Virus: un 3e vaccin conforte les espoirs de vaccinations massives

Londres (AFP) – Avec une pandémie de Covid-19 galopante dans bien des pays, l’espoir de l’humanité réside plus que jamais dans la mise au point de vaccins, dont les premiers sont attendus dans quelques semaines. 

Lundi, le laboratoire britannique AstraZeneca, associé à l’université d’Oxford, a dit avoir développé un vaccin efficace à 70% en moyenne, voire à 90% dans certains cas. 

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a salué une « merveilleuse réalisation scientifique britannique ».

Par visioconférence, il a annoncé le retour début décembre, après quatre semaines de reconfinement en Angleterre, à une stratégie locale contre le nouveau coronavirus, musclée et accompagnée d’un programme de dépistage massif.Et les stades pourront à nouveau accueillir du public, jusqu’à 50% de leurs capacités selon les restrictions locales en place.

En France, la décrue épidémique se confirme également, avec un nombre de nouveaux cas recensés lundi au plus bas depuis deux mois.Le président français Emmanuel Macron doit s’exprimer mardi soir pour dévoiler un « léger assouplissement » du confinement actuellement en vigueur, selon son Premier ministre Jean Castex, qui s’est inquiété des « usines à Covid » que seront les fêtes de fin d’année.

Même son de cloche au Royaume-Uni: « Cela ne peut pas être un Noël normal et le chemin est long jusqu’au printemps », a prévenu Boris Johnson. »Nous devons résister au virus jusqu’à ce que le dépistage et les vaccins viennent à notre secours ».

– Gaza « hors de contrôle » –

AstraZeneca dit avancer rapidement dans la fabrication prévue de 3 milliards de doses, qui seront disponibles en 2021.Mais « si vous ajoutez les capacités de Pfizer, de Moderna et les nôtres qui sont beaucoup plus grandes, nous n’avons à nous trois pas assez de vaccins pour le monde », a averti M.Soriot. 

Les vaccinations, en commençant par les personnels de santé et les personnes vulnérables, devraient commencer à la mi-décembre aux Etats-Unis puis début 2021 en Europe. 

Sur 48 candidats vaccins en cours de développement dans le monde, 11 sont en phase 3 de tests, la dernière avant homologation, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

L’Agence européenne des médicaments (EMA), qui examine trois demandes d’homologation, a déclaré lundi qu’elle pourrait approuver les premiers vaccins d’ici fin 2020 ou début 2021.

En attendant, les mesures de restrictions sociales sont les seules armes contre la pandémie, qui continue de flamber en plusieurs points du globe

Au Moyen-Orient, la situation sanitaire devient ainsi « hors de contrôle » dans la bande de Gaza, a alerté un responsable d’hôpital dans cette enclave qui enregistre ces jours-ci des records de contaminations. En Cisjordanie occupée, autre territoire palestinien, un couvre-feu va être imposé pendant 14 jours en soirée et le week-end.

A Canada, la plus grande ville, Toronto, a été placée lundi en confinement pour au moins 28 jours, tout rassemblement privé intérieur interdit sous peine d’amende, et les commerces non essentiels fermés.Mais les écoles resteront ouvertes.

« La situation est extrêmement sérieuse », a justifié le Premier ministre de la province de l’Ontario, Doug Ford. »Nous ne pouvons risquer de voir nos hôpitaux débordés ». 

L’épidémie a fait plus de 11.000 morts au Canada, dont le Premier ministre Justin Trudeau a exhorté vendredi ses concitoyens à « ne pas se rassembler avec des amis, ne pas fêter des anniversaires, rester virtuel, rester à la maison le plus possible ».

Aux Etats-Unis, les autorités espèrent commencer les vaccinations mi-décembre, sitôt les premiers vaccins approuvés par l’Agence américaine des médicaments (FDA), dans l’espoir de parvenir au printemps à l’immunité collective, a indiqué dimanche Moncef Slaoui, un haut responsable de l’opération gouvernementale pour les vaccins.

Le gouvernement américain prévoit de vacciner 20 millions de personnes à risque en décembre, puis 25 à 30 millions par mois.

L’épidémie continue de progresser de façon galopante aux Etats-Unis, avec 160.000 nouvelles contaminations enregistrées dimanche, selon l’Université Johns Hopkins.

