Parker : « On sera soulagé quand on sera champion »

Dos au mur après la défaite de lundi soir en Principauté dans le match 3, l’ASVEL n’avait pas le droit à l’erreur mercredi soir toujours sur le parquet de Monaco pour les retrouvailles entre les deux équipes à l’occasion du quatrième rendez-vous de cette finale de Betclic Elite. Les doubles champions de France ont fait encore mieux. Car non seulement, ils ont évité une nouvelle défaite qui aurait sacré la Roca Team pour la première fois de son histoire, mais ils ont surtout infligé un violent coup de massue à notre autre représentant en Euroligue en l’humiliant dans sa salle Gaston-Médecin (85-68). Impossible maintenant d’imaginer que ces Villeurbannais si séduisants mercredi soir puissent s’écrouler à leur tour au moment pour eux d’éventuellement décrocher un troisième titre de rang, et ce devant son public de l’Astroballe et face à des Monégasques qui auront probablement beaucoup de mal à se remettre de cette déculottée alors qu’ils se voyaient probablement déjà champions. Malgré ce contexte qui a tout de favorable pour l’ASVEL, TJ Parker ne veut pas crier victoire trop tôt. « Pour le match 5, on est à domicile, mais ça ne sera pas facile. Il n’y a que 2-2. On n’est pas soulagé. On sera soulagé quand on sera champion. », avoue l’entraîneur du club rhodanien, certain néanmoins sans le dire clairement que si l’Astroballe, où ses joueurs étaient restés onze matchs invaincus avant de chuter contre Monaco lors du match 1, joue pleinement son rôle de sixième homme, Monaco devrait avoir beaucoup de mal à doucher les espoirs villeurbannais.

Jones : « Notre défense a été bien meilleure »

« On compte sur une Astroballe en feu pour tirer profit de cet avantage du terrain. » Le frère de Tony Parker comptera également sur « la grosse agressivité défensive » qui a permis à ses protégés de balayer les Monégasques dans ce match 4, ainsi que sur deux joueurs en particulier : William Howard et Marcos Knight. « Ils ont pris les choses en main. » Une analyse partagé par le meneur Chris Jones, ravi lui aussi d’avoir vu à l’œuvre mercredi une toute autre ASVEL. « On a joué en équipe bien évidemment des deux cotés du terrain, en défense et en attaque. Notre défense a été bien meilleure et nous a permis d’avoir des paniers faciles en transition. » Comme son coach, l’Américain a maintenant hâte de disputer ce match de la gagne devant ses supporters. « Je suis très excité ».

Epoupa repart en Turquie !

Trois ans après avoir quitté le pays, Olivia Epoupa retrouve la Turquie et la ville d’Istanbul. La meneuse française de 28 ans revenue en France en 2020 après trois années passées à l’étranger, dont deux à Istanbul, quitte de nouveau l’Hexagone pour faire son retour dans la capitale turque. Passée par le Besiktas et Galatasaray, la joueuse de l’équipe de France (99 sélections) découvrira à la rentrée un troisième club stambouliote. Après une année au club de Charnay-lès-Mâcon et une autre sous les couleurs de Lattes-Montpellier, où elle tournait à 11,8 points, 6,4 rebonds, 4,6 passes et 4,1 interceptions en Ligue Féminine et à 11 points, 4,6 rebonds, 3,2 passes et 2,9 interceptions en Euroligue, Epoupa va poursuivre sa carrière à Fenerbahçe, où elle pourra se rappeler aux bons souvenirs de… Galatasaray.

