Incendie à Rennes. Un corps retrouvé, la piste criminelle envisagée

Le corps d’un homme a trouvé dans la nuit du jeudi 17 au vendredi 18 septembre, après un incendie dans un appartement situé 1, rue Maréchal-Lyautey à Rennes. La piste criminelle envisagée.

Le corps d’un homme à moitié brûlé et présentant des traces de violences a été retrouvé dans la nuit du jeudi 17 à vendredi 18 septembre à Rennes.

« À la suite de l’intervention des sapeurs-pompiers appelés pour un incendie d’appartement vers 1 h 20, le corps d’un homme décédé a été découvert », a indiqué le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc. L’appartement est situé à proximité du CHU de Rennes, dans l’ouest de la ville.

Des traces de lacérations

« Des éléments suspects ayant été constatés, une enquête a été confiée à la Direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes afin d’établir les circonstances précises de la mort de cette personne », a ajouté le procureur.

De source policière, « le corps, qui pourrait être celui du locataire de l’appartement, présentait des violences et des traces de lacérations ».

++ Lire la suite

Il piégeait des oiseaux protégés… pour les vendre en brochettes

Un sexagénaire était jugé jeudi 17 septembre à Dax (Landes) pour avoir capturé 10 000 oiseaux protégés. L’homme les capturait à l’aide de pièges à glu ou de matoles, avant de les revendre par brochette de 12.

Voilà plus de quatre ans qu’il était dans le viseur de l’Office de la chasse et de la faune sauvage. Bernard F., 68 ans, était jugé ce jeudi 17 septembre à Dax pour avoir capturé pas moins de 10 000 volatiles protégés, le tout en l’espace de dix ans.

Ancien électricien, ce braconnier à la petite semaine a expliqué à la barre que ses captures venaient compléter sa maigre retraite de 900 euros, selon le Parisien qui rapporte l’information.

« Il s’est acquitté de sa dette, avec des réglettes sur lesquelles il y avait des piafs »

Rouge-gorge, moineaux, pinsons… Nombreux sont les volatiles protégés à avoir croisé son chemin. Exception faite des mésanges qui elles, étaient relâchées. Après les avoir capturés à l’aide de pièges à glu ou de matoles, un piège à oiseaux typique de la région landaise, le sexagénaire s’affairait à les plumer, les vider et les congeler.

Ne restait plus ensuite pour le retraité qu’à les transformer sous forme de brochettes pour… les vendre. 25 euros la broc…

Lire la suite

Quiberon. Le chemin côtier s’effondre sous ses pas, elle chute de 2 mètres

Ce samedi 19 septembre 2020, aux alentours de 8 h, une vacancière a vu le sol s’effondrer, au niveau du Vahidy, à Saint-Julien, à Quiberon (Morbihan).

La vacancière s’en tirera avec une grosse frayeur. N’empêche, le choc a dû être violent. Ce samedi 19 septembre 2020, aux alentours de 8 h, une femme, qui se promenait sur le chemin côtier, au niveau du Vahidy, dans le bourg de Saint-Julien, à Quiberon (Morbihan), a vu soudain le sol s’effondrer sous ses pas.

Une partie du chemin s’est en effet affaissée, et est tombée d’un bloc. La vacancière est ainsi tombée dans un trou d’environ deux mètres, sur la plage.

Un passant l’a vu

Il y avait de gros coefficients de marée hier et aujourd’hui, qui ont fait que la marée a dû monter et enlever sur sable sous le chemin, explique le responsable de la police municipale de Quiberon. Quand la personne est passée, tout s’est effondré sous son poids. »

En tombant, la femme a crié, et agité les mains. Un passant l’a vu, et a appelé police et pompiers. Une patrouille de la police municipale, qui était à proximité, a pu intervenir rapidement, et dégager la victime de son trou. Celle-ci s’en est sortie indemne, et l’intervention des pompiers n’a finaleme…

Lire la suite

Meurthe-et-Moselle : il aurait tué l’amant de sa femme, blessé celle-ci et tenté de se suicider

Jeudi après-midi à Vandœuvre-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, un homme de 48 ans a été mortellement poignardé et une femme de 54 ans légèrement blessée. L’auteur des coups serait le mari de la quinquagénaire qui aurait agi après l’avoir surprise en plein adultère.

