Démare jubile, Hayter savoure

Plus d’informations à suivre…

Coup de tonnerre à la Jumbo-Visma !

Il fait décidé de mettre en pause sa carrière en 2020, avant de finalement revenir quelques mois plus tard et de fixer la date de sa retraite à l’issue de la saison 2022. Mais Tom Dumoulin a finalement surpris tout son monde en annonçant son intention de raccrocher le vélo immédiatement, via un long message posté sur les réseaux sociaux. 

[lireaussi titles= »Gaudu vers un départ de la Groupama-FDJ ? » urls= »http://www.sports.fr/cyclisme/gaudu-vers-depart-de-groupama-fdj-615816.html »]

« J’ai décidé de quitter le cyclisme professionnel avec effet immédiat. Il y a environ deux mois, j’ai annoncé que je prendrais ma retraite de cycliste professionnel à la fin de l’année. Au printemps dernier, malgré mon amour pour le vélo, j’ai remarqué que les choses n’allaient pas comme je le voulais. Je sentais que j’étais prêt pour une nouvelle phase de ma vie », a notamment écrit le coureur de 31 ans.

« Je constate que je n’en peux plus »

Le Néerlandais tire ainsi un trait sur son denier grand objectif de sa saison, les Championnats du monde qui se dérouleront en septembre prochain en Australie. « Je voulais aborder cette route vers le championnat du monde comme j’ai abordé la route vers les Jeux Olympiques de Tokyo, a-t-il indiqué. Avec un sentiment de liberté, à mes conditions, avec le soutien de l’équipe et avec ma motivation intrinsèque comme carburant principal. C’est ce qui m’a ramené la joie de faire du vélo à l’époque. Mais je constate que je n’en peux plus. Le réservoir est vide, les jambes lourdes et les séances d’entraînement ne se déroulent pas comme je l’espérais. »

« Il est maintenant temps de profiter d’autres choses »

Et à l’ancien champion du monde du contre-la-montre d’ajouter: « Depuis ma chute brutale à l’entraînement en septembre dernier, quelque chose s’est encore cassé. J’ai dû interrompre mes efforts pour retrouver mon ancienne forme encore une fois et faire face à une autre déception. C’était une de trop. Même si les adieux ne se sont pas déroulés comme je l’espérais, je repense à ma carrière avec une fierté incroyable. J’ai travaillé dur pour cela, j’y ai pris beaucoup de passion et de plaisir pendant de nombreuses années et j’ai livré de brillantes performances. Je n’oublierai jamais cela. Il est maintenant temps de profiter d’autres choses et d’être là pour les gens que j’aime. »

Au cours de sa carrière, Tom Dumoulin a décroché 22 victoires. Il a notamment remporté le Giro et le titre de champion du monde du contre-la-montre en 2017, neuf étapes de Grands Tours, mais également terminé deuxième du Tour de France 2018. 

[lireaussi titles= »Pogacar se paye la Jumbo-Visma;Le patron de la Jumbo-Visma se lâche sur Ineos et ses méthodes » urls= »http://www.sports.fr/cyclisme/pogacar-se-paye-jumbo-visma-614503.html;http://www.sports.fr/cyclisme/patron-de-jumbo-…e-ineos-methodes-613383.html »]

Wiggins, les accusations d’Armstrong

Patron incontesté – ou presque – du peloton durant près d’une décennie, Lance Armstrong est devenu un pestiféré après ses aveux de dopage au micro d’Oprah Winfrey, en décembre 2013. Vainqueur du Tour de France quelques mois plus tôt, Bradley Wiggins n’avait pas été le moins virulent au sujet du Texan, son ancienne idole de jeunesse, reconnaissant avoir eu le « cœur brisé » et n’hésitant pas à le qualifier de « bâtard ».  

« Ça a été très difficile, et ensuite il m’a fallu expliquer à mon fils de sept ans de quoi il s’agissait », avait-il expliqué, ajoutant : « Au bout du compte je me suis dit Tu mérites tout ce qui t’arrive maintenant, sans aucune sympathie devant les pleurs et les larmes.» Près de dix ans après la confession de l’ancien leader de l’US Postal, Bradley Wiggins est revenu à de bien meilleurs sentiments à l’égard de l’Américain. En témoignent ses commentaires lors du récent Tour de France, l’appelant « le Grand Lance Armstrong » et semblant considérer qu’il avait toujours ses sept Tours à son palmarès.

Et tes mensonges ? Que mérites-tu ?

L’ancien coureur de la Sky n’a d’ailleurs pas hésité à faire une apparition durant la Grande Boucle au micro du podcast enregistré quotidiennement par Lance Armstrong et George Hincapie, son ancien lieutenant. Ce changement d’humeur à l’égard du natif d’Austin a d’ailleurs peut-être à voir avec les propos très durs tenus par Lance Armstrong à son égard et rapporté par l’ancien coureur et journaliste Paul Kimmage. « Donc, si je me souviens bien Bradley, tu as dit que ma confession était terrible pour le sport, et que j’étais un bâtard de menteur et que je méritais tout ce que j’avais eu. Et toi, Bradley ? Et tes mensonges ? Que mérites-tu ? », aurait ainsi lancé l’Américain au champion olympique de poursuite.

