Scandale de corruption au taekwondo ?

Le taekwondo est pris dans des turbulences. Entré au programme des Jeux Olympiques à Sydney en 2000 après avoir été un sport de démonstration à Séoul en 1988 puis à Barcelone en 1992, l’art martial coréen est au cœur d’un potentiel scandale. Dans un article publié ce mardi par le quotidien britannique The Times, l’ancien chef du marketing et des relations publiques de World Taekwondo, institution précédemment connue sous le nom World Taekwondo Federation (WTF), Ho Kim a affirmé avoir pris part à de la corruption visant à assurer à la discipline une place au programme olympique. Cela aurait pris la forme de pots-de-vin et de cadeaux transmis par la WTF à certains membres du Comité International Olympique (CIO) en amont de la Session de ce dernier organisée en 1994. « Le taekwondo est devenu un sport olympique à Sydney en 2000 grâce à cela », a affirmé Ho Kim dans cet article.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>September 20, 2022

Le CIO appelle à saisir sa commission d’éthique

Face à ces accusations, les dirigeants de World Taekwondo ont assuré ne pas être informés d’une éventuelle campagne de corruption mise en place dans les années 1990. « World Taekwondo n’a absolument aucune connaissance concernant les accusations visant l’ancienne administration il y a plus de trente ans », a affirmé la fédération dans un communiqué transmis à l’AFP. Cette dernière appelle également à transmettre les preuves à son Comité d’Intégrité « afin qu’une enquête approfondie puisse être menée » et précise qu’elle « continue de respecter les normes les plus élevées de bonne gouvernance et d’intégrité dans l’administration mondiale » de la discipline. Le CIO, de son côté, s’est borné à demander à « toute personne ayant des préoccupations en matière de bonne gouvernance concernant les membres du CIO » à « contacter la commission d’éthique du CIO ». L’institution basée à Lausanne a ajouté qu’ « aucune information n’a été fournie par M. Ho Kim » jusqu’à présent.

Farah absent à Londres

Les retrouvailles entre Mo Farah et le public londonien attendront. Alors qu’il ne s’est plus présenté au départ de la course organisée dans la capitale londonienne depuis 2019, celui qui a réalisé deux fois le doublé 5000m-10000m aux Jeux Olympiques en 2012 puis 2016 a officialisé au travers d’un communiqué son forfait en raison d’une blessure à la hanche droite. « Je m’étais vraiment entraîné dur ces derniers mois et j’avais retrouvé un bon état de forme, je me sentais vraiment optimiste quant à ma capacité à produire une solide performance, a confié celui qui a été anobli en 2018 par la Reine Elizabeth II. Mais je ressens depuis dix jours une douleur et une tension dans ma hanche droite. » Vainqueur du « Big Half », semi-marathon organisé à Londres au début du mois de septembre, Mo Farah devra donc attendre pour connaître sa première grande victoire sur un marathon.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>September 28, 2022

Kosgei a également renoncé

Mais le Britannique ne sera pas le seul absent de marque au départ du Marathon de Londres ce week-end. Détentrice du record du monde, Brigid Kosgei a également renoncé à faire le déplacement dans la capitale britannique. Touchée aux ischio-jambiers de la jambe droite, la Kenyane a confirmé en début de semaine un forfait qu’elle redoutait depuis plusieurs semaines. « Je me débats ces deux derniers mois, avec un problème aux ischios de ma jambe droite, a-t-elle déclaré dans des propos recueillis par le site officiel de la course. Il y a eu des hauts et des bas dans mes entraînements et ils ne se sont pas déroulés comme je l’aurais voulu pour me préparer et être au top de ma forme pour le marathon de Londres. Nous avons pris la décision qu’il est mieux pour moi de déclarer forfait pour cette année afin de soigner mes blessures et de démarrer 2023 plus forte que jamais. » Brigid Kosgei sera une adversaire de moins pour Joyciline Jepkosgei, tenante du titre et qui sera une nouvelle fois au départ.

