Equipe de France (F): Aïssatou Kouyaté va manquer les JO

Le verdict tant redouté est tombé ce samedi : l’IRM passée par Aïssatou Kouyaté confirme que la joueuse de Besançon souffre d’une rupture des ligaments croisés du genou gauche. La handballeuse de 25 ans s’est blessée lors de la défaite concédée à Charnay ce vendredi (35-32). Elle va être absente pour le reste de la saison mais également pour les prochaines échéances internationales dont les Jeux olympiques prévus à Tokyo cet été. C’est un véritable coup dur pour l’ESBF mais également pour les Bleues qui misent sur elle au poste d’arrière droite. Elle était notamment convoquée pour le prochain stage des Tricolores qui était prévu dans une dizaine de jours.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>April 2, 2021

La native de Clichy avait participé à l’Euro 2020 durant l’hiver, y décrochant par la même occasion sa première récompense dans une grande compétition internationale avec une médaille d’argent. Ses prestations au Danemark tout comme son rendement depuis le début de la saison de Ligue Butagaz Energie lui promettaient une sélection pour le tournoi de handball des JO. Au lieu de ça, elle va être contrainte de se faire opérer et d’observer une longue période de convalescence. Le joueuse qui avait découvert l’élite du handball féminin français sous le maillot de l’OGC Nice risque de manquer aux Bleues mais encore plus à son club de Besançon. Avec 78 buts depuis le début de la saison, Aïssatou Kouyaté est la cinquième meilleure marqueuse du championnat et la première Française, un rendement qui permet au club franc-comtois d’occuper actuellement la sixième place de la Ligue Butagaz Energie. C’est sur cette blessure que l’aventure bisontine de la joueuse de 25 ans va se terminer. Elle a déjà un accord avec Brest en prévision de l’an prochain.

Les 5 joueurs du PSG qui auraient leur place dans le XI du Bayern

Un champion du monde de boxe veut Francis Ngannou

Devenu champion poids lourd de l’UFC après avoir terrassé Stipe Miocic, Francis Ngannou souhaite monter sur un ring de boxe et décrocher une ceinture mondiale. Depuis son sacre, le Camerounais le répète, il veut Tyson Fury (champion du monde WBC). Ngannou en a à nouveau parlé à L’Équipe : « L’année passée, on s’était déjà chauffé sur les réseaux. C’est quelque chose qui va se faire, assurément. Comment vous expliquer ? Ce serait génial, super ! J’ai la conviction que ça va arriver. Je vais trouver un moyen que ça se fasse. On a une petite histoire tous les deux. Et Mike Tyson m’a dit qu’il serait dans mon coin si ce combat se fait ». Mais organiser ce combat semble particulièrement compliqué puisque Tyson Fury et Antony Joshua vont s’affronter deux fois en 2021.

Ainsi, le champion UFC pourrait affronter Dillian Whyte, l’un des meilleurs poids lourds en boxe anglaise et actuel champion intérimaire WBC. Il y a quelques mois, son promoteur Eddie Hearn aurait même enregistré une conférence de presse entre son boxeur et Francis Ngannou. L’UFC serait ensuite intervenu afin d’empêcher la publication de cette conférence.


?ref_src=twsrc%5Etfw »>April 6, 2021

« J’adore Francis Ngannou. Nous avons presque eu une conférence de presse entre Dillian Whyte et lui, mais l’UFC a annulé tout ça, après l’enregistrement, a déclaré Hearn sur SiriusXM. Nous avons les images, cependant. J’adorerais voir un double combat entre Ngannou et Dillian Whyte. Un dans la cage et un en dehors ».

L’option Dillian Whyte pourrait être facile à monter pour Ngannou. En effet, l’Anglais compte un combat professionnel en MMA et une vingtaine en kickboxing. Les deux hommes pourraient alors s’affrontaient dans la cage et en boxe comme l’espère Eddie Hearn. Pour cela, il faudra convaincre l’UFC qui détient les droits exclusifs de ses combattants. On se souvient que l’organisation américaine était partenaire du duel entre Conor McGregor et Floyd Mayweather en 2017.

Lire aussi :

Ngannou veut affronter Joshua ou Fury

Conor McGregor ne veut plus affronter Dustin Poirier

Bleus : Un groupe de 28 joueurs pour les deux matches face à la Grèce

Les Bleus sont dans la dernière ligne droite. Alors que la Belgique a renoncé à participer aux qualifications en vue de l’Euro 2022, l’équipe de France doit valider son billet pour la compétition organisée en Hongrie et en Slovaque en janvier prochain à l’occasion de ses deux derniers matchs face à la Grèce.

