Shaquille O’Neal dézingue Kevin Durant

Trois ans après son arrivée chez les Nets, Kevin Durant a fait une demande de « trade », comme l’ont révélé le 30 juin dernier Shams Charania de The Athletic et Adrian Wojnarowski d‘ESPN. Un choix qui a fait l’effet d’une petite bombe dans le milieu de la NBA, mais qui n’a depuis pas eu beaucoup d’effet. L’opération est particulièrement compliquée et même si plusieurs franchises se montrent intéressées, le dossier reste au point mort. De son poste d’observateur, l’ancien champion Shaquille O’Neal en a profité pour donner son avis sur le sujet. Et il n’a pas été très tendre avec KD.

Sur le plateau de l’émission The Rich Eisen Show, l’homme de cinquante ans a expliqué son incompréhension face à la volonté de Durant de filer ailleurs. « Lorsque vous construisez une maison, vous avez le devoir d’y habiter. Quand vous avez un rôle de leader, vous devez faire le nécessaire pour que cela fonctionne. Mais je suppose qu’(il) ne (veut) pas que ça marche. » Et l’ancien drafté des Orlando Magics de poursuivre. « Je pense que Kevin Durant est probablement en train de chercher une équipe capable de remporter le titre. C’est bien plus facile de procéder comme ça… »

Les Nets ont la main

Une critique non-voilée à destination d’un Kevin Durant qui attend toujours que son équipe tombe d’accord avec les éventuels postulant à son accueil. Récemment, un échange avec Jaylen Brown des Celtics de Boston a été évoqué et là encore, O’Neal a mis son grain de sel en glissant que si on lui demandait son avis, il conserverait Brown. Durant est sous contrat avec les Nets jusqu’en 2026. La franchise reste donc en position de force dans ce dossier.

Jalabert balance !

Deux semaines seulement après la fin du Tour de France femmes, Laurent Jalabert était déjà de retour derrière le micro. L’ancien champion de France a en effet retrouvé sa cabine de commentateur à l’occasion de la course en ligne des Championnats d’Europe, qui s’est tenue ce dimanche à Munich. Une course remportée au sprint par Fabio Jakobsen devant Arnaud Demare.

Déjà vainqueur de la deuxième étape du Tour de France en juillet, le sprinter néerlandais a confirmé son retour au premier plan deux ans après son terrible accident lors du Tour de Pologne. Ce succès prolonge également le bel été de la  QuickStep après un début de saison moins  abouti qu’à l’accoutumée, notamment lors des classiques flandriennes. Patrick Lefevere n’a pas manqué de réagir en recrutant Tim Merlier en vue de la saison prochaine, ainsi que Jan Hirt et Casper Pedersen.

Laurent Jalabert a d’ailleurs profité des championnats d’Europe pour glisser un violent tacle au Wolfpack. « Quand ils (les nouveaux coureurs) arrivent dans cette formation, tout est regroupé pour que cela fonctionne bien. Et quand ça commence à aller un peu moins fort, on les renvoie un peu vers l’extérieur, dans d’autres équipes », a-t-il ainsi lancé, ajoutant: « Je dirai qu’ils se font un palmarès à la QuickStep et ensuite, ils vont alimenter leurs comptes en banque ailleurs. »

Robert-Michon, Pontvianne, Hodebar et Habz en finale

Vingt ans après ses premiers championnats d’Europe, où elle avait terminé douzième du concours du lancer du poids, Mélina Robert-Michon était de retour à Munich, et la lanceuse de 43 ans s’est qualifiée pour la finale, dans cette compétition où elle n’a remporté qu’une seule médaille lors de son immense carrière, en argent en 2014 à Zurich. Seulement cinquième de son groupe de qualification, avec un jet à 58,85m, elle a terminé neuvième de ces qualifications qu’elle redoute toujours, et sera donc bien présente dans la finale à douze, où la double championne olympique Sandra Perkovic (65,94m en qualifications) s’annonce comme la grande favorite. Le premier tour du 400m (dont les toutes meilleures étaient exemptées) se disputait également ce lundi, et Amandine Brossier a réussi le deuxième temps, en 51″26, derrière la Polonaise Iga Baumgart-Witan (51″09). Elle verra donc les demi-finales, au contraire de Sokhna Lacoste, 14eme en 52″62. Dans une finale où aucune Française n’était concernée, la Néerlandaise Jessica Schilder a été sacrée championne d’Europe du lancer du poids grâce à un jet à 20,24m, devant la Portugaise Auriol Dongmo (19,82m, record national) et une autre Néerlandaise, Jorinde van Klinken (18,94m). En fin de programme, le 10000m a vu la victoire de la Turque Yasemin Can (30’32″57), devant la Britannique Eilish McColgan (30’41″05) et l’Israélienne Lonah Salpeter (30’46″37). Les deux Françaises Mekdes Woldu et Alessia Zarbo ont pris la 12eme et 13eme place, en respectivement 32’36’28 et 32’39″54.