Ligue Magnus: Angers facile à Briançon

Angers reste sur courant alternatif. Enchaînant victoire puis défaite depuis le début de la saison de Ligue Magnus, les Ducs sont restés sur le même tempo à l’occasion d’un déplacement à Briançon pour conclure la 6eme journée. Une rencontre qui a tourné à la démonstration pour les Angevins, qui n’ont pas tardé à donner le « la ». Après neuf minutes d’un round d’observation, les Ducs ont frappé à deux reprises en 66 secondes. Tommy Giroux, lancé par Jonathan Charbonneau et Antonin Manavian, a trompé une première fois la vigilance de Jan Broz. Robin Gaborit, sur des assistances de Cédric di Dio Balsamo et Marius Serer, a fait le break avant de corser l’addition à 31 secondes de la pause avec les mêmes passeurs à l’origine du but. La deuxième période a très vite vu les deux formations se répondre.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>September 28, 2022

Angers n’a pas laissé Briançon espérer

Benjamin Berard a débloqué le compteur des Diables Rouges 37 secondes après la reprise sur des passes de Martin Krasnican et Aleksei Ishmametev. Jonathan Charbonneau lui a répliqué trois minutes plus tard, lancé par Tommy Giroux et Philippe Halley. C’est ensuite Rudolf Huna qui s’est joué d’Evan Cowley, décalé par Marek Zagrapan et Kevin Igier pour le deuxième et dernier but de Briançon. Zachary Torquato, sur des passes de Maurin Bouveet et Cameron Brown, puis Téo Sarliève, lancé par Baptiste Couturier et Kylian Fauvel, a donné quatre longueurs d’avance aux Ducs à l’entame des 20 dernières minutes. Une dernière période qui a seulement vu Kylian Fauvel, aisé par Tommy Giroux et Philippe Halley, tromper une dernière fois le gardien des Diables Rouges. Angers s’impose très nettement hors de ses bases (2-7) et remonte au quatrième rang du classement. Briançon, tout comme Anglet, n’a toujours pas connu la victoire cette saison.

Ligue MagnusHOCKEY SUR GLACE – LIGUE MAGNUS / 6EME JOURNEE
Mardi 27 septembre 2022
Nice – Gap : 0-3
Rouen – Cergy-Pontoise : 7-1
Amiens – Chamonix : 2-3 (tab)
Grenoble – Anglet : 7-1
Bordeaux – Mulhouse : 3-2

Mercredi 28 septembre 2022
Briançon – Angers : 2-7

Handball: Le PSG humilie Magdebourg

La défaite à Toulouse restera un accident. Trois jours après avoir vu près d’un an et demi d’invincibilité en Liqui Moly StarLigue prendre fin, le PSG Handball se savait attendu sur le parquet du champion d’Allemagne Magdebourg, auteur d’un début de saison parfait tant en Bundesliga qu’en Ligue des Champions. Malgré l’absence de dernière minute de Nikola Karabatic, testé positif au coronavirus, le club de la Capitale a rendu une copie quasiment parfaite pour signer un deuxième succès de suite sur la scène européenne après celui acquis face au Wisla Plock. Pour cela, Raul Gonzalez Gutierrez a su tirer parti des forces de son effectif. Gardien de Magdebourg lors des huit dernières saisons, Jannik Green (11 arrêts à 34% d’efficacité) a fait très mal à ses anciens coéquipiers. Devant son public, le club allemand n’a mené au score que durant 30 secondes en tout début de match après l’ouverture du score de Christian O’Sullivan (1 but sur 1 tir). En échec face au gardien danois, les attaquants allemands ont offert des ballons aux Parisiens avec Ferran Solé Sala (5 buts sur 7 tirs) et Dainis Kristopans (5 buts sur 6 tirs) qui s’en sont donné à cœur joie pour donner très vite deux buts d’avance au club de la Capitale. Toutefois, les Parisiens ont ensuite connu un de leurs rares trous d’air dans ce match, Philipp Weber (7 buts sur 9 tirs) et Gisli Thorgeir Kristjansson (1 but sur 2 tirs) qui en ont profité pour ramener Magdebourg à hauteur. Le show Jannik Green a repris de plus belle, permettant à Elohim Prandi (5 buts sur 9 tirs) de mener un 4-0 et au PSG de s’envoler au tableau d’affichage.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>September 28, 2022

