Philippe Tournon ex-attaché de presse des bleus : “Le foot de haut niveau en France vit largement au-dessus de ses moyens”

Ancien attaché de presse historique de l’équipe de France de football, Philippe Tournon a parlé de la tempête qui secoue en ce moment le football Français.

Ex-journaliste sportif passé par le journal L’Équipe, il a notamment été l’attaché de presse des bleus de Didier Deschamps, avant de prendre sa retraite en 2018. Invité sur l’antenne d’Europe 1 dans le 12h30 / 13h00 de Patrick Cohen à l’occasion de la sortie de son livre “La vie en bleu”, Philippe Tournon regarde à distance la crise financière qui touche le football Français avec cette crise du Coronavirus et l’affaire Médiapro.

Une perte de plus de 800 millions d’euros

Pour Philippe Tournon, le foot national vit très largement au-dessus de ses moyens : “A ce jour, les clubs professionnels accusent une perte de plus de 800 millions d’euros. Le football de haut niveau en France vit largement au-dessus de ses moyens. L’affaire de Mediapro, et ce milliard qui était le graal pour les présidents de clubs, était hors de propos. On est entretenu dans l’illusion que la France fait partie du top 5 européen (avec l’Allemagne, l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie). C’est une vue de l’esprit : il y a quatre pays qui culturellement, par leurs affluences, par leur amour des clubs et par leur marketing ont développé une forte industrie du football de haut niveau“, juge Philippe Tournon qui estime que ‘la France, avec ses moyens et de façon très méritoire, essaie de suivre. Mais croire qu’on fait partie de la bande des cinq n’est pas vraie’, assène l’ancien journaliste sportif. Dans son livre paru aux éditions Albin Michel, Philippe Tournon vous emmène dans les coulisses du foot pour vous faire partager ces moments inoubliables et révéler, avec mille anecdotes, les petits et grands secrets de notre équipe de France. De Kopa à Mbappé en passant par Platini et Zidane, une plongée inédite et captivante au coeur des Bleus.

 

Prix de la Semaine Internationale, Eliot d’Ambri sur l’hippodrome de Paris Vincennes

PR֤ÉSENTATION DU PRIX DE LA SEMAINE INTERNATIONALE

En ce jeudi 28 janvier 2021, le Tiercé Quarté Quinté+ retrouve l’hippodrome de Paris Vincennes. Le Prix de la Semaine Internationale, première course de la réunion ayant pour but de lancer les hostilités aux alentours de 13h50, a été retenu. Cette compétition au caractère européen s’adresse à des trotteurs français âgés de sept et huit ans. Sur le parcours des 2850 mètres de la grande piste, ils seront quatorze à s’élancer du même échelon de départ. Sous un ciel pluvieux et une température aux alentours des 11 degrés, nous devrions assister à une jolie bagarre pour le chèque de 22 500 euros promis au lauréat.

NOS FAVORIS


ELIOT D’AMBRI (13)
vient de plaisamment gagner lors du Prix de Briare, belle épreuve disputée le 20 décembre dernier. Depuis, il a repris un peu de fraîcheur et se présente ici à cinq semaines. Alexandre Abrivard, son pilote, le connaît par cœur et s’entend bien avec lui. Déferré des quatre pieds, s’il arrive à se faire emmener jusqu’à l’entrée de la dernière ligne droite, il va faire mal.

ESPERANZO (9) n’avait plus gagné depuis le mois de juin dernier lorsqu’il a remis les pendules à l’heure en dernier lieu sur ce même hippodrome de Vincennes. Cette fois, ce n’est pas la petite piste de Vincennes qui se dresse devant lui, mais bien la grande. N’ayant aucun problème avec la montée, il peut confirmer sa forme récente et faire plaisir à la famille Mottier.

VINCENT FERM (5) est un cheval d’une très grande régularité qui peut largement espérer conclure de nouveau dans les trois premiers. Yannick Desmet, son nouvel entraîneur, l’aime beaucoup et pense que dans un tel lot, il est largement capable de mettre tout le monde à la raison.

Suivez notre pronostic et pariez en ligne avec ZEturf : Jusqu’à 250€ de bonus offerts

Les Bleus tiennent leur demie !

Dans un match haletant que les Bleus ont très mal entamé, les joueurs de Guillaume Gille ont montré leur caractère pour arracher la victoire face à la Hongrie en prolongation (35-32). Les Tricolores affronteront la Suède en demi-finale.