Les faits se sont produits jeudi après-midi sur le parking d’un marché de Vandœuvre-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle. Il était peu avant 16h00 et un homme de 48 ans et une femme de 54 ans avaient choisi de se retrouver en ce point pour s’ébattre dans une camionnette. Il apparaît toutefois, relate L’Est Républicain, que la quinquagénaire était mariée. Et son époux de l’avoir mise à jour à ce moment-là après l’avoir suivie.

Après avoir tué son rival et tenté de se suicider, le suspect pas en danger de mort

Après avoir ouvert les portières du véhicule, le mari, âgé de 57 ans, aurait porté de nombreux coups de couteau à l’amant de son épouse. En tentant de s’interposer, cette dernière a été légèrement blessée à un bras et une main. En dépit de l’intervention des secours, arrivés en même temps que la police, l’homme poignardé n’a pu être sauvé. Quant à l’auteur présumé des coups, il aurait ensuite tenté de mettre fin à ses jours en se plantant un couteau dans son thorax. Une arme qui s’y trouvait toujours alors que les secours se manifestaient. Évacué dans un état inquiétant aux urgences de l’hôpital de Nancy, son pronostic vital n’est toutefois pas engagé.

Questions sur une possible préméditation du geste

Le procureur de la République François Pérain s’est rendu sur le lieux. Il a chargé la brigade criminelle de la Sûreté départementale des investigations. Des enquêteurs qui auront à entendre le mis en cause dès que possible afin, notamment, de comprendre les circonstances précises du drame. Pour l’heure, il semble question d’un meurtre. S’il s’avère que le suspect avait prémédité son geste vis-à-vis de son rival, les faits seront alors requalifiés en assassinat.

Manche : un couple suspect signalé dans un centre commercial, 76 grammes d’héroïne trouvés

Le vendredi 11 septembre dernier dans la Manche, un couple a été condamné à des peines de prison avec sursis. Trois jours plus tôt, ils avaient été signalés dans un centre commercial. 76 grammes d’héroïne avaient alors été trouvés sur eux.

Le mardi 8 septembre dernier à Agneaux, dans la Manche, un agent de sécurité a alerté la police après avoir remarqué un couple suspect sur le parking d’un centre commercial. Il était alors 8h00 du matin. Une fois sur place, les forces de l’ordre ont trouvé 76 grammes d’héroïne sur ce couple, qui venait de consommer de la drogue, et près de 2 000 euros en liquide. Cet homme de 28 ans et cette femme de 27 ans ont été jugés le 11 septembre en comparution immédiate, relate La Presse de la Manche.

400 grammes d’héroïne achetés depuis mars

L’homme s’est attribué la responsabilité de la vente de la drogue. Il était traité au Subutex pour tenter de se défaire des symptômes de manque, mais quand il s’est justement retrouvé en manque de ce médicament, durant le confinement, il a recommencé à consommer de l’héroïne. Depuis mars, il a acheté environ 400 grammes d’héroïne en Seine-Maritime. Le couple en consomme plus ou moins la moitié, et le reste d’être revendu.

Des prévenus déjà lourdement connus des autorités

La conjointe, présentée comme très instable, a semble-t-il abandonné l’idée de s’insérer dans la société après le cambriolage de son appartement. Un choc qui l’avait conduite à errer, expliquant qu’elle n’ait pas reçu la convocation du juge d’application des peines. En conséquence, elle devra se soumettre à une peine de 5 mois de prison. La prévenue, déjà condamnée onze fois, écope également d’un an de prison supplémentaire dont 6 mois avec un sursis probatoire. Quant à son compagnon, dont le casier judiciaire comporte huit inscriptions, il a été condamné à un an de prison ferme et un an avec sursis probatoire. Il a pour obligation de se soigner et de travailler, avec l’interdiction de se rendre de nouveau en Seine-Maritime.