Quand Epoupa retrouve Marina Maljkovic


?ref_src=twsrc%5Etfw »>July 1, 2022

L’entraîneur du Fener est en effet aujourd’hui la Franco-Serbe Marina Maljkovic, soit le coach d’Epoupa lors de la saison 2017-2018, la seule que la native de Paris a passée à Galatasaray. Cette année-là, Epoupa, sous la coupe de Maljkovic, avait remporté l’Eurocoupe. La présence de la technicienne à la double nationalité a donc forcément joué au moment pour la quadruple médaillé d’argent à l’Euro avec les Bleues et demi-finaliste des Jeux de Rio en 2016 de décider de poser de nouveau ses valises à Istanbul. Fenerbahçe sera le neuvième club traversé depuis sa sortie de l’INSEP, dix ans plus tôt, par Epoupa, également passée par Basket Landes, Toulouse, Villeneuve-d’Ascq ou le club australien de Canberra. Elle n’est pas surnommée la globe-trotteuse du basket français pour rien.

TJ Parker en NBA !

TJ Parker dans le staff de Milwaukee le temps d’un été. La saison terminée, la plupart des entraîneurs vont s’offrir quelques semaines de vacances. Pas TJ Parker (38 ans). Fraîchement auréolé de son deuxième titre de champion de France consécutif (le troisième de suite pour son club), le coach de l’ASVEL va mettre le cap sur les Etats-Unis et découvrir l’aventure Summer League, traditionnelle période durant l’intersaison de NBA qui consiste pour les franchises de la grande ligue à se rassembler pour tester de multiples compositions d’équipes différentes de celle de la saison régulière. TJ Parker a été sollicité par Milwaukee. Il sera donc l’un des assistants des Bucks, sacrés champions la saison dernière avant que Golden State ne remettent les pendules à l’heure cette année.

TJ Parker : « La NBA reste dans un coin de ma tête »

« J’ai été invité pour faire la Summer League avec les Milwaukee Bucks. Je vais coacher la Summer League et je vais rester comme assistant avec les Milwaukee Bucks. Je pars demain (vendredi) et je vais rester cinq jours à Milwaukee pour mettre des systèmes en place, en défense comme en attaque. Et ensuite, on part dix jours à Las Vegas pour la Summer League », a révélé jeudi soir lors de l’émission le Super Moscato Show sur RMC le frère de Tony Parker, désormais lié à l’ASVEL jusqu’en 2024 après avoir prolongé son contrat de trois ans au lendemain de ce nouveau titre. Lors de cette même intervention, le natif de Valenciennes n’a pas caché qu’il rêvait d’entraîner un jour en NBA (ou en université) dans ce pays qu’il connaît très bien. « Bien sûr que c’est un rêve d’aller un jour en NBA. On a cette double culture. Mon père est de Chicago. Moi, j’ai fait mes études aux Etats-Unis et j’ai joué dans la Big Ten, même en collège basket-ball. Ca reste dans un coin de ma tête le basket universitaire et la NBA. » TJ Parker en prendra le pouls durant la Summer League.

Une autre recrue de luxe pour la Roca Team ?

Moerman après Okobo à Monaco ? M’Baye chez le double champion d’Europe. Les différents championnats nationaux terminés, le marché des transferts s’accélère un peu partout. C’est notamment le cas du côté de la Turquie, qui vient de perdre l’un de ses joueurs français et l’a remplacé dans la foulée par un… autre joueur français. Ainsi, l’Anadolu Efes Istanbul avait à peine annoncé le départ d’Adrien Moerman (33 ans, 2,02 m) que le club turc et double vainqueur sortant de l’Euroligue a fait savoir qu’il avait porté son dévolu sur Amath M’Baye (32 ans, 2,03m). Ce dernier, qui affrontera vendredi soir (19h00) le Monténégro avec les Bleus pour le compte des qualifications pour la Coupe du monde 2023, arrive d’un autre club turc : le Pinar Karsikaya, où il tournait à 15,1 points, 4,5 rebonds et 1,9 passe en 31 minutes par match. Un chassé-croisé qui devrait profiter au club de… Monaco. Le club de la Principauté, encore privé cette année de son premier sacre de champion de France après s’être incliné dans le match 5 face à l’ASVEL à l’Astroballe, ne souhaite pas revivre la même désillusion une saison de plus. C’est dans ce sens que les dirigeants de la Roca Team désirent bâtir l’effectif le plus solide possible.