Au bout du suspense, les Bleus conservent leurs bonnes habitudes. A l’issue d’une rencontre sous tension face à une équipe de Hongrie solide, les joueurs de Guillaume Gille ont su faire face et arracher leur billet pour le dernier carré. Mais, face à un Roland Mikler de gala en début de match (16 arrêts à 32% d’efficacité), les Bleus ont retrouvé l’inconstance en début de match qui, mis à part la démonstration face au Portugal, a été leur marque de fabrique dans ce Mondial 2021. Poussée notamment par Mate Lekai (5 buts sur 7 tirs), la Hongrie a réalisé un début de match parfait pour mener de six buts après dix minutes de jeu. Une contre-performance catastrophique qui n’a toutefois pas fait paniquer le banc tricolore. Mieux en place sur le plan défensif, les Tricolores ont su faire déjouer les Hongrois qui ont manqué des tirs. Des opportunités dont les Bleus ont alors su profiter pour signer un 5-0 avec le capitaine Michaël Guigou (6 buts sur 6 tirs) à la mène et revenir à une seule longueur à cinq minutes de la mi-temps.

Les Bleus ont su être patients

Un temps faible des Magyars qui n’a toutefois pas duré très longtemps, avec deux réalisations coup sur coup pour Gabor Ancsin (1 but sur 2 tirs) et Richard Bodo (3 buts sur 7 tirs) qui ont permis à la Hongrie de reprendre un peu d’air, avec une marge de trois buts sur les Bleus. Une série à laquelle Ludovic Fabregas (2 buts sur 2 tirs) a mis fin mais, grâce à une dernière réalisation signée Mate Lekai à deux secondes de la pause, les Hongrois ont retrouvé leur vestiaire avec deux buts d’avance mais en infériorité numérique pour un peu moins de deux minutes à la reprise. Dans le vestiaire, Guillaume Gille a décidé de faire entrer en jeu Yann Genty dans le but. Revenue d’entrée à un but grâce à Dika Mem (3 buts sur 8 tirs), les Tricolores ont haussé le ton. Le banc hongrois a alors décidé de faire souffler Roland Mikler et Mate Lekai… ce qui ne leur a pas été favorable. Valentin Porte (3 buts sur 4 tirs), lancé en début de deuxième acte, a porté les Bleus tout comme Yann Genty (2 arrêts à 12%) qui ont égalisé puis pris l’avantage au score pour la première fois du match à 20 minutes de la sirène.

La Hongrie a su revenir mais sans confirmer en prolongation

Le sens du match a alors changé et, grâce notamment à Hugo Descat (5 buts sur 6 tirs), les Bleus ont pris les commandes pour compter trois buts d’avance dans les dix dernières minutes. Un écart inchangé à quatre minutes de la fin de la rencontre. C’est là que la Hongrie a changé son fusil d’épaule sur le plan défensif, déstabilisant des Bleus qui ont également perdu Timothey N’Guessan, qui s’est plaint des adducteurs dans cette deuxième période. Un temps faible dont Bendeguz Boka (5 buts sur 5 tirs) et Bence Banhidi (6 buts sur 6 tirs) ont profité pour égaliser avec 32 secondes à jouer. La dernière possession n’a pas permis aux Bleus de se mettre en position de tir mis à part un dernier jet franc sur lequel Dika Mem n’a pas trouvé la faille. Une fin de match manquée qui a contraint les Bleus à disputer dix minutes de prolongation. Si, après un échec à sept mètres d’Hugo Descat, Richard Bodo a permis à la Hongrie de prendre l’avantage, les Tricolores ont réagi avec un 3-0 en six minutes. Mais, cette fois, l’écart a tenu bon jusqu’au terme d’une rencontre haletante qui voit les Bleus en lice pour une médaille avec une demi-finale ce vendredi face à la Suède, qui a étrillé le Qatar (35-23) alors que l’Espagne n’a pas laissé la moindre chance à la Norvège (31-26) et retrouvera le Danemark.