La fête de Thanksgiving jeudi ne va rien arranger: de nombreux Américains, malgré les appels à rester chez soi, se préparent à des retrouvailles familiales, comme le montrent les aéroports remplis comme jamais depuis le début de la pandémie et les files d’attente interminables pour se faire tester.

Le virus a infecté plus de 12 millions de personnes et fait quelque 257.000 morts dans le pays, de loin le plus endeuillé au monde, devant le Brésil (plus de 169.000 morts).

La pandémie a fait au moins 1.388.590 morts dans le monde et infecté plus de 58,6 millions de personnes depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait état de l’apparition de la maladie fin décembre, selon un bilan établi lundi par l’AFP à partir de sources officielles.

– 50.000 cas en Italie –

En Europe, les confinements et autres restrictions imposés à la population dans de nombreux pays pour faire face à la deuxième vague épidémique commencent à porter leurs fruits.

Ainsi en Espagne, 400 cas de Covid-19 pour 100.000 habitants sont enregistrés en moyenne depuis 14 jours, contre 530 cas au début du mois, a fait valoir le Premier ministre Pedro Sanchez.

Dans la région espagnole de Catalogne, les bars, restaurants et cinémas rouvrent lundi, avec des capacités d’accueil limitées. 

« Aujourd’hui, c’est un jour spécial » se réjouit Andreu Valldeperes, propriétaire du bar Zurich, près des populaires Ramblas. »Il fait beau et tout le monde veut sortir.Mais nous verrons comment ça va se passer, il y a beaucoup d’incertitudes ». 

L’Italie, qui a dépassé les 50.000 morts lundi, devenant le 6e pays au monde à passer ce cap, est moins optimiste: « Ce serait une grave erreur que de baisser la garde », a prévenu le ministre de la Santé Roberto Speranza.

burx-mba/cls

Belgique : une piste cyclable pour « pédaler dans les arbres » au beau milieu d’une forêt

Des architectes ont érigé une piste cyclable insolite au beau milieu d’une forêt dans la province de Limbourg en Belgique. Nommé « Cycling Through The Trees » (en français « Pédaler dans les arbres »), le projet vient d’être récompensé par un Dezeen Award.

Quoi de plus agréable que de réaliser un petit tour à vélo en pleine nature ? En Belgique, des architectes ont poussé le concept encore plus loin. Ils ont construit une piste cyclable au beau milieu d’une forêt. Et celle-ci n’a rien d’une piste classique. De forme circulaire, elle est installée à 10 mètres de hauteur pour offrir une vue imprenable sur les arbres voisins.

Nommé « Cycling Through The Trees » (en français « Pédaler dans les arbres »), l’infrastructure se trouve au sein de la forêt de Bosland dans la province de Limbourg à l’est de la Belgique. Elle a été imaginée et conçue par les cabinets BuroLandschap et De Gregorio & Partners en collaboration avec Visit Limburg, l’office de tourisme de Limbourg.

La piste est formée de deux cercles étendus sur 700 mètres de long et 100 mètres de diamètre. Le premier en pente douce permet d’accéder au second en hauteur qui laisse à son tour le loisir de contempler les environs tout en pédalant. (…)

Lire la suite

Thaïlande: des milliers de manifestants pro-démocratie à Bangkok

Bangkok (AFP) – Plusieurs milliers de manifestants pro-démocratie ont bloqué vendredi un important carrefour à Bangkok pour exiger un changement de gouvernement par la voie démocratique, au moment où circulent des rumeurs sur un possible coup d’Etat.

Quelque 5.000 manifestants se sont regroupés sous un pont routier dans le nord de la capitale, portant des pères Noël et des gros canards jaunes gonflables, devenus un symbole du mouvement.

Les protestataires demandent la démission du Premier ministre, le général Prayut Chan-O-Cha, une réécriture de la Constitution jugée trop favorable à l’armée ainsi qu’une réforme de la royauté.

Le général Prayut, arrivé au pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat en 2014, a exclu cette semaine la possibilité d’être évincé du pouvoir ou l’éventualité d’une imposition de la loi martiale.

Parmi les manifestants, Natalie, 32 ans, qui travaille dans le tertiaire à Bangkok, estime que le dernier coup d’Etat qui a porté le général Prayut au pouvoir a été désastreux pour la Thaïlande et redoute la répétition d’un scénario similaire.

