Cet étudiant nantais va faire un tour de France à vélo pour ramasser des masques usagés

François Pourchasse, étudiant en école d’ingénieur à Nantes, se lance dans un parcours à vélo de 6 800 km le long des frontières françaises. Un défi sportif mais surtout environnemental : il compte ramasser et recycler des milliers de masques jetés dans la nature sur le bord des routes.

C’est un défi sportif déjà impressionnant : 6 800 km à parcourir à vélo, en moins de quatre mois, pour relier 85 villes le long des frontières françaises. Mais l’objectif est surtout environnemental : récupérer « un maximum de masques jetés dans la nature sur le bord des routes, et les intégrer aux chaînes de recyclage existantes des villes sur mon passage », résume François Pourchasse.

Nouvelle source de pollution

L’étudiant de 21 ans, originaire de Carquefou, est en école d’ingénieur à l’ICAM de Nantes. Du 5 juin au 30 septembre, il va mettre à profit ses quatre mois sans cours, entre sa troisième et sa quatrième année, pour réaliser son France Eco Tour, un tour de France à vélo pour une cause qui lui tient à cœur.

« Depuis le début de la crise sanitaire, les masques jetables sont une énorme source de pollution. Il y en a partout dans la nature, près d’1,5 milliard ont même été retrouvés dans nos …

Lire la suite

Tour de France. « On n’imposera pas le pass sanitaire pour les spectateurs », assure Jean Castex

Dans un entretien donné au Parisien, le Premier ministre Jean Castex a détaillé les conditions de reprise des compétitions. Il a aussi esquissé ce à quoi devrait ressembler le Tour de France.

Le Tour de France se passera-t-il normalement ? Oui, a assuré le Premier ministre Jean Castex, dans un entretien donné au Parisien , lundi 10 mai. La Grande Boucle, qui s’élancera le 26 juin de Brest, ne nécessitera pas le fameux pass sanitaire gouvernemental (grâce à l’application TousAntiCovid, il sera possible de vérifier le statut vaccinal, le résultat d’un test négatif ou le certificat de rétablissement d’une personne).

« On n’imposera pas le pass sanitaire pour les spectateurs du Tour de France au bord des routes. Ce serait d’ailleurs impossible », a ainsi confirmé Jean Castex.

Le Tour aura donc ses habituelles hordes de fans ou passants, prêts à encourager les coureurs sur les routes de France. Et il devrait, contrairement à l’édition 2020, ne subir aucun report.

Et pour les autres courses cyclistes ?

Et quid des autres courses, avant cette date ? Pour les autres courses cyclistes, les spectateurs debout ne sont pas autorisés jusqu’au 30 juin (aussi date de la levée de la plupart des rest…

Lire la suite

Dinan. Levavasseur : « J’aurai dû aller au mondial de cyclisme »

L’ancien cycliste professionnel de Dinan (Côtes-d’Armor), aux cinq Tours de France, a porté le maillot jaune au Tour d’Espagne pendant une semaine.

Le coureur de Dinan (Côtes-d’Armor), Christian Levavasseur, aura marqué de son empreinte le cyclisme professionnel, de 1979 à 1984. Avec cinq Tours de France à la clé, dans l’équipe Mercier et La Redoute. Bon rouleur, combatif, il s’impose la première année dans les courses à étapes et côtoie des grands : Eddy Merckx, Bernard Hinault, etc.

C’est le début d’une belle année qui le verra porter le maillot jaune au Tour d’Espagne, pendant une semaine, après la victoire à la 6e étape. « C’est un de mes meilleurs souvenirs dans ma carrière de professionnel. Cette victoire Murcie-Alcoy m’a fait devenir célèbre, avec des passages à la télé, interviews des journalistes, mais je n’ai pas pris la grosse tête pour ça. C’était quand même réconfortant d’être fêté par les spectateurs, des Bretons, des Espagnols qui n’étaient pas mécontents de voir un Français porter le maillot jaune. »

J’ai raté le plus beau 14 juillet de ma vie

Dans le Tour de France 1979, Christian Levavasseur veut réussir un nouveau coup d’éclat, dans l’Alpe-D’Huez, mais en bon équip…

Lire la suite

TÉMOIGNAGE. « Le vendredi, je suis crevée » : factrice, elle roule 100 km à vélo par semaine

Ils sont d’âges, de professions et de milieux différents. Mais tous ont un point commun : le métier qu’ils exercent est exigeant physiquement. Prolongation est parti à la rencontre d’hommes et de femmes dont les corps souffrent le soir venu. Comment gèrent-ils la fatigue, les courbatures voire la pénibilité ? Michèle Le Cor est factrice sur l’Île-de-Bréhat (Côtes-d’Armor). Depuis un an et demi, elle gère le guichet et la distribution de lettres et colis.

Trois kilomètres et demi de longueur, près d’un et demi de largeur et de nombreux chemins. Michèle Le Cor, factrice à Bréhat, arpente l’île chaque après-midi du lundi au vendredi, pendant près de trois heures.

Pas avant, parce que le matin, celle qui a grandi ici et qui distribue le journal à son frère tient le guichet de la Poste, dans le bourg. Une double activité endossée depuis un an et demi par cette femme dynamique de 52 ans, accompagnée par son chien, Bandit, lors de sa tournée.

Sa deuxième journée commence vers 12 h 30. Un encas récupéré à la supérette du bourg et la voilà partie sur les routes principales de l’île avant de s’engager dans les chemins.

« Le vent et l’eau rajoutent de la fatigue »

Un trajet qu’elle a mis « trois…

Lire la suite

Coupe des Nations féminine : En juniors, Flavie Boulais continue de s’affirmer

​Sur le Tour du Gévaudan Occitanie Féminin, la Vendéenne Flavie Boulais a terminé 8e du général et s’est même offert un petit bonus avec le maillot de meilleure grimpeuse le temps d’une étape.

Flavie Boulais ne s’est pas faite manger par la bête du Gévaudan ce week-end. Après sa première place en juniors sur la course internationale du GP de Chambéry, mi-avril, la Yonnaise a cette fois signé un top 10 sur cette manche de la Coupe des Nations de sa catégorie d’âge. La Vendéenne a même pu porter un maillot distinctif, celui de meilleure grimpeuse, lors de la seconde étape de ce Tour du Gévaudan Occitanie Féminin.

C’est un très bon week-end pour moi. Je suis satisfaite de ce que j’ai fait et des sensations que j’avais. Je suis très contente du top 10 pour ma première Coupe des Nations​, souriait Flavie Boulais hier midi, de retour à sa vie de jeune étudiante en révision du baccalauréat. Bien que satisfaite, la pensionnaire du Pôle France de piste était déjà lucide sur ce qu’il lui a manqué pour aller chercher le podium derrière l’Allemande Linda Riedmann (victoires des deux étapes et du général) et l’italienne Francesca Barale : Elles étaient plus fortes. On l’a vu dans la montée Jala…

Lire la suite