÊTE. Comment la complexité des règles des sports influe sur le jeu ?

ENTRETIEN. Les anecdotes de terrain de l’ex-arbitre de Ligue 1 Saïd Ennjimi

Quel est votre regard sur la faute dans le football ?

La faute fait pa…

Lire la suite

OM. « On a vu que l’union fait la force », les Dodger’s heureux et soulagés du départ d’Eyraud

Le président de l’un des principaux clubs de supporters de l’Olympique de Marseille a exprimé samedi sa satisfaction après l’éviction du président Jacques-Henri Eyraud et l’annonce d’une prochaine rencontre avec le propriétaire du club.

« Les Marseillais du monde entier étaient unanimes pour demander le départ de M. Eyraud et on a vu que, quand on appartient à cette ville, à ce peuple marseillais, l’union fait la force », a réagi auprès de l’AFP Christian Cataldo, président des Dodger’s, l’un des principaux clubs de supports de l’Olympique de Marseille, disant toutefois regretter « qu’on en soit arrivé là ».

Le propriétaire américain de l’OM, Frank McCourt, a annoncé vendredi le remplacement à la présidence du club de Jacques-Henri Eyraud par le directeur sportif, l’Espagnol Pablo Longoria. M. Eyraud va toutefois rejoindre le conseil de surveillance du club de la deuxième ville de France.

LIRE AUSSI. OM. Pablo Longoria, de Fifa 2000 à la présidence de l’Olympique de Marseille

« On va surveiller M. Eyraud »

« On va surveiller M. Eyraud, même si on pense qu’il s’agit d’un placard doré. On sera vigilant », dit Christian Cataldo, alors que de nombreux supporters manifestaient dès hier su…

Lire la suite

OM. Pablo Longoria, de Fifa 2000 à la présidence de l’Olympique de Marseille

À 34 ans, celui qui était jusqu’à vendredi, directeur sportif de l’OM, vient d’être nommé à la présidence du club par le propriétaire Frank McCourt en remplacement de Jacques-Henri Eyraud. Mais qui est vraiment cet Espagnol polyglotte formé sur les jeux vidéo ?

À 34 ans, l’Espagnol Pablo Longoria est devenu, vendredi soir, le plus jeune président d’un club de Ligue 1 et l’un des plus jeunes dans l’un des clubs majeurs des grands championnats européens (Steven Zhang, âgé de 26 ans, est le président de l’Inter Milan).

Celui qui avait décroché le job de directeur sportif ( « Head of football ») de l’OM en juillet dernier, après la longue tribune publiée par Jacques-Henri Eyraud sur LinkedIn, poursuit donc sa carrière fulgurante dans le monde merveilleux du football professionnel.

Sur décision du propriétaire de l’OM, le milliardaire américain Franck Mc Court, Pablo Longoria prend donc, à compter d’aujourd’hui, les commandes, non seulement du secteur sportif mais aussi du secteur économique de l’OM ( « Head of business »), à peine plus de six mois après son arrivée dans l’organigramme à un poste où il a surtout été chargé du recrutement jusque-là.

« Le football au cœur du projet »

Le jeu…

Lire la suite

Attaqué, LeBron James répond à Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic a retourné sa veste. Voilà comment l’attaquant de l’AC Milan a été en quelque sorte décrit par LeBron James. Le joueur des Los Angeles Lakers n’a pas tardé à répondre aux critiques formulées jeudi sur sa personne par Ibra au sujet de son engagement politique, notamment sur le racisme aux Etats-Unis et ailleurs.

« C’était le même gars qui avait dit quand il était de retour en Suède, parce que son nom de famille n’était pas commun, qu’il avait l’impression qu’il y avait du racisme quand il était sur le terrain », a déclaré, entre autres, la star des Lakers, vendredi soir devant les médias après la victoire des siens face à Portland (102-93).

Lire aussi: Ibrahimovic « zlatane » LeBron James !

« Je parle avec un esprit très éduqué, donc je ne suis pas vraiment la personne à qui on doit s’adresser parce que je m’informe », a poursuivi le basketteur américain. Jeudi, Zlatan Ibrahimovic avait estimé qu’un sportif, quel qu’il soit, doit s’occuper de son sport et ne pas s’éparpiller sur d’autres thématiques.

« Je ne me tairai jamais à propos de choses qui ne sont pas bonnes. Je prêche pour mon peuple, et je prêche au sujet de l’égalité, la justice sociale, le racisme, la suppression automatique du vote, les choses qui se passent dans notre communauté », juge de son côté le quadruple champion NBA.

Lire aussi:
Ibrahimovic, l’UEFA ouvre une enquête pour racisme
Ibrahimovic répond brutalement à Lukaku

7 bonnes raisons de croire au titre pour le LOSC

Dix-sept victoires, sept nuls et seulement deux défaites: le bilan des Lillois avant cette 27e journée de Ligue 1, qui les verra accueillir Strasbourg dimanche au stade Pierre-Mauroy (17h05), fait d’eux les favoris légitimes dans la course au titre de champion de France. Une dernière ligne droite de la saison que le LOSC aborde avec 3 points d’avance sur son dauphin, l’Olympique Lyonnais, tandis que le PSG et Monaco sont respectivement relégués à quatre et six longueurs. Les Dogues iront-ils au bout ?

Lire aussi: Le titre de champion promis au LOSC

Il faudra déjà voir comment les joueurs de Christophe Galtier vont se remettre de leur élimination douloureuse en seizièmes de finale de la Ligue Europa contre l’Ajax Amsterdam. Ces deux revers subis face aux Néerlandais, à l’aller et au retour, sont les seuls concédés par les Nordistes sur leurs onze dernières rencontres, eux qui restent sur sept victoires et un match nul sur la scène hexagonale. Mais ce couac pourrait être un mal pour un bien dans la mesure où leur calendrier va s’en retrouver allégé.

[fpvideo mediaid= »https://www.dailymotion.com/video/x7zkkiw »]

Lire aussi:
7 bonnes raisons de croire au titre pour l’OL

7 bonnes raisons de croie au titre pour Monaco
7 bonnes raisons de croie au titre pour le PSG