Le PSG a étouffé Magdebourg

Ancien gardien de Chambéry, Nikola Portner (6 arrêts à 26% d’efficacité) a très vite cédé sa place à Mike Jensen, qui n’a pas été plus en réussite face aux attaquants parisiens (2 arrêts à 16% d’efficacité) et a vite retrouvé le banc de touche. Ouvrant peu de brèches en défense et parvenant à mener leurs attaques au bout, les joueurs de la Capitale ont vu leur matelas enfler progressivement pour atteindre huit longueurs à la mi-temps grâce à une dernière réalisation de Kamil Syprzak (5 buts sur 7 tirs) puis un ultime arrêt de Jannik Green sur un tir lointain. Dans une Getec Arena médusée, les supporters de Magdebourg pensaient leur équipe capable de répondre dans le deuxième acte mais la maladresse vue depuis le début de la rencontre a permis au PSG et David Balaguer (2 buts sur 2 tirs) d’atteindre les dix buts d’avance un peu moins de huit minutes après la reprise. Piqués au vif, les coéquipiers d’Omar Ingi Magnusson (5 buts sur 9 tirs) ont tenté de changer de tempo mais la défense parisienne s’est bien adaptée. Les deux équipes se sont très longtemps répondu avec l’écart qui a alors oscillé entre huit et neuf buts. Kay Smits (3 buts sur 4 tirs) a ramené le champion d’Allemagne à sept longueurs avec quatre minutes face à un Jannick Green moins frais et donc moins explosif qu’en début de match. Les joueurs de Bennet Wiegert n’ont pas pu faire mieux. En effet, c’est sur cet écart que le PSG inflige à Magdebourg sa première défaite de la saison (22-29) et se replace à la deuxième place du Groupe A à deux points de Veszprém, dernière équipe invaincue, et à égalité de points avec sa victime du soir. La réception de Zagreb dès la semaine prochaine sera l’occasion de confirmer cette prestation de tout premier ordre.

EHFCL HHANDBALL – LIGUE DES CHAMPIONS (H) / GROUPE A
3eme journée
Mercredi 28 septembre 2022
Veszprém – Dinamo Bucarest : 33-30
Zagreb – FC Porto : 29-23
Magdebourg – PSG Handball : 22-29

Jeudi 29 septembre 2022
18h45 : Wisla Plock – GOG

Classement du Groupe A
1- Veszprém 6 points
2- PSG Handball 4
3- Magdebourg 4
4- GOG 3
5- Wisla Plock 2
6- Zagreb 2
7- Dinamo Bucarest 1
8- FC Porto 0

Les deux premiers du groupe se qualifient pour les quarts de finale. Les équipes classées de la 3eme à la 6eme place disputeront les huitièmes de finale.

F1: Verstappen champion du monde à Singapour si…

Il ne reste plus que 6 Grand Prix dans cette saison 2022 de Formule 1. Et si à la même époque la saison dernière le suspense était encore à son comble, avec la lutte entre Lewis Hamilton et Max Verstappen – duel finalement remporté par le Néerlandais pour son premier titre – il est aujourd’hui difficile d’imaginer quelqu’un d’autre que le pilote Red Bull remporter son deuxième titre consécutif.

[lireaussi titles= »Verstappen en quête de records » urls= »http://www.sports.fr/f1/fomrule-1-verstappen-quete-de-records-625615.html »]

Mathématiquement, c’est possible

Le pilote, qui fêtera ses 25 ans vendredi à l’occasion des essais libres, dispose en effet d’une confortable avance de 116 points sur son dauphin Charles Leclerc et 125 sur son coéquipier Sergio Perez. Et mathématiquement, il peut être sacré champion dès ce week-end. Pour cela, plusieurs conditions doivent être réunies:

  • S’il gagne la course en réalisant le meilleur tour (26 points), que Leclerc finit 8ème ou moins et que Perez finit 4ème ou moins.
  • S’il gagne la course sans le meilleur tour (25 points), que Leclerc finit 9ème ou moins et que Perez finit 4ème sans le meilleur tour ou moins.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par FORMULA 1® (@f1)

Des records à aller chercher

Le natif d’Hasselt devra donc obligatoirement s’imposer s’il veut espérer être couronné dès ce week-end. Une victoire en Asie lui permettrait également de continuer à traquer les records. Il peut encore aller chercher le nombres de victoires sur une saison (13) détenu par les deux Allemands Michael Schumacher (2004) et Sebastian Vettel (2013), il est actuellement à 11 succès à 6 courses du terme.

Il est également encore en lice pour le record de victoires consécutives sur une saison (9) également détenu par Vettel en 2013, le pilote Red Bull en est à 5. Enfin, il peut égaler voire dépasser Fernando Alonso au nombre de victoires en Formule 1, Super Max n’est qu’à une longueur de l’Espagnol (31 victoires contre 32), qui est le 6ème coureur de tous les temps au nombre de Grand Prix remportés.

Classement du championnat du monde après 16 Grands Prix (sur 22)
1- Max Verstappen (PBS/Red Bull Racing) 335 points
2- Charles Leclerc (MCO/Ferrari) 219
3- Sergio Pérez (MEX/Red Bull Racing) 210
4- George Russell (GBR/Mercedes) 203
5- Carlos Sainz Jr (ESP/Ferrari) 187

8- Esteban Ocon (FRA/Alpine) 66

11- Pierre Gasly (FRA/AlphaTauri) 22