« C’est un temps de crise aujourd’hui pour Bangkok et la Thaïlande.Je veux de nouvelles élections, un nouveau Premier ministre et un nouveau gouvernement qui seraient vraiment à l’écoute du peuple », a-t-elle dit à l’AFP.

Les manifestants ont fait passer au-dessus de leurs têtes de gros canards gonflables de piscine symbolisant les militaires qui selon eux passent par dessus le peuple pour dominer la vie politique en Thaïlande.

Un autre groupe arborait des portraits de généraux qui ont mené dans le passé des coups d’Etat, avant de les brûler.

Le chef de l’armée Narongphan Jittkaewtae a rejeté les rumeurs de coup d’Etat affirmant que les chances que se produise un autre putsch étaient « inférieures à zéro ».

Le politologue Titipol Phakdeewanich de l’Université Ubon Ratchathani estime peu vraisemblable l’éventualité d’un putsch.

« Je ne pense pas qu’il (le général Prayut) soit chassé car il bénéficie encore d’un fort soutien des conservateurs …et des grosses entreprises », a-t-il déclaré à l’AFP.

Depuis que la Thaïlande est dévenue une démocratie en 1932, une dizaine de coups d’Etats ont eu lieu dans le pays.Des rumeurs concernant la possibilité d’un nouveau coup d’Etat circulent depuis le début en juillet du mouvement pro-démocratie.

Mercredi, plusieurs milliers de manifestants ont demandé au roi d’abandonner son contrôle sur la fortune royale, évaluée à plusieurs dizaines de milliards de dollars.

La semaine prochaine, un tribunal constitutionnel doit décider si le général Prayut enfreint la loi en résidant dans une maison appartenant à l’armée.S’il perd, le chef du gouvernement pourrait être obligé à démissionner.

Eurozapping : Fonctionnaires mécontents en Grèce et au Royaume-Uni, manifestations en Allemagne

Comme chaque soir, la rédaction du 23h de franceinfo fait un tour de l’actualité européenne. C’est l’Eurozapping du jeudi 26 novembre.

Le service public grec se retrouve dans la rue en plein confinement. Malgré l’épidémie, des fonctionnaires ont manifesté en nombre à Athènes. Ils veulent plus de tests pour protéger leur santé et plus de moyens pour soutenir le milieu hospitalier. La grève, qui a duré 24 heures jeudi 26 novembre, a touché l’ensemble du secteur public.

Angela Merkel ne desserre pas l’étreinte

En Allemagne, des manifestations ont été organisées afin de protester contre les restrictions liées au contexte sanitaire. À Erfurt, dans l’une des zones les plus touchées du pays, les manifestants ne croient pas aux gestes barrières. Pas de quoi perturber la chancelière Angela Merkel qui, à rebours du reste de l’Europe, compte maintenir ses restrictions au moins jusqu’à début janvier. Tant pis pour les marchés de Noël, tous annulés.

Au Royaume-Uni, le salaire des fonctionnaires a été gelé par l’épidémie. Le mécontentement est grand après l’annonce du budget anti-Covid. Seuls les soignants sont épargnés par les mesures d’économie dans le service public. Tout juste sorti de 15 jours de confinement, Boris Johnson va devoir assumer ses choix au moment où le pays s’apprête à emprunter plus de 400 milliards d’euros pour faire face à la crise.

Lire la suite

Virus: l’Allemagne atteint le million de contaminations, l’Inde se prépare à produire un vaccin

Berlin (AFP) – L’Allemagne a franchi vendredi le seuil du million cas de Covid-19 et les préparatifs s’accélèrent pour produire les vaccins attendus dans le monde entier, notamment en Inde.

Des incertitudes demeurent: le vaccin développé par le laboratoire britannique AstraZeneca et l’université d’Oxford nécessite « une étude supplémentaire », a déclaré jeudi le directeur général du groupe, après des critiques concernant les résultats annoncés.Le gouvernement britannique a annoncé vendredi avoir demandé à l’Autorité de réglementation sanitaire des médicaments (MHRA) d’évaluer le vaccin.

Mais les efforts se multiplient pour se préparer à les produire et vacciner la population à grande échelle.

Ainsi le Fonds souverain russe (RDIF) a conclu un accord avec Hetero, fabriquant indien de médicaments génériques, pour produire plus de 100 millions de doses du vaccin russe. 

Des essais cliniques en phase II et III de ce vaccin Spoutnik V sont actuellement en cours en Inde.La production pourrait y commencer début 2021.