Si Bradley Wiggins n’a jamais été convaincu de dopage, la formation Sky a flirté avec la ligne jaune. A l’hiver 2018, un rapport de la Chambre des communes avait d’ailleurs accusé la Sky d’avoir « utilisé des médicaments, dans le cadre des règles de l’AMA, pour améliorer les performances des coureurs et pas seulement pour traiter un problème médical », en particulier pour améliorer le rapport puissance/poids de Bradley Wiggins avant le Tour de France, en 2011 et 2012. Lui-même a eu recours au cours de sa carrière au triamcinolone, un stéroïde interdit. Une utilisation justifiée par une autorisation d’utilisation thérapeutique (AUT) en raison de son asthme…

Alaphilippe, la violente attaque

De retour à la compétition sur le Tour de l’Ain la semaine dernière, où il n’a pas été en mesure de rivaliser avec les tout meilleurs, Julian Alaphilippe va enchaîner avec une participation sur le Tour d’Espagne (du 19 août au 11 septembre). Et au pays de Cerventes, le double champion du monde sera attendu au tournant par son manger Patrick Lefevere. 

[lireaussi titles= »Alaphilippe, la sévère réprimande » urls= »http://www.sports.fr/cyclisme/alaphilippe-severe-reprimande-615806.html »]

Agacé par la tournure de la saison de son coureur de 30 ans, victime d’une terrible chute sur Liège-Bastogne-Liège en avril et touché par un Covid sévère en juillet, le boss de Quick-Step Alpha Vinyl lui a mis un sacré coup de pression publique en vue de la Vuelta. Il lui a notamment signifié, avec vigueur, qu’il n’allait pas en terres espagnoles pour préparer les Championnats du monde, mais pour faire des résultats, au cours d’un entretien accordé au quotidien belge De Morgen.   

« Je ne le paie pas pour cela »

« J’espère qu’il ne répétera pas son tour de l’an passé, où il avait couru en fonction des Championnats du monde. Une fois, ça passe, mais en principe je ne le paie pas pour cela », a ainsi lâché Patrick Lefevere, dont l’équipe verse pas moins 2,3 millions d’euros par an au compagnon de Marion Rousse. 


?ref_src=twsrc%5Etfw

« Cela n’a pas été une saison facile pour lui, a-t-il ensuite tempéré, avant d’en mettre une couche: « C’était aussi difficile pour moi, son patron. Je vais toujours défendre mes coureurs, mais c’est un peu plus facile avec quelqu’un qui gagne 70 000 euros que quand cela concerne un montant avec six zéros. Donc j’attends quelque chose de lui lors du Tour d’Espagne et pas seulement en étant au service d’Evenepoel ». « Alaf » est prévenu ! 

[lireaussi titles= »Alaphilippe, le sourire retrouvé !;Marion Rousse et Julian Alaphilippe, un cadeau avant la Vuelta » urls= »http://www.sports.fr/cyclisme/alaphilippe-severe-reprimande-615806.html;http://www.sports.fr/cyclisme/marion-rousse-ju…pe-cadeau-vuelta-615339.html »]

Carapaz en chef de file

En marge de l’annonce du retour à la compétition d’Egan Bernal ce mardi lors du Tour du Danemark, plus de six mois après son terrible accident, l’équipe Ineos Grenadiers a également dévoilé son équipe pour la Vuelta, qui débutera ce vendredi à Utrecht. La formation britannique ne visera rien d’autre que la victoire finale, avec Richard Carapaz qui disputera, à 29 ans, son cinquième Tour d’Espagne. Deuxième en 2020 derrière Primoz Roglic, après avoir porté le maillot rouge pendant cinq jours, l’Equatorien espère décrocher une deuxième victoire en Grand Tour, après le Giro 2019, lui qui a zappé le Tour de France cette année pour mieux se préparer pour la Vuelta. Pour l’épauler, la direction d’Ineos Grenadiers a décidé de faire appel à une équipe jeune, avec notamment le Britannique de 27 ans Tao Geoghegan Hart, qui avait créé la sensation en remportant le Giro 2020, et qui prendra le départ de sa troisième Vuelta. Naturalisé français depuis quelques mois, Pavel Sivakov (25 ans), disputera quant à lui son troisième Tour d’Espagne. Le Néerlandais Dylan van Baarle, vainqueur du dernier Paris-Roubaix, sera au départ pour la quatrième fois, à 30 ans. En revanche, il s’agira d’une grande première pour Ethan Hayter (23 ans), Luke Plapp (21 ans), Carlos Rodriguez (21 ans) et Ben Turner (23 ans), qui seront là pour apprendre, et pour aider Carapaz.

 » Un excellent mélange d’expérience et de jeunesse « 

« Notre équipe pour la Vuelta est vraiment excitante ; un excellent mélange d’expérience et de jeunesse, qui, selon nous, produira une course exceptionnelle. Avoir quatre débutants en Grand Tour renforce la confiance que nous avons dans la qualité de nos jeunes coureurs et nous savons qu’ils apporteront un soutien fantastique à Richie lors de son dernier Grand Tour avec nous (il devrait rejoindre EF Education EastPost en 2023, ndlr). Tous les quatre ont impressionné en 2022 et ce sera la prochaine grande étape de leur développement au plus haut niveau. Dylan, Pavel et Tao fournissent une expérience inestimable pour compléter un groupe qui, selon nous, peut offrir des moments incroyables lors du dernier Grand Tour d’une brillante saison. Je sais que les coureurs et le staff feront tout leur possible pour terminer cette partie de notre campagne en beauté, et nous attendons avec impatience une course réussie ensemble », a réagi Rod Ellingworth, le patron de l’équipe.