Strasbourg s’arrache, Limoges coule, Cholet en quarts

Gros suspense au Rhénus pour le premier match du Top 16 de Strasbourg, face à l’Hapoel Holon. La SIG a fini par s’imposer, mais elle a eu besoin de deux prolongations pour l’emporter 112-110, au terme d’un match très serré. Un temps mené de six points en début de match, l’Hapoel a finalement conclu le premier quart en menant 20-25, puis il a été devant au score durant tout le deuxième quart, avec même neuf points d’avance à la 18eme, avant d’encaisser un 6-0 et rentrer aux vestiaires sur le score de 45-48. Strasbourg a ensuite pris les commandes du match dans le troisième quart en prenant jusqu’à huit points d’avance (69-61), mais a craqué en encaissant un 14-0 à cheval sur les deux derniers quarts. Puis l’Hapoel s’est envolé pour mener 77-88 à 2’21 de la fin. Les Israéliens pensaient alors la victoire acquise, mais ils ont complètement craqué et ont encaissé un 11-0 qui a permis à Strasbourg d’arracher la prolongation, grâce notamment au tir à 3 points de Marcus Keene (23pts ,8pds) à sept secondes du buzzer. Les deux équipes ne sont pas parvenues à se départager dans la première prolongation (97-97). Dans la deuxième, la SIG a été menée de sept points à 2’47 de la fin (101-108) mais n’a encore une fois rien lâché, et c’est encore Keene qui lui a permis de passer devant (110-108). Mais Hayden Dalton a égalisé sur lancers-francs (110-110) et c’est finalement DeAndre Lansdowne (24pts, 5rbds, 4pds) qui a offert le victoire à son équipe à cinq secondes de la fin (112-110), ce même Lansdowne contrant ensuite le tir à 3 points de Dalton ! Quel match ! La semaine prochaine, les Strasbourgeois auront droit à un derby, face à Dijon, qui défie une autre équipe israélienne, l’Hapoel Jerusalem, mercredi.

Les marqueurs strasbourgeois : Lacombe (20), Lansdowne (24), Maille (15), Udanoh (11), Keene (23), Kurucs (17), Massa (2)


?ref_src=twsrc%5Etfw »>January 24, 2023

Limoges n’a existé que dix minutes…

Le Top 16 a mal débuté pour Limoges ! Le CSP, qui espère finir parmi les deux premiers du groupe K pour rallier les quarts de finale de la Ligue des Champions, a commencé cette nouvelle phase de la compétition par une lourde défaite 100-73 à Galatasaray. Il n’y a pas eu photo entre le huitième du championnat de Turquie et le neuvième du championnat de France. Les Limougeauds ont certes bien résisté pendant le premier quart (20-20), mais ils ont ensuite pris l’eau de tout part. A la mi-temps, les Stambouliotes comptaient onze points d’avance (48-37), puis ils ont déroulé leur basket en deuxième mi-temps, en l’emportant 52-36. L’écart n’a cessé d’augmenter tout au long de la partie, pour atteindre les +29. Galatasaray, porté par les 20 points et 6 passes de Daron Russell, était supérieur dans tous les domaines (41 rebonds à 22, 24 passes décisives à 16, 42% à 3pts contre 31%…). C’est donc un match à oublier pour le CSP de Tomas Kyzlink (16pts), qui devra se reprendre la semaine prochaine à Beaublanc face à Malaga.

Les marqueurs limougeauds : Graves (13), Yeguete (6), Hawkins (5), Lang (8), Desseignet (2), Wojciechowski (5), Ugolin (10), Schilling (8), Kyzlink (16)

Cholet en quarts de la Coupe FIBA Europe


?ref_src=twsrc%5Etfw »>January 24, 2023

A noter également qu’en Coupe FIBA Europe, la quatrième dans la hiérarchie continentale, Cholet s’est imposé 77-75 face aux Allemands de Chemnitz, grâce à un tir à 3 points de Dominic Artis inscrit à trois secondes de la fin. Il termine d’ailleurs avec 18 points (5/6 à 3pts). Cette victoire qualifie les Choletais pour les quarts de finale de la compétition à deux journées de la fin, puisque dans le même temps, Porto a battu Craiova.

