PORTRAIT. Qui est Charles Planet, coureur diabétique et véritable globe-trotter du peloton ?

À 27 ans, Charles Planet passerait presque pour un illustre inconnu dans le peloton international. Bien loin de lui, d’ailleurs, l’idée de faire de sa maladie, le diabète, un atout pour pousser les portes des plateaux. Le Vosgien, devenu l’un des leaders de la formation danoise Novo Nordisk (Pro Team), mène sa carrière entre discrétion, coups d’éclat discrets et humilité.

En l’espace de trois ans, les commentateurs de la RAI, la télé italienne, ont pris le temps de potasser la prononciation du nom d’un baroudeur français de 27 ans, chez qui il y a fort à parier que la célébrité, dans son propre pays, peine à dépasser ses Vosges natales. En Italie, et sans doute définitivement, Charles Planète ​est (re)devenu celui qu’il a toujours été. À savoir Charles Planet. Et personne d’autre, puisqu’en vrai, le Romarimontain refuse de se prendre pour ce qu’il n’est pas. Et surtout pas une étoile interstellaire.

S’il occupe temporairement le feu des projeteurs, comme ce fut le cas sur Milan – San Remo 2018 (où il a cumulé 240 bornes en échappée) puis sur le Primavera 2021 (où il garnit l’échappée matinale avant de terminer… dernier !), le « Frenchy » ​en jouit davantage en étant animé d’un leit…

Lire la suite

Giro 2021. Le parcours de la 4e étape, première explication entre favoris

Le Giro 2021 prend de la hauteur, ce mardi 11 mai, avec une 4e étape qui devrait offrir une première opportunité aux favoris de s’expliquer, entre Plaisance et Sestola. Avec une ascension qui se termine à 500 mètres de la ligne, des écarts pourraient se créer. Retrouvez le parcours de la 4e étape.

Les favoris au rendez-vous ? Le Tour d’Italie 2021 prend de la hauteur à l’occasion de cette 4e étape, entre Plaisance et Sestola. Après les rouleurs, les sprinters et les puncheurs, il y en a décidément pour tout le monde en ce début de Giro.

Au programme, 187 kilomètres. Comme la veille, le parcours se scinde en deux, avec une première partie plate. Mais il faut changer de braquet un peu avant la mi-course, avec les premiers reliefs. Derrière, trois ascensions sont répertoriées, mais il faudra grimper plus que cela.

LIRE AUSSI. Classement général du Giro 2021, résultats des coureurs et des équipes

Difficulté : 3/5

Le peloton aura trois ascensions répertoriées, dont la dernière, le Colle Passerino, arrive à 500 mètres de la ligne d’arrivée. Une bosse difficile, de 4,3 kilomètres, mais à 9,9 % de moyenne, avec une pente maximale à 16 %. Impossible donc de se permettre d’avoir un moment de fa…

Lire la suite

Tour de France. « On n’imposera pas le pass sanitaire pour les spectateurs », assure Jean Castex

Dans un entretien donné au Parisien, le Premier ministre Jean Castex a détaillé les conditions de reprise des compétitions. Il a aussi esquissé ce à quoi devrait ressembler le Tour de France.

Le Tour de France se passera-t-il normalement ? Oui, a assuré le Premier ministre Jean Castex, dans un entretien donné au Parisien , lundi 10 mai. La Grande Boucle, qui s’élancera le 26 juin de Brest, ne nécessitera pas le fameux pass sanitaire gouvernemental (grâce à l’application TousAntiCovid, il sera possible de vérifier le statut vaccinal, le résultat d’un test négatif ou le certificat de rétablissement d’une personne).

« On n’imposera pas le pass sanitaire pour les spectateurs du Tour de France au bord des routes. Ce serait d’ailleurs impossible », a ainsi confirmé Jean Castex.

Le Tour aura donc ses habituelles hordes de fans ou passants, prêts à encourager les coureurs sur les routes de France. Et il devrait, contrairement à l’édition 2020, ne subir aucun report.

Et pour les autres courses cyclistes ?

Et quid des autres courses, avant cette date ? Pour les autres courses cyclistes, les spectateurs debout ne sont pas autorisés jusqu’au 30 juin (aussi date de la levée de la plupart des rest…

Lire la suite

Dinan. Levavasseur : « J’aurai dû aller au mondial de cyclisme »

L’ancien cycliste professionnel de Dinan (Côtes-d’Armor), aux cinq Tours de France, a porté le maillot jaune au Tour d’Espagne pendant une semaine.

Le coureur de Dinan (Côtes-d’Armor), Christian Levavasseur, aura marqué de son empreinte le cyclisme professionnel, de 1979 à 1984. Avec cinq Tours de France à la clé, dans l’équipe Mercier et La Redoute. Bon rouleur, combatif, il s’impose la première année dans les courses à étapes et côtoie des grands : Eddy Merckx, Bernard Hinault, etc.

C’est le début d’une belle année qui le verra porter le maillot jaune au Tour d’Espagne, pendant une semaine, après la victoire à la 6e étape. « C’est un de mes meilleurs souvenirs dans ma carrière de professionnel. Cette victoire Murcie-Alcoy m’a fait devenir célèbre, avec des passages à la télé, interviews des journalistes, mais je n’ai pas pris la grosse tête pour ça. C’était quand même réconfortant d’être fêté par les spectateurs, des Bretons, des Espagnols qui n’étaient pas mécontents de voir un Français porter le maillot jaune. »

J’ai raté le plus beau 14 juillet de ma vie

Dans le Tour de France 1979, Christian Levavasseur veut réussir un nouveau coup d’éclat, dans l’Alpe-D’Huez, mais en bon équip…

Lire la suite

TÉMOIGNAGE. « Le vendredi, je suis crevée » : factrice, elle roule 100 km à vélo par semaine

Ils sont d’âges, de professions et de milieux différents. Mais tous ont un point commun : le métier qu’ils exercent est exigeant physiquement. Prolongation est parti à la rencontre d’hommes et de femmes dont les corps souffrent le soir venu. Comment gèrent-ils la fatigue, les courbatures voire la pénibilité ? Michèle Le Cor est factrice sur l’Île-de-Bréhat (Côtes-d’Armor). Depuis un an et demi, elle gère le guichet et la distribution de lettres et colis.

Trois kilomètres et demi de longueur, près d’un et demi de largeur et de nombreux chemins. Michèle Le Cor, factrice à Bréhat, arpente l’île chaque après-midi du lundi au vendredi, pendant près de trois heures.

Pas avant, parce que le matin, celle qui a grandi ici et qui distribue le journal à son frère tient le guichet de la Poste, dans le bourg. Une double activité endossée depuis un an et demi par cette femme dynamique de 52 ans, accompagnée par son chien, Bandit, lors de sa tournée.

Sa deuxième journée commence vers 12 h 30. Un encas récupéré à la supérette du bourg et la voilà partie sur les routes principales de l’île avant de s’engager dans les chemins.

« Le vent et l’eau rajoutent de la fatigue »

Un trajet qu’elle a mis « trois…

Lire la suite