Angers Sco. La frustration de Capelle, la joie de Rudi Garcia

Tenant la dragée haute à Lyon, Angers Sco a payé cash son déficit de tranchant sur ses attaques. Les Lyonnais de Garcia ont su en profiter pour se hisser à la 2e place de la Ligue 1.

Pierrick Capelle (milieu de terrain d’Angers Sco) : « Il y a beaucoup de regrets, de frustration aussi. On a essayé, on a tenté. On se sentait bien. On a fait ce que l’on avait prévu de faire. Mais de petits détails font que cela n’a pas payé. Il y avait un peu trop de déchets dans les finitions certainement, ce qui nous vaut cette défaite. Pourtant, on a produit un contenu intéressant, on a affiché une belle solidarité mais cela ne paie pas. Il faut être lucide sur ce qui s’est passé, il faut s’appuyer sur ce contenu pour continuer à avancer. On savait qu’on allait être amené à attaquer mais qu’il fallait être vigilant. Dembele nous a fait mal. On sait que Lyon a de la qualité. Le regret réside dans notre manque d’efficacité offensive. Si on arrive à être plus tranchant, je pense qu’on aurait même pu l’emporter. »

Rudi Garcia (entraîneur de Lyon) : « On était venu pour gagner et être second après ce match. On l’a fait. C’est une victoire laborieuse. On a été efficace dans les zones de vérité. J’avais…

Lire la suite

FC Lorient. Quentin Boisgard de retour contre Montpellier

Les Lorientais vont évoluer sans Mendes, Delaplace, Monconduit et Saunier à Montpellier ce dimanche (15 h). Mais le FCL récupère un joueur cadre, Quentin Boisgard.

Christophe Pelissier va devoir se priver de plusieurs éléments pour la venue de Montpellier, dimanche (15 h), dans le cadre de la 12e journée de championnat de Ligue 1. Thomas Monconduit (pied), Matthieu Saunier (reprise), Jonathan Delaplace (quadriceps), déjà absents à Lille, dimanche dernier, et Houboulang Mendes (quadriceps) sont forfaits. « Notre côté droit est maudit », confirme l’entraîneur lorientais qui avait parfois dû se passer des services de Mendes, Delaplace et Hergault lors de la saison précédente. Laurent Abergel avait dû dépanner sur le côté droit de la défense.

++ À lire aussi. FC Lorient. Un visage très inquiétant

« Les blessures tombent en même temps pour Mendes et Delaplace, il faut faire avec ceux qui peuvent jouer, mais je dispose de Jérôme Hergault plutôt qu’Abergel au poste de latéral droit », qui a effectué ses premiers pas à Lille, lors de la sortie sur blessure de Mendes. Quentin Boisgard devrait faire son retour comme titulaire comme milieu droit contre la formation de Michel Der Zakarian, à l…

Lire la suite

Stade Rennais. Contre Strasbourg, retrouver la force, la fougue et la victoire

Depuis sa victoire à Saint-Étienne fin septembre, le Stade Rennais patine voire inquiète. En Alsace ce vendredi soir (21 h) il doit vite repartir de l’avant.

C’était il y a quasiment deux mois, jour pour jour, le 26 septembre à Geoffroy-Guichard. Ce samedi-là, Rennes battait Saint-Étienne (0-3) dans un match au sommet pour s’installer en tête de la Ligue 1. En rien un aboutissement mais la récompense d’un début de saison quasi parfait d’une équipe en réussite, solidaire et qui commençait presque à faire peur. Proche et lointain à la fois. Ce soir, il doit repartir de là où tout s’est arrêté.

Pèse dans la tête et les jambes

Car depuis, la machine s’est enrayée. La victoire est devenue rare au milieu d’une infernale succession de 10 matches que Rennes a payée au prix fort. Car depuis ce 26 septembre, le SRFC a aussi découvert la Ligue des champions dont il est aujourd’hui officiellement éliminé après quatre journées. Sans être ridicule, certes, mais les regrets l’ont à coup sûr impacté. Ce regret de l’aller face à Krasnodar que le SRFC aurait dû remporter car il en a eu les opportunités a pesé dans les têtes et les jambes. Deux défaites ont suivi (Angers puis Séville), avant un sursa…

Lire la suite

Stade Rennais. Les matchs restent à huis clos jusqu’au 20 janvier au Roazhon Park

L’assouplissement du confinement ne s’accompagnera pas d’un retour du public au stade, comme l’a confirmé le préfet de Bretagne.

Le préfet de Bretagne a confirmé ce matin que les matches du Stade Rennais au Roazhon Park resteraient à huis clos jusqu’au 20 janvier.

Pas d’augmentation de la jauge, donc pour le dernier match de Ligue des champions le 8 décembre contre Séville, ni pour les matches de Ligue 1 disputés d’ici cette date.

Le Stade Rennais joue à huis clos depuis le reconfinement. La dernière fois que le Roazhon Park a accueilli du public, c’était pour le match Rennes-Angers le 23 octobre, quelques jours après le premier match de Ligue des champions de l’histoire des Rouge et Noir qui avait été suivi d’une polémique sur le non-respect de la distanciation sociale dans la tribune Mordelles, celle du RCK.

Vers une jauge relative fin janvier ?

Après cette date du 20 janvier, la porte est donc ouverte à un retour du public dans la limite d’une jauge relative, comme annoncé par le chef de l’État. En…

Lire la suite

Mort de Maradona : les Argentins rendent un hommage triomphal à la légende du football

Le monde du football a été secoué par la mort de l’ancien joueur argentin, Diego Maradona, mercredi 25 novembre. La légende du ballon rond a été enterrée dès le lendemain. En Argentine, les drapeaux sont en berne pour trois jours.

En Argentine, les larmes se mêlent à la fête après la mort de Diego Maradona, décédé des suites d’un arrêt cardiaque mercredi 25 novembre. La population a tenu à rendre hommage au joueur, enterré dès le lendemain de sa disparition. « Des centaines de fans sont venues pour assister à un évènement historique, l’arrivée du cercueil de Maradona au cimetière de Bella Vista, à Buenos Aires, et ils n’ont jamais arrêté de chanter : ‘Diego n’est pas mort, il continue à vivre dans nos cœurs' », rapporte le correspondant de France Télévisions, Ignacio Bornacin, en direct sur place.

Un lieu de pèlerinage pour les fans

L’émotion est vive en Argentine, mais un adieu triomphal a été réservé à celui que les Argentins considèrent comme un dieu. « Le cimetière de Bella Vista, dans cette petite banlieue humble de Buenos Aires est devenu un lieu de pèlerinage pour l’ensemble des fans de football du monde entier », conclut Ignacio Bornacin.

Lire la suite