Essence, gaz, électricité : le gouvernement songe à un coup de pouce pour les ménages

Les prix du gaz et de l’électricité n’ont cessé de grimper, au point que le gouvernement envisage un coup de pouce pour les ménages.

L’inquiétude monte sur les prix de l’énergie en France. En effet, il s’envole depuis le début de l’année. Le carburant à la pompe atteint des sommets. Il y a d’abord eu la hausse sur l’électricité, suivie très vite du coup de massue sur le gaz, sans oublier le passage à la pompe, de plus en plus coûteux. Pour amortir le choc, le gouvernement devrait annoncer un coup de pouce pour aider les ménages les plus modestes : l’augmentation du chèque énergie. Cela concernerait six millions de personnes.

44% de hausse sur cinq ans pour le gaz

D’une valeur de 150 euros en moyenne, il est versé à 6 millions de Français chaque année. L’idée serait d’augmenter son montant. Jean-Paul Chapel, en plateau lors du 20 Heures, a évoqué cette augmentation des prix de l’électricité. « La facture moyenne pour un ménage est passée de 1 330 euros à 1 522 euros, soit une hausse de 14% en cinq ans. Quant au prix du gaz, il a bondi de 44% sur la même période. »

Parmi Nos sources :

Ministère de la Transition Ecologique

Union française des industries pétrolières

UFC-Que Choisir

Commission de régulation de l’énergie

Carbu.com

Agence internationale de l’énergie

Commission européenne

Liste non exhaustive.

Lire la suite

24 Heures du Mans. La ByKolles en piste à l’automne ?

Discrètement, les Autrichiens de ByKolles avancent sur leur projet en catégorie reine. Leur voiture pourrait rouler à l’automne 2021, avant de débuter en championnat du monde d’Endurance (WEC) et aux 24 Heures du Mans en 2022.

L’écurie autrichienne ByKolles, qui reste sur un abandon aux 24 Heures du Mans 2020, avec sa LMP1 qui péchait par son manque de fiabilité, avait annoncé son souhait de se joindre à la catégorie Hypercar. Ce devrait être chose faite dès 2022, puisque le Docteur Colin Kolles, fondateur de l’écurie, estime que la voiture devrait prendre la piste durant l’automne. « La voiture est montée. La dernière fois que je suis passé à l’usine, la coque et le moteur étaient montés. »

L’Autrichien espère un roulage d’ici la fin du mois d’octobre. Qui précise que quatre coques devraient exister, pour trois versions : WEC, trackday et version routière.

Sans pression ?

Selon le media spécialisé Sportscars365, la ByKolles aurait pu rouler dès le début de cette année. Mais Colin Kolles précise : « La qualité de la voiture doit être très bonne. C’était l’un des points faibles de notre LMP1 : nous étions pressés. Nous ne sommes pas sous pression en ce moment. »

Cette voiture devrait r…

Lire la suite

Zarco a été opéré

Johann Zarco est enfin passé sur la table d’opération. En effet, selon les informations du quotidien sportif français L’Equipe, c’est ce mercredi matin, peu avant neuf heures, du côté d’Aix-en-Provence, qu’a eu lieu l’opération, avec anesthésie générale, du pilote français qui évolue en MotoGP. Le Tricolore, pensionnaire de l’écurie Pramac, souffrait d’un syndrome des loges à son avant-bras droit et c’est le docteur Olivier Dufour, qui n’est autre que le médecin de la Fédération française de motocyclisme et spécialiste justement de ce genre de problème, qui s’est ainsi occupé de lui. Un problème physique qui a grandement pesé sur ses résultats de ses dernières courses, dans la mesure où il avait alors de très fortes douleurs au niveau de ce fameux avant-bras. Sauf énorme surprise, il devrait bel et bien tenir sa place pas plus tard que la semaine prochaine, pour le Grand Prix des Amériques, qui se tiendra alors du côté d’Austin.

Zarco comme Quartararo

Par la suite, Zarco devrait ensuite être en mesure de terminer cette saison 2021, sans plus avoir la moindre douleur. Pas plus tard que le mois de mai dernier, son compatriote Fabio Quartararo s’était alors lui aussi fait opérer du syndrome des loges. Comme Quartararo, Zarco souffrait ainsi, à la fois d’un syndrome des loges, à savoir une pression trop importante du muscle dans son enveloppe, mais également d’un piège cubital, soit quand l’artère cubitale est comprimée par une trop grande pression dans le bras. Par conséquent, les dernières fins de courses de Johann Zarco étaient particulièrement compliquées, dans la mesure où il se retrouvait alors pris de crampes au niveau de son bras. C’est toujours ce mercredi, en début d’après-midi, que le Français doit déjà quitter la clinique, avant ensuite, dans un premier temps, de respecter un total de deux jours sans solliciter son bras.

Rallycross. Sauvé en 2019, refait à neuf, le rallycross de Mayenne 2021 promet du spectacle

Le Rallycross de Mayenne reprend ses droits ce week-end du 25-26 septembre 2021 à Châtillon-sur-Colmont. Le président Gustave Tarrière peut être fier d’avoir sauvé en 2019 cette épreuve phare du championnat de France, qui va vivre sa 40e édition cette année.

Après une injonction fin 2018, la Fédération Française du Sport Automobile (FFSA) lui avait retiré l’homologation de son circuit. Le rallycross de Mayenne se retrouvait donc dans une délicate situation. Comment faire alors pour organiser l’édition de 2019 ? Ayant pris la présidence peu de temps auparavant, Gustave Tarrière s’en souvient encore : « Je n’ai pas eu le choix. Soit je faisais les travaux pour remettre le circuit aux normes, soit il n’y avait pas d’épreuve. »

Sauvé en six mois en 2019

Le défi fut relevé en six mois, même si la tâche à faire était imposante à plus d’un titre : réfection du tour joker et de la piste, réfection totale du paddock (10 000 tonnes de cailloux), remettre en état l’avant prégrille. « Là, je peux dire un grand merci à Didier Cousin et sa quinzaine de bénévoles qui ont tout mis en œuvre pour que notre édition de 2019 ait lieu à la date prévue (21 et 22 septembre) », reconnaît avec fierté le maî…

Lire la suite

Et si la Formule 1 sautait le pas de la grille inversée ?

Le nouveau format de week-end testé à Silverstone et Monza suscite encore des réflexions quant aux éventuelles modifications à apporter pour dynamiser la Formule 1. Si l’idée d’introduire une grille inversée pour disputer une course « sprint » n’est pas envisagée, elle continue de faire parler d’elle. Pour Alain Prost, le positionnement est clair : il n’en veut pas !

Avec un nouveau format de week-end testé cette saison (à Silverstone, Monza et São Paulo), les promoteurs de la Formule 1, on le sait, cherchent depuis plusieurs mois un moyen de dynamiser la catégorie.

Et les choses sont d’ailleurs loin d’être figées. Les commentaires réalisés que ce soit part des observateurs de la F1, des teams ou encore des pilotes eux-mêmes après les deux premiers tests en Angleterre et en Italie alimentent les réflexions sur un futur format, qui serait appliqué sur quelques courses majeures du calendrier chaque saison.

Une grille inversée « pour le show » ?

En amont du Grand Prix d’Italie à Monza il y a deux semaines, Mattia Binotto, patron de Ferrari, a remis sur la table l’idée d’une grille de départ inversée – déterminée par les qualifications – pour disputer une course sprint. « Je pense que po…

Lire la suite