Monaco se détache, l’ASVEL se reprend

Monaco fait la belle affaire de la 20eme journée de Betclic Elite. Alors que Boulogne-Levallois et Cholet ont mordu la poussière ce samedi, le club de la Principauté a profité de la réception de Paris pour s’isoler un peu plus en tête du classement. Si les joueurs de la Capitale ont pris un bon départ, faisant la course en tête dans les premières minutes, un 9-0 a permis à la « Roca Team » de prendre la main. Un écart que les coéquipiers de Jaron Blossomgame (18 points, 7 rebonds) ont fait grandir dans un deuxième quart-temps qu’ils ont nettement dominé. Malgré une marge de onze longueurs à la pause, les joueurs de Sasa Obradovic n’ont pas coupé leur effort. Paris, sous l’impulsion d’Aamir Simms (14 points) a essayé de tenir mais sans empêcher l’écart de dépasser les 20 points. Une barre sous laquelle la différence entre Monaco et Paris n’est quasiment jamais descendue dans un quatrième quart-temps maîtrisé par les joueurs de la Principauté. La « Roca Team » signe un 17eme succès en 20 matchs (103-81) et compte désormais trois victoires d’avance sur son dauphin Boulogne-Levallois.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>February 5, 2023

L’ASVEL a torpillé Dijon

Dijon, pour sa part, n’a pas su profiter de la défaite choletaise pour se maintenir sur le podium en revenant à hauteur des Mets. En effet, la JDA n’a pratiquement pas existé sur le parquet d’une ASVEL retrouvée. Il faut dire que l’absence sur blessure de David Holston a été un coup terrible pour les Dijonnais. Un 10-0 d’entrée a donné le ton pour des Villeurbannais déchainés. Menant de onze points au terme du premier quart-temps, les coéquipiers de Dee Bost (16 points) et Nando de Colo (16 points) n’ont laissé Dijon marquer que neuf points dans le deuxième. Une disette qui n’a pas été sans conséquences au tableau d’affichage avec une avance de 28 points à la pause pour l’ASVEL. A leur main, les protégés de T.J. Parker ont maintenu la JDA à distance au retour des vestiaires avant de donner un dernier coup sur la tête de leurs adversaires dans les dix dernières minutes. Le résultat est une défaite de 39 points pour Dijon (99-60), qui tombe à la quatrième place du classement. L’ASVEL, de son côté, remonte à la sixième place avec seulement deux victoires de retard sur le podium.

Deux de chute pour les Mets

Boulogne-Levallois vit un début de mauvaise passe. Après leur défaite à domicile face à Roanne le week-end dernier, les Metropolitans ont concédé sur le parquet du promu Blois un deuxième revers de suite en Betclic Elite. Ce qui n’était plus arrivé aux joueurs de Vincent Collet depuis le début du mois de décembre dernier déjà face à la Chorale puis face à Monaco. Si les premiers instants de la rencontre ont vu les deux équipes se rendre coup pour coup, ce sont bien les Mets qui ont pris l’avantage dans le jeu et au tableau d’affichage, concluant le premier quart-temps avec une petite marge de quatre longueurs. La réplique de Blois, emmené par Amadou Sow (25 points, 8 rebonds) a été immédiate. En effet, l’ADA a longtemps fait la course en tête dans ce deuxième quart-temps mais sans parvenir à creuser un écart supérieur à cinq points. Un avantage qui n’a pas été suffisant pour permettre au promu d’atteindre la mi-temps avec l’ascendant au score. En effet, c’est Boulogne-Levallois qui a viré en tête mais avec seulement une longueur d’avance.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>February 4, 2023

Boulogne-Levallois a craqué en toute fin de match

L’ADA a démarré la deuxième moitié de la rencontre tambour battant, un 6-0 donnant le ton. Mais face à Victor Wembanyama (20 points, 8 rebonds, 6 passes) et les Mets, il en fallait plus pour s’isoler. En effet un 14-2 a permis aux Franciliens d’inverser la tendance pour aborder les dix dernières minutes de la rencontre avec un petit matelas de trois unités. Porté assez vite à neuf longueurs, cet avantage n’a pas permis à Boulogne-Levallois d’aborder avec sérénité la fin de la rencontre. Donnant tout pour s’imposer devant leur public dans cette belle affiche, les joueurs de Blois ont infligé un 10-0 pour repasser devant au tableau d’affichage à l’approche du « money time ». Au jeu des lancers francs dans une fin de rencontre tendue, les Mets ont repris les commandes mais c’est bien l’ADA qui a fini le plus fort. Grâce à un 5-0 dans les dernières secondes, les joueurs de Mickaël Hay s’imposent par la plus petite des marges (78-77), mettant fin à une série de deux revers consécutifs, et gardent espoir dans la course au maintien. Pour Boulogne-Levallois, ce sixième revers de la saison pourrait voir Monaco s’envoler et Dijon revenir en cas d’exploit ce dimanche face à l’ASVEL. Battu par Le Mans (83-103), Cholet n’en a pas profité.