Egypte 2021HANDBALL / CHAMPIONNAT DU MONDE 2021
Du 13 au 31 janvier en Egypte

QUARTS DE FINALE
Mercredi 27 janvier
Match 1 – Danemark – Egypte : 35-35 (4-3 tab)
Match 2 – Suède – Qatar : 35-23
Match 3 – Espagne – Norvège : 31-26
Match 4 – France – Hongrie : 35-32 (ap)

Ligue A: Tourcoing sur le podium

Derrière Montpellier et Tours, il faudra compter sur Tourcoing. Les joueurs de Mauricio Paes, en déplacement ce mercredi sur le parquet de Nice, ont fait le nécessaire pour s’installer à la troisième place du classement. Une rencontre que les Niçois ont pris à bras le corps, prenant immédiatement trois points d’avance mais leur contrôle de la rencontre s’est effrité et, grâce à une série de six points consécutifs, les coéquipiers de Luciano Palonsky (16 points), ont inversé la tendance pour remporter le premier set. L’entame de deuxième manche a été plus accrochée entre les deux équipes avec Tourcoing qui n’a pas eu plus de trois points d’avance jusqu’au dernier moment avec une série de trois points pour sceller le sort du set. La troisième manche, pour sa part, été à sens unique. Les coéquipiers de Leo Andric (11 points) et Hector Salerno (10 points) n’ont pas vu le jour et s’inclinent lourdement (21-25, 21-25, 20-25). Avec les trois points de cette victoire, Tourcoing prend la troisième place à deux points de Tours quand Nice, battu pour la septième fois de suite en championnat, reste à la 12eme place.

LAFVOLLEY – LIGUE A (H) / 7EME JOURNEE
Mardi 1er décembre 2020
Ajaccio – Nantes-Rezé : 2-3 (24-26, 25-23, 23-25, 29-27, 13-15)
Sète – Cannes : 0-3 (18-25, 20-25, 22-25)

Mardi 15 décembre 2020
Narbonne – Cambrai : 3-0 (25-20, 34-32, 26-24)

Mardi 5 janvier 2021
Tours – Montpellier : 2-3 (25-18, 25-20, 19-25, 20-25, 13-15)

Dimanche 17 janvier 2021
Poitiers – Toulouse : 3-0 (25-18, 25-21, 25-20)

Mardi 19 janvier 2021
Paris – Chaumont : 0-3 (19-25, 14-25, 20-25)

Mercredi 27 janvier 2021
Nice – Tourcoing : 0-3 (21-25, 21-25, 20-25)

Vendée Globe: Dalin a passé la ligne d’arrivée…

Si la ligne d’arrivée est franchie, le suspense reste entier. Un peu plus de 80 jours après le départ donné dans des conditions difficiles le 8 novembre dernier, Charlie Dalin a conclu le tour du monde en solitaire, sans escales et sans assistance avec le franchissement de la ligne d’arrivée, tracée au large des Sables d’Olonne à 20h36 ce mercredi. Dans le peloton de tête de la course depuis le passage du Cap Horn et l’entame de la remontée de l’Océan Atlantique le skipper d’Apivia peut enfin savourer le retour à la civilisation mais, contrairement aux habitudes, le natif du Havre ne peut pas se considérer comme le vainqueur de la neuvième édition de l’épreuve et, ainsi, succéder à Armel Le Cléac’h, qui avait remporté l’édition 2016-2017 en établissant un nouveau record (74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes), malgré le fait de retrouver la Vendée avant ses adversaires à l’issue d’un bras de fer intense et indécis tout au long des derniers jours de course.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>January 27, 2021

Dalin doit maintenant attendre l’arrivée d’Herrmann et Bestaven

En effet, pour la première fois dans l’histoire de l’épreuve créée en 1989 par le navigateur Philippe Jeantot sur une idée de Titouan Lamazou et avec le soutien de Philippe de Villiers, il faudra attendre la déduction des compensations allouées à deux skippers pour établir le classement final. Pointé à la troisième place avec 109 milles nautiques de retard sur Charlie Dalin ce mercredi à 18h00, Boris Herrmann (SeaExplorer-Yacht Club de Monaco) pourrait rafler la mise s’il passe la ligne d’arrivée moins de six heures après le Havrais, le temps que le jury international lui a alloué après avoir participé aux opérations de sauvetage de Kevin Escoffier avant le passage du Cap de Bonne-Espérance. Toutefois l’Allemand, qui pourrait devenir le premier skipper étranger à remporter le Vendée Globe s’il passe la ligne d’arrivée avant 2h36 ce jeudi, devra également attendre l’arrivée de Yannick Bestaven. Le skipper de Maître CoQ IV, cinquième au pointage de 18h00, pourrait faire une remontée fantastique au classement au bénéfice de ses dix heures et quinze minutes de compensation, s’il coupe la ligne avant 6h51 ce jeudi. Si le premier monocoque est arrivé, le suspense reste entier pour connaître le vainqueur du neuvième Vendée Globe !