Deux Bleus en finale du triple saut

Du côté des hommes, deux Français étaient présents au premier tour du 400m (dont les tous meilleurs étaient exemptés), et ils ont tous les deux franchi cette étape. Thomas Jordier et Gilles Biron ont terminé troisième et dixième, en respectivement 45″39 (record personnel) et 45″82, le meilleur chrono revenant à l’Italien Davide Re (45″26). Les qualifications du triple saut ont vu deux Français sur trois se qualifier pour la finale : Jean-Marc Pontvianne (3eme avec un saut à 16,96m) et Enzo Hodebar (6eme avec un saut à 16,70m), mais pas le champion d’Europe 2014 Benjamin Compaoré (20eme avec un saut à 15,17m). Le champion olympique portugais Pedro Pichardo a établi la meilleure performance de ces qualifications : 17,36m. Sur 1500m, Azzedine Habz a décroché sa qualification pour la finale en courant en 3’38″47, alors que Baptiste Mischler n’ira pas plus loin, avec le 14eme temps en 3’39″58. Le meilleur chrono est revenu au Polonais Michal Rozmys en 3’37″36. Enfin, à mi-décathlon, c’est le Suisse Simon Ehammer qui occupe la tête du classement, avec 4661 points, devant l’Italien Dario Dester (4327pts) et le Norvégien Sander Skotheim (4324pts). Le Français Baptiste Thierry a gagné trois places durant la soirée et se retrouve 15eme, avec 3993 points. Enfin, dans une finale sans Français et une disciple où les Américains règnent en maitres, le Croate Filip Mihaljevic a remporté le concours du lancer du poids avec un jet à 21,88m, devant le Serbe Armin Sinancevic (21,39m) et le Tchèque Tomas Stanek (21,26m).

Tennis de table: Lebesson et Yuan sacrés en double mixte

Première finale au programme des championnats d’Europe de tennis de table et première victoire française ! La première discipline à délivrer ses médailles cette semaine était le double mixte, et ce sont Emmanuel Lebesson (34 ans) et Jianan Yuan (37 ans) qui ont décroché l’or. L’expérimentée paire tricolore s’est imposée en quatre sets contre les Roumains Ovidiu Ionescu et Bernadette Szocs : 8-11, 11-6, 11-5, 11-9 en 30 minutes. Après un premier set compliqué, les Bleus, qui jouent ensemble depuis 2019, ont ensuite assez facilement remporté les deux suivants, se montrant bien plus relâchés. Dans le dernier, ils ont été menés 9-8, avant de gagner les trois derniers points pour triompher.

Lebesson remercie Chila

« On a bataillé en quarts hier contre les Hongrois. Aujourd’hui, on a très bien mené notre demie (victoire 3-0 contre les Slovaques, ndlr), avec un très bon départ qui nous a permis de nous relâcher. En finale, le début a été compliqué, surtout pour moi. Je remercie Patrick Chila (médaillé de bronze en double aux JO de Sydney en 2000, ndlr) qui, au coaching, a su trouver les mots pour me remettre dedans. Après j’étais beaucoup plus relâché. C’est toujours bien d’avoir un ancien grand joueur au coaching », a confié Lebesson au micro de France Télévisions. Voilà de quoi lui donner confiance avant le double masculin à partir de mardi aux côtés de Simon Gauzy. A noter également ce lundi la victoire d’Océane Guisnel contre l’Espagnole Sofia Zhang en phase de poules (3-0) et la défaite de Charlotte Lutz contre l’Ukrainienne Tetiana Bilenko (3-2). Mardi, aucune médaille ne sera décernée en tennis de table, la journée étant consacrée aux phases de poules et seizièmes de finale.