Des résultats positifs sont attendus pour contrebalancer la défaite et le match nul concédés en janvier dernier face à la Serbie, en amont du Mondial 2021. Pour ces rencontres, Guillaume Gille a décidé de convoquer 28 joueurs mais le groupe sera scindé en deux parties. « Nous avons souhaité nous inscrire dans la continuité du travail engagé depuis le début de la saison, a confié le sélectionneur des Bleus qui s’appuiera sur un groupe rôdé lors du déplacement en Grèce. Pour le premier match, nous avons décidé de nous appuyer sur les seize joueurs qui ont disputé le TQO et Yanis Lenne. »


?ref_src=twsrc%5Etfw »>April 13, 2021

Une liste ouverte à la nouveauté pour le deuxième match

Un choix qui tient au fait que la rencontre à Korydallos se disputera le mardi 27 avril alors que les joueurs seront dans leurs clubs jusqu’au 25 avril, avec notamment le choc de Lidl Starligue entre le PSG et Nantes à cette date. Les joueurs qui feront le déplacement en Grèce feront l’objet d’un test de dépistage du coronavirus le dimanche soir avant de prendre l’avion dès le lundi pour rejoindre les bords de la Mer Egée. Le retour en France est prévu dès le mardi soir, quelques heures après la rencontre. Pour le match retour disputé à Créteil le 2 mai, Guillaume Gille a déjà prévu de faire tourner.

« En plus d’un temps de repos offert aux joueurs les plus sollicités, nous souhaitons également effectuer une large revue d’effectif en vue de la préparation des Jeux Olympiques, confie le sélectionneur dans un communiqué de la FFHB. Des joueurs qui sont au contact de l’équipe de France depuis le début de la saison auront l’occasion de se distinguer avec la nécessité d’assurer la performance nécessaire pour nous qualifier. » C’est dans ce contexte que des joueurs comme Rémi Desbonnet, Kévin Bonnefoi, Dylan Nahi ou Benoît Kounkoud rejoindront les Bleus pour la deuxième partie du stage.

Les joueurs sélectionnés pour Grèce-France
Gardiens : Yann Genty (PSG), Vincent Gérard (PSG)
Ailiers gauches : Hugo Descat (Montpellier), Michaël Guigou (Nîmes)
Arrières gauches : Jean-Jacques Acquevillo (Nîmes), Timothey N’Guessan (FC Barcelone/ESP)
Demi-centres : Nicolas Claire (Aix), Kentin Mahé (Veszprém/HUN), Nedim Remili (PSG)
Pivots : Ludovic Fabregas (FC Barcelone/ESP), Luka Karabatic (PSG), Nicolas Tournat (Kielce/POL)
Arrières droits : Dika Mem (FC Barcelone/ESP), Valentin Porte (Montpellier), Melvyn Richardson (Montpellier)
Ailiers droits : Luc Abalo (Elverum/NOR), Yanis Lenne (Montpellier)

Les joueurs sélectionnés pour la suite du stage
Gardiens : Kévin Bonnefoi (Montpellier), Rémi Desbonnet (Nîmes)
Ailier gauche : Dylan Nahi (PSG)
Arrières gauches : Elohim Prandi (PSG), Karl Konan (Aix), Romain Lagarde (Rhein-Neckar Löwen/ALL)
Demi-centres : Aymeric Minne (Nantes) – O’Brian Nyateu (Nîmes)
Pivot : Dragan Pechmalbec (Nantes)
Arrière droit : Adrien Dipanda (Saint-Raphaël)
Ailier droit : Benoît Kounkoud (PSG)

Berlin et Tel-Aviv veulent co-organiser les JO 2036

Un siècle après les Jeux de Berlin de 1936, l’Allemagne souhaite co-organiser les JO aux côtés de l’état d’Israël afin d’illustrer la réconciliation entre les deux peuples et le changement des mentalités depuis la sombre époque. À l’origine de ce projet, deux hommes : Richard Meng et Frank Kowalski. Le premier n’est autre que le patron de l’Association olympique allemande et le second fut directeur exécutif des championnats d’Europe d’athlétisme de Berlin en 2018.

Ils ont conjointement rédigé un texte dans le but d’expliquer la symbolique de leur démarche : « Pourquoi ne pas envoyer un signal fort de paix et de réconciliation ? Un signal qui ne fasse pas abstraction du fardeau de l’histoire, mais en assume la responsabilité. L’Allemagne et Israël travaillant ensemble, plus précisément Berlin et Tel Aviv, enverrait un message très fort. »

JO 2036 : les obstacles à la réussite

Premièrement, il n’est encore jamais arrivé dans l’histoire des Jeux olympiques que deux pays accueillent chacun des épreuves. C’est pourquoi la capitale allemande serait, dans ce projet, la ville organisant la plupart des épreuves, du moins celles qui nécessitent les plus lourdes infrastructures. Tel-Aviv accueillerait des épreuves nécessitant une côte maritime intéressante pour les épreuves aquatiques telles que la voile, le surf, mais aussi le beach-volley. 

Deuxièmement, l’Allemagne et Israël se retrouvent face à une concurrence forte pour l’organisation des JO 2036. En effet, les autres villes prétendantes se révèlent être Bornéo, en Indonésie, Brisbane en Australie ou encore Séoul en Corée du Sud. Chacune d’entre elles se présente d’ailleurs pour les JO 2032.

Après les Jeux olympiques 2024 à Paris, ceux de 2028 à Los Angeles, quelle surprise nous réserve le comité olympique international pour les prochains Jeux ? 

À lire aussi :

Une légende du volley à la tête des Bleus ?

Ligue de Diamant: Le meeting d’Oslo reporté