Ancien MVP du Championnat de France et triple champion de France

Elie Okobo, fraîchement sacré champion de France sous les couleurs villeurbannaises, est attendu le premier. Il pourrait être suivi de près par Moerman, désormais libre après la fin de son contrat chez le double champion d’Europe, où il n’a pas prolongé. Le Francilien qui avait quitté Nancy pour Bilbao en 2012 avant de repasser par la France, le temps de deux saisons à Limoges, puis de se relancer dans un tour d’Europe (Banvit, Darussafaka, Barcelone puis l’Anadolu Efes, pendant quatre saisons), devrait ainsi faire son retour en Betclic Elite, auréolé de sa collection de titres amassés en Turquie (deux titres de champion, une victoire en Coupe et ces deux sacres en Euroligue), mais pas uniquement. L’ailier fort affiche en effet également à son impressionnant palmarès trois titres de champion de France (un avec Nanterre, deux avec Limoges), une victoire lors de la semaine des As mais aussi une Coupe de France et une Coupe d’Espagne, remportée en 2018 avec Barcelone. Présent dans les gradins de la salle Gaston-Médecin lors du match 4, Moerman, élu MVP du Championnat de France en 2014-2015, constituerait indubitablement si les discussions (en cours) débouchent sur son arrivée sur le Rocher une recrue de luxe pour Monaco.

De Colo revient en France !

Le secret avait été bien gardé. Alors que depuis le sacre en Betclic Elite, samedi dernier, on avait plus parlé des joueurs quittant l’ASVEL (Victor Wembanyama vers Boulogne-Levallois, Elie Okobo vers Monaco, Chris Jones à Valence…), rien n’avait filtré du côté des arrivées. C’est parce que le président Tony Parker préparait un gros coup : faire revenir Nando De Colo dans le championnat de France ! Tout juste âgé de 35 ans, le meneur (ou arrière) a signé pour les deux prochaines saisons avec l’ASVEL, treize ans après avoir quitté la Pro A, passant à l’époque de Cholet à Valence. « C’est avec une grande fierté que nous accueillons Nando au sein de notre équipe. Je tiens en tout premier lieu à le remercier pour la confiance accordée dans notre projet. Il s’inscrit bien sûr dans notre volonté et ambition de voir évoluer les meilleurs joueurs français dans notre championnat, mais également de permettre à LDLC ASVEL de briller sur la scène européenne. Je tiens également à remercier le futur partenaire majeur du club qui nous permet d’avoir une équipe hautement compétitive et qui sera présenté lundi prochain. A cette occasion, Nando et Nicolas (Batum, directeur des opérations basket) seront présents avec nous », écrit le président Parker dans le communiqué diffusé jeudi soir. Le nom de ce nouveau sponsor n’a pas fuité, mais il va donc permettre au club rhodanien de poursuivre son développement pour remporter un quatrième titre de champion de France d’affilée, mais aussi aller enfin en play-offs de l’Euroligue. Et pourquoi pas gagner la compétition, comme l’a écrit « TP » dans un tweet.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>June 30, 2022

De Colo MVP de l’Euroligue

Passé par Cholet (2006-09), Valence (2009-12), San Antonio (2012-14), Toronto (2014), le CSKA Moscou (2014-19) et Fenerbahçe, Nando De Colo est l’un des plus grands joueurs de l’histoire du basket français. Vainqueur de deux Euroligue et d’un titre de MVP de la compétition, d’une Eurocoupe, de cinq Ligues VTB, et de cinq médailles avec l’équipe de France, dont il a porté le maillot à 185 reprises, il vient apporter toute son expérience à l’ASVEL, et nul doute qu’il sera l’une des attractions du championnat. Cette saison, il a tourné à 15,3 points, 5,1 passes 2,3 rebonds avec Fenerbahçe en championnat et 11,9 points, 3,8 passes et 2,2 rebonds en Euroligue. Absent cet été à l’Euro avec les Bleus, Nando De Colo va pouvoir profiter d’un été complet pour se ressourcer et préparer au mieux la saison de son retour en France.