Des « demandes » pour plus de 1,2 milliard de doses de ce vaccin ont été faites par « plus de 50 pays », selon le RDIF.Il doit être notamment produit au Brésil, en Chine ou en Corée du Sud.

En prévision d’un vaccin début 2021, l’Allemagne se prépare à implanter des centres de vaccination à grande échelle, dans des centaines de lieux: halls de foire, salles de concert ou patinoires et vélodromes.

L’ancien aéroport Tegel de Berlin va devenir d’ici mi-décembre un vaste centre de vaccination. 

Au Brésil, le président Jair Bolsonaro a fait savoir qu’il ne se ferait pas vacciner contre le coronavirus mais que le gouvernement organiserait « immédiatement » la distribution à ceux qui le veulent d’un vaccin approuvé par les régulateurs.

Près de 61 millions de cas de Covid-19 ont été officiellement dénombrés dans le monde depuis le début de la pandémie, et plus de 1,4 million de personnes y ont succombé.

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès dans leurs derniers bilans sont les États-Unis avec 1.333 nouveaux morts, l’Italie (822) et le Brésil (691).

La deuxième vague frappe notamment l’Allemagne, longtemps considérée comme un bon élève dans la gestion de l’épidémie: 1.006.394 cas déclarés (+22.806 en 24H) et 15.586 décès (+426) vendredi.

Pour faire face, le pays va prolonger jusqu’à début janvier ses restrictions, entre fermeture des bars et restaurants et limitations de participants à des réunions privées.

Ayant invité sa population à ne pas partir à l’étranger durant les vacances de Noël, en particulier au ski, Berlin va demander à l’Union européenne d’interdire jusqu’au 10 janvier les séjours en stations de sports d’hiver pour freiner la propagation du virus.

Mais toutes les pays alpins ne sont pas sur la même longueur d’ondes: l’Autriche prévoit l’ouverture de ses pistes.Et en France, les stations pourront rouvrir pendant les fêtes mais les remontées mécaniques resteront fermées.

Alors que la Suisse voisine a rouvert ses pistes, les stations de ski italiennes ont des airs de villes mortes, avec leurs magasins, hôtels et restaurants fermés.Elles ont peu d’espoir de rouvrir avant Noël.

« C’est injuste qu’on reste fermés.Le ski, ce n’est pas comme une discothèque, on est seul et à l’air libre.En gérant bien la situation, on pourrait tous être ouverts » en Europe, juge Gianlorenzo Vaudagnotto, propriétaire de deux magasins de sport à Sestrieres (Italie).

– Amélioration en France –

Les conséquences économiques sont lourdes aussi sur les restaurateurs et commerçants fermés dans de nombreux pays.

A Sofia, la capitale bulgare, plusieurs centres commerciaux profitaient de leurs dernières heures d’ouverture pour le Black Friday, avant de fermer trois semaines en vertu de nouvelles restrictions gouvernementales.

Restaurants et cafés ne pourront proposer que des plats à emporter.Les fédérations d’employeurs ont prévenu que de nombreuses petites entreprises pourraient faire faillite. 

En France aussi, les restaurants ont mis en place le « click and collect » et la livraison, pour renflouer les caisses, mais surtout garder le moral. « Je ne fais même pas 30% de mon chiffre d’affaires habituel (…) mais ça me console que les clients soient là », déclare Raphaël Rego, à la tête de « Oka », un restaurant brésilien étoilé à Paris.

Si l’amélioration de la situation en France se confirme, le confinement sera levé le 15 décembre pour être remplacé par un couvre-feu national, avec une exception pour les soirées du 24 et du 31 décembre.

Les petits commerces pourront rouvrir dès samedi, et les déplacements seront permis dans un rayon de 20 km et pendant trois heures. En revanche bars, restaurants et salles de sport garderont portes closes, au moins jusqu’au 20 janvier.

Après quatre semaines de confinement, l’Angleterre va aussi rouvrir début décembre les magasins non essentiels, mais la grande majorité des habitants continueront de vivre sous de sévères restrictions.

A Ramallah, en Cisjordanie occupée, les rues sont vides et les rideaux baissés vendredi, premier jour d’entrée en vigueur d’un couvre-feu imposé en soirée et le week-end pendant 14 jours pour lutter contre la circulation du virus.

burx-ybl-cac/stb