Un lundi en or, argent et bronze

Trois médailles de couleurs différentes ce lundi pour la natation française aux championnats d’Europe de Rome ! Et la plus belle performance est arrivée en fin de programme, avec la victoire du relais 4x100m nage libre mixte. Maxime Grousset (22 ans), Charles Rihoux (24 ans), Charlotte Bonnet (27 ans) et Marie Wattel (25 ans) se sont imposés en 3’22″80, devant la Grande-Bretagne (3’23″30) et la Suède (3’23″40). Alors que Grousset avait mis la France en tête lors du premier 100m, Rihoux avait ensuite transmis le relais en deuxième position derrière les Britanniques à Bonnet, qui était troisième à l’issue de son relais, derrière la Suède et l’Italie, mais à seulement neuf centièmes de la tête. Restait à Wattel à conclure le travail, et elle y est magnifiquement parvenue, ne craquant pas face au retour de Freya Anderson.

Wattel sortait pourtant d’une grosse déception

Cela va lui permettre d’atténuer sa déception du 100m papillon, dont elle était tenant du titre. Marie Wattel a en effet échoué pour 14 centièmes en finale. Médaillée d’argent sur 50m papillon samedi, la Lilloise faisait figure de favorite de cette finale, et elle est d’ailleurs passée en tête à la mi-course et était encore première à une quinzaine de mètres de l’arrivée, mais la Suédoise Louise Hansson a fini fort et l’a devancée au final, s’imposant en 56″66, contre 56″80 pour la Française. Une énorme déception pour Wattel, qui n’a pas souhaité s’exprimer longuement en zone mixte. La Bosnienne Lana Pudar, seulement âgée de 16 ans, complète le podium. Le sourire était en revanche de mise pour les deux autres nageuses tricolores ensuite en lice ce lundi soir dans la somptueuse piscine romaine, Pauline Mahieu (23 ans) et Emma Terebo (24 ans). Elles se sont qualifiées pour la finale du 100m dos en terminant respectivement deuxième et septième des séries, en 59″75 (record personnel) et 1’00″35. Ca passe également pour Béryl Gastaldello sur 50m nage libre. La nageuse de 27 ans a signé le sixième temps des séries en 24″89 et verra donc la finale. Du côté des hommes, Carl Aitkaci et Antoine Viquerat ne sont pas parvenus à se qualifier pour la finale du 50m brasse, terminant respectivement 13eme et 16eme des séries, en 27″73 et 27″98. Brillant vainqueur du 200m dos samedi, Yoann Ndoye Brouard n’a pu faire mieux que septième de la finale du 50m dos, en 25″06, bien loin des 24″36 du Grec Apostolos Christou, sacré champion d’Europe devant l’Italien Thomas Ceccon (24″40) et de l’Allemand Ole Braunschweig (24″68).

Popovici brille encore

A noter également ce lundi le nouveau titre remporté par le jeune Roumain de 17 ans David Popovici, qui s’est cette fois imposé sur le 200m nage libre, avec le record du monde junior et le record des championnats à la clé (1’42″97). Le Suisse Antonio Djokovic (1’45″60) et l’Autrichien Felix Auboeck (1’45″89) décrochent l’argent et le bronze. La Suissesse Lisa Mamie (23 ans) a quant à elle été sacrée sur 200m brasse en 2’23″27, devant l’Italienne Martina Carraro (2’23″64) et la Lituanienne Kotryna Teterevkova (2’24″16). Sur le 1500m, c’est l’Italienne Simona Quadarella qui a remporté l’or, en 15’54″15, devant la Hongroise Viktoria Mihalyvari (16’02″15) et une autre Italienne, Martina Caramignoli (16’12″39).

Encore du bronze pour les nageuses artistiques

Quels beaux championnats d’Europe pour la natation artistique française ! Après avoir décroché la médaille de bronze dans l’épreuve par équipe technique et en highlight, les nageuses françaises ont encore terminé troisièmes, cette fois dans l’épreuve par équipe libre, ce lundi à Rome. Camille Bravard, Ambre Esnault, Laura Gonzalez, Mayssa Guermoud, Maureen Jenkins, Eve Planeix, Charlotte Tremble et Mathilde Vigneres ont terminé derrière les Ukrainiennes et les Italiennes, avec un score de 90, 5667, sur une chorégraphie dont le thème était l’art. Pas de médaille en revanche en plongeon, où Jules Bouyer, Jade Gillet, Nais Gillet et Gary Hunt ont terminé sixièmes de l’épreuve par équipe mixte, loin derrière l’Italie.