Cyclisme. Franck Bonnamour (B&B Hôtel- Vital concept): « L’objectif sera de gagner des courses »

A 25 ans, Franck Bonnamour quitte Arkea-Samsic pour l’équipe B & B Hôtel-Vitalconcept où il vient de signer pour deux ans. Avec l’objectif d’étoffer son palmarès.

Trois questions à…

Franck Bonnamour, 25 ans.

Vous venez de signer deux ans chez B & B Hôtel-Vital concept. Pourquoi ce choix ?

Après cinq ans chez Arkea-Samsic, j’avais envie de changer de paysage, de découvrir de nouveaux modes de fonctionnemment. J’ai eu quelques contacts mais j’ai très vite pris la décision de rejoindre Jérôme Pineau. C’est une équipe jeune qui progresse, qui étoffe son effectif d’année en année et qui a un calendrier de courses intéressant. Et puis c’est une équipe bretonne, je suis né à Lannion, j’y habite encore et c’est aussi important pour moi. Et je connais aussi d’autres coureurs comme Maxime Cam, Jonathan Hiver, Ferrasse ou Jérémy Lecrocq avec qui on a gagné à Bergen en équipe de France espoirs.

Quel rôle aurez-vous dans cette équipe ?

Celui d’oser et de prendre ma chance sur des courses d’un jour que ce soit les épreuves de Coupe de France, à commencer par celles qui se déroulent en Bretagne comme le Tro Bro Leon qui est une vraie course de guerrier, mais aussi les classiques ardennaises. Et sur …

Lire la suite

Cyclisme. Tour du Finistère et Boucles de l’Aulne, l’union économique

Les deux épreuves sud-finistériennes se dérouleront les 22 et 23 mai 2021. En coulisses, elles ont effectué un rapprochement avantageux sur le plan sportif et économique. Explications.

« On avance, on fait comme si… » Respectivement président du Tour du Finistère et des Boucles de l’Aulne, Jean-Paul Waterloos et Alain Le Gouill ne restent pas les deux pieds sur la même pédale. Contraints d’annuler leur épreuve en 2020, les revoilà le nez dans le guidon et résolument tournés vers l’après Covid. « Bien sûr, la crise économique liée au Covid ne va pas favoriser les démarches auprès de nos partenaires, observe Jean-Paul Waterloos. On va se serrer les coudes et notre rapprochement avec Châteaulin va déjà dans ce sens. »

Soucieux d’éviter la polémique, le Quimpérois ne s’étendra pas sur les relations difficiles qu’il entretenait jusqu’ici avec Jean-Paul Mellouet, l’organisateur du Tro Bro Leon. « Depuis 15 ans, le Tour du Finistère et le Tro Bro se disputaient le même week-end, autour du 15 avril. Mais, nous n’étions pas toujours d’accord à l’heure de constituer le plateau. Dans ses ribin, Jean-Paul Mellouet voulait attirer des cyclo-crossmen, ce n’était pas notre cas… »

Du côté de Lanni…

Lire la suite

BMX. L’Indoor de Caen et le salon des sports urbains reportés en 2022

La 12e édition du Caen BMX indoor et la 6e édition du salon des sports urbains, initialement prévus en février 2021, ont été reportés d’une année. Face au manque de visibilité lié à la crise sanitaire, les organisateurs ont préféré ne pas prendre de risque.

Il n’y aura pas de Caen BMX indoor en 2021. Les organisateurs ont préféré reporter cette 12e édition, ainsi que la 6e du Salon des sports urbains, à 2022.

« Il est compliqué de se projeter en raison de la crise sanitaire, explique Pierre-Louis Saillet, vice-président du Caen BMX. Les dates du 20 et 21 février avaient retenu mais on ne sait pas quelle sera la situation à ce moment-là. On a retardé l’échéance le plus tard possible avant de se décider. »

Face à cette incertitude, les dirigeants du club ont préféré ne pas prendre de risque. « L’événement, monté par les bénévoles, est viable. Mais avec les restrictions prévues, ce ne serait plus le cas et nous perdrions rapidement de l’argent. Et c’est le club qui en pâtirait. »

En effet, le budget de Caen BMX oscille entre 40 000 et 50 000 € selon les années, là où celui de l’indoor est de 300 000 €.

Cet événement, qui a réuni 6000 spectateurs sur les deux jours en 2020, préfère recul…

Lire la suite

Cyclisme. Bernard Hinault ne voit aucun Français lui succéder au Tour de France

Sur Europe 1, le quintuple vainqueur du Tour de France a donné son avis sur les coureurs français avec, comme toujours, son franc-parler.

1985. La dernière année qu’un Français a levé les bras tout en haut du podium du Tour de France remonte à 35 ans en la personne de Bernard Hinault. Le cinquième sacre du « Blaireau » sur la Grande Boucle. Invité de l’émission « Face aux auditeurs » de Lionel Rosso sur Europe 1, le Breton a expliqué ne voir aucun Français capable de lui succéder au palmarès dans l’immédiat même s’il loue les qualités de certains.

En premier lieu Julian Alaphilippe. Le coureur de 28 ans est un des meilleurs éléments du peloton en témoignent son récent titre de champion du monde et ses nombreuses classiques gagnées ces dernières années (Flèche Wallonne par deux fois, Milan-San Remo…). On peut également ajouter à cela ses cinq victoires sur le Tour de France et le port du maillot jaune durant 21 jours.

LIRE AUSSI. Cyclisme. Roglic, Alaphilippe, Pinot… Qui a brillé cette saison, qui a déçu ?

Pour autant, Bernard Hinault ne voit pas en lui un profil susceptible de gagner le Tour. « En haute montagne, quand il aura fait une journée ou deux, il aura beaucoup de mal. Quand…

Lire la suite

Cyclisme. Positif au Covid, Valentin Tabellion reprend en douceur

Après avoir participé au championnat de France de l’Avenir (20e), en octobre à Gray (Haute-Saône), Valentin Tabellion a été détecté positif au Covid. Le coureur du Vendée U témoigne pour Ouest-France. « Je fais attention pour ma reprise car on a aucun recul sur la maladie, confie le jeune homme, âgé de 21 ans. Je n’ai pas envie d’être au fond du trou dans trois mois ! »

Après avoir participé au championnat de France de l’Avenir (20e), en octobre à Gray (Haute-Saône), Valentin Tabellion a été détecté positif au Covid. Le coureur du Vendée U témoigne pour Ouest-France.

« À la suite des championnats de France de l’Avenir (22 au 25 octobre), disputés à Gray, j’ai été détecté positif au Covid. Au départ, j’avais un gros rhume et puis cela a empiré… J’avais plusieurs symptômes qui correspondaient au coronavirus, alors je suis allé me faire tester cinq jours après la course.

« Pendant 10 jours, j’ai perdu l’odorat et le goût »

Pendant 10 jours, j’ai perdu l’odorat et le goût. J’étais courbaturé et très fatigué. J’ai alterné des jours difficiles et d’autres passables. Depuis une semaine, ça va un peu mieux, mais je suis encore fatigué.

Avant la reprise du sport, j’ai passé une échographie ca…

Lire la suite