Déjà un but… et un tacle de boucher pour De Rossi (vidéo)

Pour ses débuts avec Boca Juniors, Daniele De Rossi a marqué et, aussi, été averti pour un tacle dont il a le secret. Mais il n’a pu empêcher l’élimination de sa nouvelle équipe en Coupe d’Argentine.

Daniele De Rossi est passé par toutes les émotions mardi, à l’occasion du 16e de finale de la Coupe d’Argentine entre Boca Juniors, son nouveau club, et Almagro, formation de deuxième division. Car s’il a marqué l’unique but xeneize, il a également pris un carton jaune quelque instants plus tard avant d’assister depuis le banc de touche à l’élimination des siens à l’issue de la séance des tirs au but (1-1, 3 t.a.b. à 1).

Tout avait pourtant parfaitement commencé pour le champion du monde 2006 (36 ans), qui a rejoint cet été le club de Buenos Aires après 18 saisons à la Roma, où il reste une véritable icône. Tout de suite très impliqué dans le jeu, il n’a pas tardé à se mettre évidence pour ce premier match, que ce soit par ses transmissions précises où ses interventions musclées, avant d’ouvrir le score de la tête à la 28e minute de jeu.

De Rossi et son fameux tatouage "Attention aux tacles", qui fait visiblement des émules en Argentine, allait ensuite faire admirer à ses nouveaux supporters l’une de ses grandes spécialités avec un tacle appuyé sur un adversaire qui lui valait donc un carton jaune, à son plus grand étonnement (35e).

Remplacé à la 77e minute, il voyait, impuissant, ses nouveaux coéquipiers s’incliner aux penaltys. Car malgré une première tentative réussie par Carlos Tevez, les trois tireurs suivant ne parvenaient pas à marquer, notamment à cause d’un grand Christian Limousin, portier de la formation du deuxième échelon. Qui aura donc fini par voler la vedette à l’Italien.

Man Utd: Solskjaer revient sur le choix du tireur de penalty

Manchester United a subi un petit "penaltygate" lors du match nul concédé sur la pelouse de Wolverhampton (1-1) lundi soir.

Alors que Paul Pogba est allé obtenir un penalty, il a voulu se faire justice lui-même, au détriment de Marcus Rashford, qui avait marqué le sien la semaine dernière contre Chelsea (4-0). Un choix pas payant puisque Rui Patricio a détourné la tentative du champion du monde, et permis aux Wolves de conserver le point du nul. Une décision que Ole Gunnar Solskjaer a expliqué après la rencontre. "Les deux sont désignés tireurs. La semaine dernière Marcus avait assez de confiance pour le tirer, aujourd'hui c'est Paul qui était confiant, c'est leur décision. Contre Chelsea ça a payé, là non, c'est le football", a-t-il réagi au micro de Match of the Day. 

Avec 4 penalty manqué sur les 11 derniers tirés, Paul Pogba pourrait en laisser quelques uns à son coéquipier. 

Man Utd a aussi son « penaltygate »…

Gary Neville ne comprend pas pourquoi c'est Paul Pogba qui a tiré (et manqué) le penalty obtenu par Manchester United lundi soir à Wolverhampton (1-1).

Voici un nouveau "penaltygate", à la sauce mancunienne. Cette fois, ce n'est pas l'histoire d'un joueur qui refuse de laisser son coéquipier tirer (comme à Paris), ou d'un joueur qui fait tirer son partenaire contre l'avis de son entraîneur (comme à Marseille), c'est le cas de Paul Pogba qui insiste auprès de Marcus Rashford pour frapper le penalty qu'il a lui-même obtenu à Wolverhampton. Problème: le Français a raté sa tentative, qui a sans doute coûté deux points aux Red Devils (1-1). Et c'est déjà le quatrième échec de Pogba depuis le début de la saison dernière (pour sept réussites) alors que Rashford, à 100% en carrière dans cette exercice, avait marqué du petit point blanc la semaine passée contre Chelsea.

Dans le vestiaire de Manchester, ça n'a pas fait de vagues. Rashford a publiquement indiqué qu'il n'y avait aucun problème, et Ole Gunnar Solskjaer a confirmé que tout s'était déroulé... selon ses propres consignes. "Ils sont tous les deux les tireurs désignés, et après c'est à eux de voir. (...) Paul en a marqué plusieurs, et le gardien a fait un bel arrêt ce soir. (...) Marcus en a marqué un la semaine dernière mais Paul était également en confiance. J'aime les joueurs en confiance", a confié le manager norvégien, pas du genre à faire régner le régime de la terreur.

En revanche, pour le coup de gueule, on peut toujours compter sur Gary Neville, l'ancien latéral des Red Devils. "Pourquoi il y a un débat sur ce penalty ? Rashford a marqué la semaine dernière, c'était à lui de tirer, a pesté le très écouté consultant de Sky Sports. Il n'y avait pas de leader sur le terrain. James était là, Martial aussi, et ils n'arrivaient pas à se décider entre eux (il y a eu un conciliabule entre les joueurs avant le penalty, ndlr). Il y a quelque chose qui ne va pas ici. Au début, j'étais en colère contre Pogba. Mais ils auraient dû décider avant le match. C'est un penalty pour Manchester United, ce n'est pas une tombola, ce n'est pas un match de cour de récréation."

Mercato Real Madrid: Pour Marcelo, le club n’a plus besoin de recruter  

Après un début de mercato agité et pas moins de 300 millions d'euros dépensés, le Real Madrid a depuis levé le pied. Si un dernier gros coup est encore possible (Paul Pogba, Neymar ?), pour Marcelo, la Maison Blanche est suffisamment armée pour réaliser une grande saison.

"Des renforts ? Non, l'équipe est bonne. Ce sera difficile, mais si nous nous concentrons sur nos devoirs, nous pouvons tout gagner. (…) Depuis que je suis au Real Madrid, le club m'a appris à me battre pour tous les titres. Cette année ne change rien. Nous voulons nous battre pour tout, que ce soit en championnat, en Ligue des champions et en Coupe", a confié le latéral brésilien au cours d’un entretien accordé à Sport Bild

Chelsea: Doublé de Batshuayi… avec la réserve

Michy Batshuayi vit un début de saison compliqué avec Chelsea. L'attaquant n'était pas sur la feuille de match lors des deux premières rencontres des Blues en Premier League. Frank Lampard l'a même envoyé jouer avec les U23 lundi soir.

Le Belge a tout de même profité de 90 minutes sur la pelouse pour inscrire deux buts contre la réserve de Liverpool (3-0). Un doublé marqué sous les yeux de son entraîneur anglais, venu assister au match. De quoi bousculer la hiérarchie ?