Le coup de gueule d’Alaphilippe

C’est jour de rentrée pour Julian Alaphilippe. Le coureur français dispute en effet ce mercredi sa première course de la saison, le Grand Prix de Maojorque. Une reprise particulièrement attendue. Conséquence d’une année 2022 cauchemardesque mais également du gros coup de pression mis par Patrick Lefevere. « Je lui ai dit que je n’étais pas content du tout. Je comprends ses maladies et ses chutes, mais tu ne peux pas continuer à te cacher derrière ça. C’était la froide vérité », a encore déclaré ce mardi le grand patron de la Quick Step, ajoutant: « L’année dernière, il a gagné deux fois, les années précédentes trois et quatre fois. Je ne l’ai pas pris dans l’équipe pour ça. »

A en croire l’intéressé, les déclarations tapageuses de Patrick Lefevere le laissent indifférent. « Ma relation avec Patrick Lefevere a toujours été la même, depuis ma première année dans l’équipe jusqu’à présent. On a toujours été transparent l’un envers l’autre, on a toujours eu un bon dialogue, quand les choses allaient bien, quand les choses allaient moins bien, a assuré le natif de Saint-Amand-Montrond. Les déclarations qu’il a pu avoir, ça n’impactera en rien ma manière de travailler et ma motivation pour la saison. Je suis concentré sur ce que j’ai à faire, comme je l’ai toujours été. »

J’en ai pris plein la tronche

Julian Alaphippe n’en a pas moins soif de revanche. La faute aux coups du sort dont il a été victime la saison dernière mais également à certains commentaires qui l’ont escorté tout au long de cette annus horribilis. « La saison dernière a été rythmée par les pépins, à côté de ça la saison continue, les objectifs sont là, tu n’es pas au niveau. C’est un cercle infernal bien grossi par les médias et certaines déclarations, a-t-il dénoncé. Sans le maillot de champion du monde, ça aurait été différent. Quand on est un coureur lambda, tout le monde s’en fout mais quand on a le maillot, c’est plus dur à vivre. J’en ai pris plein la tronche, maintenant je vais tout faire pour remettre les pendules à l’heure. »

« Qu’on ait oublié ou pas (ce que j’ai fait), je m’en fous. J’ai des bons souvenirs de ce que j’ai fait et j’ai la rage pour ce que je vais faire encore », a-t-il renchéri, ajoutant: « C’est l’une des premières saisons où je me sens si libre, si relax. Je ne ressens pas de pression, je veux juste profiter. Je suis heureux et motivé de commencer la saison. »

Chaves champion de Colombie !

Esteban Chaves va troquer pour un an son maillot rose EF Education-EasyPost pour un maillot aux couleurs de son pays. Le coureur de 33 ans est en effet devenu champion de Colombie ce dimanche, après plus de cinq heures de course sur le parcours tracé autour de Bucaramanga, ville située dans le nord du pays. Au terme des 237 kilomètres, il a devancé de 32 secondes Daniel Martinez et Nairo Quintana pour décrocher son premier titre national et la 17eme victoire de sa carrière (la première sous le maillot d’EF Education, lui qui n’avait plus gagné depuis mars 2021, avec BikeExchange). Chaves a attaqué à huit kilomètres de l’arrivée et personne n’est parvenu à le suivre. « Porter les couleurs nationales pendant un an est quelque chose que je n’oublierai jamais. Gagner ici à Bucaramanga a été spectaculaire, les gens étaient fous. Je pense qu’aujourd’hui était le jour où les gens ont le plus crié son nom, cela m’a donné cette chaleur qui m’a poussé jusqu’à la toute fin », s’est réjoui Chaves, qui étrennera son maillot jaune-bleu-rouge à la fin du mois lors de l’Ardèche et de la Drôme Classic.

Quintana a toujours la forme

Triple champion de Colombie du contre-la-montre, Daniel Martinez doit quant à lui se contenter de la deuxième place, juste devant Nairo Quintana, qui monte pour la deuxième fois de sa carrière sur le podium de la course en ligne. Une belle performance pour le coureur de tout juste 33 ans, qui courait sans le moindre équipier, puisqu’il n’a toujours pas trouvé d’équipe depuis son départ d’Arkéa-Samsic suite à son test positif au tramadol sur le Tour de France. Mais l’homme aux 51 victoires n’a pas prêt à prendre sa retraite et compte bien trouver une équipe World Tour dans les prochaines semaines. Il va d’ailleurs s’envoler pour l’Europe afin d’accélérer les discussion. A noter qu’Egan Bernal avait déclaré forfait pour ces championnats en raison d’une blessure au genou.

CHAMPIONNATS DE COLOMBIE SUR ROUTE
Classement de la course en ligne (Bucaramanga-Bucaramanga, 237km) – Lundi 6 février 2023
1- Esteban Chaves (EF Education-EasyPost) en 5h13″18
2- Daniel Martinez (Ineos-Grenadiers) à 32″
3- Nairo Quintana à 32″
4- Didier Merchan à 44″
5- Javier Jamaica à 1’13

Et de cinq pour van der Poel !

