Cinq questions sur Xylella fastidiosa, la bactérie « tueuse d’oliviers »

Détectée officiellement pour la première fois sur des oliviers plantés sur le territoire français, la bactérie inquiète les oléiculteurs. 

C'est l'une des bactéries des végétaux "les plus dangereuses du monde", selon l'autorité européenne de santé alimentaire (EFSA). La bactérie Xylella fastidiosa ou "tueuse d'oliviers" a été détectée pour la première fois sur des oliviers en France, selon le ministère de l'Agriculture et de l'alimentation. Le ministère évoque deux oliviers d'ornement, l'un à Antibes et à Menton, dans les Alpes-Maritimes. Ils ont été arrachés, mais cela ne suffit pas à apaiser les inquiétudes des oléiculteurs, en Corse notamment. Il est "illusoire et délirant de vouloir faire croire que seuls deux arbres sont touchés", écrit la présidente du syndicat interprofessionnel des oléiculteurs de Corse (Sidoc) Sandrine Marfisi, dans une lettre aux autorités publiée lundi 9 septembre.

Qu'est-ce que "Xylella fastidiosa" ?

Si l'on décortique son nom latin Xylella fastidiosa, on apprend que cette bactérie s'en prend aux xylèmes, les tissus qui transportent la sève brute (eaux et minéraux) dans les plantes, des racines aux feuilles. Elle colonise la plante et développe une sorte de gel qui empêche la sève de circuler ; les végétaux atteints meurent de faim. Cette Xylella est en outre fastidiosa, ou fastidieuse : elle a besoin de nutriments spécifiques pour se développer (ce qui la rend difficile à (...)

Lire la suite

On vous explique pourquoi Paris et quatre grandes villes prennent des arrêtés anti-pesticides symboliques

La loi interdit déjà l'utilisation de produits phytopharmaceutiques chimiques par les collectivités pour entretenir les espaces verts et la voirie. Mais de plus en plus de communes veulent aller plus loin et interdire totalement ces produits.

Elles veulent "faire plier le gouvernement" sur l'utilisation des pesticides. Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ont annoncé, jeudi 12 septembre, que l'utilisation des produits phytosanitaires chimiques sur leur territoire était interdit. Leur objectif est de "faire changer la loi" sur cette question sensible, alors que le gouvernement a lancé une consultation sur la distance minimale d'épandage entre les champs traités et les habitations. Franceinfo vous explique cette décision avant tout symbolique.

Qu'ont décidé Paris, Lille, Nantes, Grenoble et Clermont-Ferrand ?

Ces cinq grandes villes déclarent "élargir" le champ d'interdiction des pesticides chimiques sur leur territoire. "Il s'agit pour nous d'engager une démarche concertée pour faire changer la loi et concourir à la sauvegarde du patrimoine inestimable de la biodiversité sur nos territoires et de la santé de nos concitoyens", écrivent Paris, Clermont-Ferrand, Grenoble, Lille et Nantes dans un communiqué commun.

"L'usage des produits phytosanitaires chimiques sera désormais interdit sur l'ensemble des territoires de nos villes, peut-on lire dans le (...)

Lire la suite

À Sidi Bouzid, le rêve démocratique s’est brisé

Neuf ans après la chute de Ben Ali, la Tunisie vote le 15 septembre pour sa deuxième élection présidentielle libre. Mais dans le berceau du printemps arabe, on ne croit plus vraiment à la politique.

À Sidi Bouzid (Tunisie)

Les années défilent, mais Sidi Bouzid a gardé ses vieilles habitudes. Tôt le matin, les hommes prennent d'assaut les cafés –expresso dans une main, cigarette dans l'autre, quelques rires pour agrémenter des discussions interminables. Les chômeurs tuent le temps en terrasse. Ils ne sont pas moins nombreux qu'à Tunis, mais ils sont beaucoup plus jeunes.

Au café, les trentenaires aux tempes désormais grisonnantes se souviennent: les pierres jetées sur la police, les villes de la région encerclées par les forces de l'ordre durant l'hiver 2010-2011.

Le sentiment d'exclusion, de marginalisation qui avait poussé les gens dans la rue est toujours là. Pas plus de travail. Pas plus de perspectives d'avenir pour les jeunes de Sidi Bouzid.

Diplômé chômeur

Le couteau s'enfonce dans la chair et la tranche net. Rapidement, le thon est débité en une demi-douzaine de rondelles régulières. Les morceaux sont ensuite plongés dans une bassine d'eau, qui rougit instantanément.

Salah, 31 ans, répète le même geste expert toute la journée. ...

Lire la suite

Trump mène ses guerres commerciales comme Bush a mené la guerre en Irak

Le président américain reprend les arguments qui avaient servi à justifier l'intervention militaire au Moyen-Orient.

En 2016, Donald Trump s'était présenté comme le candidat anti-guerre. Selon lui, l'invasion de l'Irak avait été irresponsable et autodestructrice, et il avait affirmé, à tort, s'y être à l'époque opposé. Il avait tourné en ridicule les Républicains pro-guerre et promis d'éviter tout conflit inutile avec un pays étranger.

Mais aujourd'hui, Trump part lui aussi au front. La guerre est commerciale et l'oppose à la Chine, à nos alliés européens et potentiellement à n'importe quel pays qui ne trouve pas grâce à ses yeux. À l'instar de la guerre en Irak, cette guerre commerciale est en train de se retourner contre nous. Et Trump la défend avec les mêmes arguments dont il s'était moqué lorsqu'il était candidat à la présidentielle.

L'ennemi s'effondre, la guerre sera courte

En 2002 et 2003, George W. Bush avait vendu la guerre en Irak en faisant du dictateur Saddam Hussein une menace pour la sécurité des États-Unis. Alors que les coûts de la guerre ne cessaient d'augmenter et les sacs mortuaires de s'empiler, Bush allait promettre aux Américain·es la fin prochaine de la résistance en Irak. L'Amérique était en train de gagner, disait-il, parce que nous étions en train de ...

Lire la suite

Ouragan Dorian. Encore 1300 personnes non-localisées aux Bahamas, menacées par une nouvelle tempête

Un nouvel avis de tempête tropicale pourrait être publié pour le centre et le nord-ouest des Bahamas et la Floride, régions éprouvées par l'Ouragan Dorian. Quelque 1 300 personnes restent non localisées aux Bahamas.

Dix jours après le passage dévastateur de l'ouragan Dorian, quelque 1 300 personnes restaient non localisées aux Bahamas où une nouvelle tempête menaçait de s'abattre vendredi.

Le Centre national des ouragans (NHC) américain a indiqué qu'un nouvel avis de tempête tropicale pourrait être publié pour le centre et le nord-ouest des Bahamas et la Floride, et que des vents violents et de fortes pluies allaient s'abattre vendredi et samedi sur les îles touchées par Dorian.

La dépression susceptible de se transformer en tempête se trouvait vendredi à 00H00 GMT à environ 380 km au sud-est des îles Abacos, avec 80% de chances de se transformer en tempête dans les 48 heures suivantes, a indiqué le NHC.

1300 contre 2500 la veille

Dans le nord-ouest de l'archipel des Caraïbes dévasté par Dorian, un ouragan de catégorie 5, les autorités cherchaient encore jeudi soir à localiser 1 300 personnes, contre 2 500 la veille, selon les services d'urgence.

Cette baisse drastique des personnes r...

Lire la suite