Les Ingebrigtsen, « lièvres » de luxe de Kipchoge à Vienne

Rien de mieux qu’une fratrie d’excellents coureurs de demi-fond pour vous aider à courir 42,195 km en moins de 2h. Eliud Kipchoge, qui va retenter le 12 octobre prochain à Vienne de casser cette barrière mythique des 2h sur le marathon, bénéficiera dans la capitale autrichienne de l’aide des frères Ingebrigtsen.

Henrik (28 ans), champion d’Europe du 1500m en 2012, Filip (26 ans), bronzé aux Mondiaux 2017 à Londres sur la même distance et le prodige Jacob (18 ans), double médaillé d’or aux championnats d’Europe en 2018 sur 1500 et 5000m, joueront les "lièvres" de luxe pour le Kenyan. Les Norvégiens ont le même équipementier que le champion olympique en titre.

Déjà, en mai 2017, Kipchoge avait tenté cet exploit sur le circuit de Monza, bien protégé par une voiture, d’autres coureurs et un ravitaillement personnalisé. Mais il avait échoué pour 25 petites secondes. En raison de ces conditions, qui devraient être les mêmes à Vienne, son potentiel record ne sera pas homologué.

Euro (M): Tillie dévoile sa liste

Laurent Tillie a communiqué ce lundi les noms des 14 joueurs français qui disputeront l’Euro à domicile, du 12 au 29 septembre. Un seul changement par rapport au groupe qui a disputé le Tournoi de Qualification Olympique à Gdansk, terminé à la 2e place derrière la Pologne : le libéro Nicolas Rossard remplace son cousin, le réceptionneur-attaquant Thibault Rossard, ce dernier étant susceptible d’être rappelé avant le début de la compétition.

Le sélectionneur tricolore a justifié ce choix : "La reprise se fera avec 4 réceptionneurs et 2 libéros pour pouvoir augmenter le travail spécifique de réception et les relations entre les lignes arrières et l’attaque. Il a fallu faire un choix difficile imposé par la recherche d’efficacité et basé sur les états de forme et intégrations aux schémas tactiques de l'équipe".

L’équipe se réunit dès ce lundi à Saint-Nazaire pour la préparation, au cours de laquelle les Bleus disputeront deux matches, face à la République Tchèque le 29 août dans la ville portuaire, et l’Allemagne le 7 septembre à Paris. Puis viendra la phase de poules à Montpellier face à la Roumanie, la Grèce, le Portugal, la Bulgarie et l’Italie.

Le groupe France pour l’Euro :
Passeurs: Benjamin Toniutti (Zaksa Kedzierzyn-Kozle/Pologne), Antoine Brizard (Varsovie/Pologne)
Réceptionneurs/attaquants: Kevin Tillie (Varsovie/Pologne), Julien Lyneel ( Jastrzebski Wegiel/Pologne), Earvin Ngapeth (Zénith Kazan/Russie), Trévor Clevenot (Milan/Italie)
Centraux: Kévin Le Roux (Pékin/Chine), Nicolas Le Goff (Berlin/Allemagne), Daryl Bultor (Sète), Barthélémy Chinenyeze (Vibo Valentia/Italie)
Pointus: Jean Patry (Top Latina/Italie), Stephen Boyer (Vérone/Italie)
Liberos: Jénia Grebennikov (Trento/Italie), Nicolas Rossard (Tours)

McGregor de retour… en boxe ?

Près de deux ans après son combat contre Floyd Mayweather, Conor McGregor, défié par un de ses compatriotes irlandais après un nouveau dérapage, pourrait remonter sur un ring de boxe.

Il y a deux ans, presque jour pour jour, Conor McGregor disputait son premier combat professionnel de boxe face à Floyd Mayweather, s’inclinant fort logiquement après dix rounds d’une opposition à sens unique, ou presque. Depuis l’ex-champion UFC des plumes et des légers n’a combattu qu’une seule fois en MMA, face à un Khabib Nurmagomedov qui lui avait infligé une sévère défaite en octobre dernier.

Après avoir annoncé sa retraite, ce à quoi personne n’a vraiment cru, l’Irlandais semblait vouloir bientôt retrouver l’octogone. Mais il va peut-être de nouveau s’aventurer sur un ring d’ici-là. C’est en tout cas ce qu’affirme son compatriote Luke Keeler, un boxeur affichant un bilan de 17 victoires pour 2 défaites. Tout est parti d’un message publié sur Twitter par ce dernier en réaction au nouveau dérapage de McGregor, filmé en en train de frapper un homme âgé dans un bar de Dublin.