Mathieu van der Poel retrouve le maillot arc-en-ciel. Déjà vainqueur en 2015 puis titré à trois reprises en 2019, 2020 puis 2021, le Néerlandais n’avait pas pu défendre ses chances à Fayetteville l’an passé et avait une revanche à prendre. Sur ses terres, à Hoogerheide, le petit-fils de Raymond Poulidor savait que son plus proche rival ne pouvait être que Wout Van Aert. Un duel annoncé qui a écrit le scenario d’une course menée à un train d’enfer sur le circuit tracé par… Adrie van der Poel. Si Lars van der Haar a pris le meilleur départ, Mathieu van der Poel a décidé de dynamiter la course dès la première difficulté avec un seul coureur qui a pu prendre sa roue, Wout Van Aert. Le duo a fait le vide autour de lui dès la conclusion du premier tour, la concurrence étant pointée à seize secondes. Le Belge a ensuite pris la décision de soutenir son adversaire en prenant des relais et le résultat a été un écart qui est allé en grandissant avec un groupe de poursuivants avec Gerben Kuypers, Michael Vanthourenhout. Un temps distancés, Eli Iserbyt et Lars van der Haar ont pu faire la jonction.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>February 5, 2023

Van der Poel trop fort pour Van Aert

Après s’être un temps neutralisés, Mathieu van der Poel et Wout Van Aert ont relancé leur duel dans le septième tour. Des escarmouches qui n’ont pas permis au Néerlandais de distancer le Belge, qui a préféré opter pour la résistance aux attaques de son rival plutôt que d’essayer d’attaquer. Un scenario qui s’est maintenu jusque dans le dernier tour. Le Belge a alors tenté d’éviter une explication au sprint qui a finalement eu lieu. Un duel de titans qui s’est achevé sur la victoire d’une longueur de Mathieu van der Poel, qui a été en mesure de surprendre Wout Van Aert. Derrière, un autre duel belgo-néerlandais a eu lieu pour la médaille de bronze. Après avoir fait la différence face à Michael Vanthourenhout et Gerben Kuypers, Eli Iserbyt a pris l’avantage sur Lars van der Haar pour prendre la médaille de bronze. Très tôt distancé dans ce championnat du monde, Clément Venturini a pris la dixième place sur la ligne d’arrivée, à une minute et demie de Mathieu van der Poel. Ce dernier revient à hauteur d’Albert Zweifel, André Dufraisse et Renato Longo avec un cinquième titre de champion du monde. Le petit-fils de Raymond Poulidor revient ainsi à deux longueurs d’Eric De Vlaeminck, détenteur du record de maillots arc-en-ciel du cyclo-cross.

VI Nations CYCLO-CROSS / MONDIAUX 2023 (H)
Classement de la course élite – Dimanche 5 février 2023
1- Mathieu van der Poel (PBS) en 1h07’20’’
2- Wout Van Aert (BEL) mt
3- Eli Iserbyt (BEL) à 12’’
4- Lars van der Haar (PBS) à 13’’
5- Michael Vanthourenhout (BEL) à 46’’

10- Clément Venturini (FRA) à 1’30’’

Powless vainqueur à l’arraché

Le Danemark n’a pas été totalement à la fête sur les pentes de l’Ermitage. Conclusion traditionnelle de l’Etoile de Bessèges, l’étape contre-la-montre dans les rues d’Albi a rendu son verdict dans les tous derniers instants. Battu par Arnaud De Lie ce mercredi dans le final de la première étape, Mads Pedersen s’est montré le plus fort dans un exercice qui n’est pas forcément celui dans lequel il est le plus à l’aise. Bouclant le parcours de 10,6 kilomètres en 15’25’’, l’ancien champion du monde sur route a longtemps attendu pour savoir s’il allait pouvoir lever les bras en vainqueur dans cette semaine gardoise. Maillot de champion d’Europe sur les épaules, Stefan Bissegger n’a pas pu améliorer la marque du Danois tout comme Magnus Cort Nielsen. Celui qui s’est rapproché le plus de cette référence restera Joshua Tarling. Le champion du monde juniors de la discipline a échoué à huit secondes de Mads Pedersen quand son coéquipier chez Ineos Grenadiers Ben Tulett a cédé dix secondes au vainqueur du jour.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>February 5, 2023

Powless vainqueur d’un rien

Un duo britannique suivi par les Français Kévin Vauquelin, dans la même seconde que le troisième, et Pierre Latour. L’attention s’est alors portée sur la lutte pour la victoire au classement général avec Mattias Skjelmose qui semblait favori grâce notamment à ses qualités dans l’exercice du contre-la-montre et son matelas de quatre secondes sur Neilson Powless. Huitième de l’étape à 21 secondes de Mads Pedersen, l’Américain a dû attendre de voir la performance du Danois pour être fixé. Le coureur de l’équipe Trek-Segafredo a toutefois été loin des attentes. Coupant la ligne à la neuvième position, Mattias Skjelmose a cédé un peu moins de cinq secondes à son rival et s’incline par la plus petite des marges. Informé du dénouement en pleine interview, Neilson Powless a explosé de joie quand il a compris avoir remporté l’édition 2023 de l’Etoile de Bessèges pour une seconde. Pierre Latour, quant à lui, complète le podium à onze secondes du membre de l’équipe EF Education-EasyPost, qui remporte la première course par étapes de sa carrière.

Bisiaux sacré chez les juniors !

Plus d’informations à suivre.