Bologne gâche la fête

L’Astroballe était bouillante, elle a fini glacée. La faute au Virtus Bologne, venu gâcher la fête de Nando De Colo, entré dans la légende dès le début de cette rencontre comptant pour la 23eme journée d’Euroligue en devenant le meilleur marqueur de l’histoire des Coupes d’Europe avec 4 906 points marqués sur la scène européenne depuis ses débuts. Le double champion d’Europe avait logiquement reçu une ovation du public villeurbannais et tout semblait idéalement lancé pour que la soirée soit magnifique. Pour cela, il fallait évidemment que l’ASVEL, qui restait sur une nouvelle gifle, mardi dernier sur le parquet du Partizan Belgrade (défaite 92-71), réussisse à renouer avec le succès. Sur le papier, cela semblait largement faisable sachant qu’à l’aller, en Italie, les joueurs de TJ Parker, malgré un retard de 19 points en première mi-temps, avait réussi à s’imposer.

Cette fois, pas de remontada pour l’ASVEL


?ref_src=twsrc%5Etfw »>February 3, 2023

Un scénario qui a bien failli se répéter vendredi dans le Rhône, où les avant-derniers du classement et le héros de la soirée, d’ailleurs meilleur marqueur de son équipe avec 15 points, ont d’abord compté onze longueurs de retard face à Marco Belinelli (21 points vendredi, meilleur total du match) et aux siens avant de réussir encore à gommer leur retard, certes moins conséquent qu’à l’aller. Sauf que cette fois, un nouveau coup d’accélérateur du champion de NBA avec San Antonio (aux côtés du président de l’ASVEL Tony Parker) en seconde mi-temps (12-0) a eu raison des envies de nouvelle remontada de Villeurbannais qui auraient pourtant rêvé de refaire le coup du match aller pour permettre à De Colo de fêter son record. Bologne et cette nouvelle défaite cette équipe de l’ASVEL (la 15eme cette saison en Euroligue) également battue dimanche dernier à domicile contre Monaco dans le choc de Betclic Elite entre le double champion de France sortant et son dauphin de la dernière édition en ont décidé autrement. Cruel pour De Colo.

De Colo dans la légende !

Cela valait bien que l’Astroballe se lève comme un seul homme. Alors dès que l’occasion s’est présentée, lors d’un temps-mort, tout le public villeurbannais a offert l’ovation qu’il méritait à Nando De Colo. L’emblématique arrière de l’ASVEL venait en effet de devenir avec 4 906 points, le meilleur marqueur de l’histoires des Coupes d’Europe. Certes, il fallait s’attendre à ce que l’international français de 35 ans efface des tablettes le Grec Nikos Galic et ses 4 904 points en carrière sur la scène européenne ce vendredi soir à l’occasion de la venue de Bologne en Euroligue. De Colo n’avait en effet besoin que de trois points pour entrer seul dans la légende. Il n’a pas patienté bien longtemps. Trois minutes et 21 secondes très précisément. Un panier marqué d’entrée tout près du cercle, un lancer-franc un peu plus tard et le tour était joué pour celui dont l’ASVEL s’est empressée de saluer l’exploit dans un tweet. « Nando De Colo devient le marqueur le plus prolifique de l’histoire des Coupes d’Europe. Quelle carrière, quel joueur, quelle légende. » Hommage amplement mérité pour ce shooteur hors-pair qui dispute cette année sa 14eme saison européenne, lui qui a découvert les Coupes d’Europe en 2007 sous les couleurs de Cholet et s’est bâti depuis au grès de ses expériences à Valence, au CSKA Moscou et à Fenerbahçe un palmarès vertigineux, avec deux sacres en Euroligue (en 2016 et 2019) mais aussi un autre en 2010, obtenu, lui, en Eurocoupe.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>February 3, 2023

Un autre record en vue pour De Colo ?


?ref_src=twsrc%5Etfw »>February 3, 2023

Le champion d’Europe en 2013 avec les Bleus tourne par ailleurs à 11,6 points de moyenne par match depuis ses débuts en Coupe d’Europe. Un rythme de croisière qu’il avait envoyé valser un soir de 2019 en inscrivant 39 points. Il évoluait alors au Fener et était probablement loin d’imaginer en dépit de cette prestation folle du 19 octobre 2019 contre Vitoria qu’il prendrait la première place trois ans et demi plus tard du classement des meilleurs marqueurs des Coupes d’Europe. Mais pas encore de l’Euroligue. Troisième derrière le Grec Spanoulis (4 455 points) et l’Espagnol Juan Carlos Navarro (4 152), le Nordiste, qui totalisait 4 097 points avant vendredi soir, pourrait toutefois très vite reléguer là aussi les deux hommes dans son rétroviseur. Pour Navarro, c’est presque fait. En ce qui concerne Spanoulis, ce sera peut-être plus compliqué. Si De Colo y parvient, alors l’Astroballe pourra se lever de nouveau pour le héros.