"Triste de voir Conor McGregor descendre aussi bas. Il a fait la même chose à un de mes amis il y a quelques années, et il se balade toujours en se prenant pour un gangster. Je serais heureux de le remettre à sa place, s’il a les tripes de remonter sur un ring…", écrit celui qui n’est pourtant pas un adepte du trash-talking, au contraire de McGregor. Et ce dernier n’a pas du tout apprécié le message de "Cool Hand", et le lui a fait savoir.

"Il n’était vraiment pas content, a confié Keeler à Irish-Boxing.com. Il m’a appelé, et on a eu des mots. Je lui ai dit qu’on n’avait qu’à combattre, et il m’a répondu qu’il était partant. Il a accepté le combat au téléphone. Ça pourrait juste être du bla-bla. Il pouvait faire semblant, ou parler sous le coup de la colère. Mais c’est devenu tellement sérieux que j’ai passé le dossier à mes managers. Ils discutent avec lui."

Et Keeler imagine déjà l’issue de ce duel 100% dublinois, face à celui qu’il décrit comme "une petite frappe. Ce qu’il fait n’est pas bien, surtout parce que c’est quelqu’un qui sait se servir de ses poings et quels dégâts ça peut faire. Mais je le détruirais. Il a combattu un welter de 40 ans qui l’a porté pendant quelques rounds avant qu’il ne s’épuise parce qu’il n’est plus comme avant, tout le monde le sait. Le public irlandais lui a tourné le dos et ce combat générerait beaucoup d’argent, parce que les gens paieraient pour le voir se faire exploser." McGregor franchira-t-il le pas ?

Lemaitre toujours loin des minima

Les occasions pour Christophe Lemaitre de voir Doha en individuel sur 200m se réduisent au fur et à mesure de l’été qui passe. Nouvelle occasion manquée pour le Français dimanche lors du meeting de Schifflange (Luxembourg). Le natif d’Aix-les-Bains n’a franchi la ligne qu’en 20’’66 (+0,6 m/s), terminant en tête d’une course au niveau moyen assez faible courue sous les averses.

Bien loin des 20’’35 requis par la Fédération Française d’Athlétisme pour rejoindre Mouhamadou Fall, pour l’instant unique représentant tricolore sur le demi-tour de piste lors des championnats du monde de Doha (du 28 septembre au 6 octobre prochain).

Pour Lemaitre, le meeting de Paris au stade Charléty ce samedi 24 août semble être sa dernière chance d’abaisser suffisamment son chrono pour ne pas se rendre au Qatar uniquement pour le relais 4x100m.

Ronaldo, cet « égoïste » obsédé par les miroirs

Cristiano Ronaldo en prend pour son grade, dans une récente interview de Diego Forlan, son ancien partenaire à Manchester United. Selon l’Uruguayen, le Portugais "passait toute la journée à se regarder" dans le miroir…

Diego Forlan, qui a fêté son 40e anniversaire en mai dernier, a annoncé cet été qu’il mettait un terme à sa carrière après une dernière étape à Hong Kong, au sein d’un club de Kitchee quitté un an plus tôt. La fin d’un long parcours qui l’aura vu évoluer, après son départ d’Uruguay, en Argentine, en Espagne, en Italie, au Brésil, au Japon, en Inde et donc à Hong Kong. Mais aussi en Premier League, sous les couleurs de Manchester United.

Et alors que l’ancien buteur de la Céleste est actuellement en pleine tournée médiatique, c’est sur sa période mancunienne (2002-2004) qu’il est surtout interrogé. Notamment sur deux icônes qu’il a pu côtoyer dans le nord de l’Angleterre: David Beckham et Cristiano Ronaldo. Il raconte notamment, dans une interview au Mirror, "l’incroyable altercation" entre Beckham et Ferguson lors d’un match contre Arsenal en 2003, quand "Sir Alex" avait envoyé une chaussure dans la tête du "Spice Boy".

Il compare aussi Beckham et Ronaldo, en égratignant au passage sévèrement le Portugais. "Dans le vestiaire, Ronaldo était égoïste. Au contraire de Beckham. Cristiano Ronaldo voulait tout le temps être à côté d’un miroir. Et il passait toute la journée à se regarder dedans", a ainsi lâché Forlan à propos de son ancien coéquipier. Qui appréciera sans doute…