Un homme, « probablement » migrant, retrouvé noyé sur une plage de Sangatte

Calais (AFP) – Le corps d’un homme portant un gilet de sauvetage, « probablement » un migrant qui tentait de gagner l’Angleterre, a été découvert dimanche sur une plage de Sangatte (Pas-de-Calais), après une nuit marquée par de nombreuses tentatives de traversées, a indiqué le parquet. 

Les pompiers ont expliqué avoir trouvé dimanche matin cet homme, dont l’âge est évalué entre 20 et 40 ans, en état de raideur cadavérique, portant un gilet de sauvetage, sur une plage de Sangatte.

La personne décédée est « probablement » un migrant tombé à l’eau alors qu’il tentait de traverser la Manche, a indiqué à l’AFP le procureur de Boulogne-sur-Mer, Pascal Marconville. 

Selon un communiqué diffusé par la préfecture du Pas-de-Calais, cet homme est « d’apparence iranienne ».Une enquête a été ouverte pour tenter de déterminer les circonstances de son décès.

M. Marconville souligne qu' »énormément de tentatives de traversées » se sont produites pendant la nuit, en raison d' »une fenêtre météorologique qui semble avoir tenté les réseaux de passeurs ». 

Une mer d’huile près des côtes françaises et un temps calme ont en effet succédé à plusieurs jours de météo agitée, mais le calme près de la côte était trompeur car les grandes marées provoquent de très violents courants dans le détroit.

Samedi, la préfecture a recensé neuf tentatives de traversées « empêchées » par les autorités françaises, concernant 201 migrants, et sept traversées au cours desquelles 102 autres sont parvenus à atteindre les côtes britanniques. 

Dimanche matin, 11 traversées ont été contrariées par les autorités françaises, impliquant 191 migrants.

Un correspondant de l’AFP a vu des migrants emmitouflés dans des couvertures de survie débarquer à Calais, parmi lesquels des femmes et des enfants. 

L’association Salam, qui vient en aide aux migrants, a quant à elle indiqué avoir rencontré à Calais « une petite quinzaine de gens trempés, en T-shirt, dont une dame, après un échec de passage par la mer : leur bateau a chaviré à 04H00 du matin et ils ont mis 7 heures à revenir à pied à Calais », gelés et affamés.

Tout au long de la journée, le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez a reçu des appels pour des embarcations de migrants en difficulté.

La préfecture maritime recensait dimanche en début de soirée 65 migrants secourus en mer, dont quatre femmes et cinq enfants.L’un des migrants se trouvait en situation d’hypothermie sévère.

Depuis plusieurs mois, ces tentatives de traversées de la Manche sur des embarcations parfois très précaires se sont multipliées.Selon la préfecture, elles ont coûté la vie à quatre migrants en 2019 et trois en 2020.

Mi-août, un migrant soudanais s’était noyé en tentant la traversée sur un canot pneumatique, en compagnie d’un adolescent qui avait, lui, réussi à regagner la plage.Le corps du migrant avait été retrouvé, déjà, sur une plage de Sangatte.

Selon la préfecture, depuis le début de l’année, 479 tentatives de traversées ont été interceptées par les autorités françaises tandis que 559 ont atteint leur but, la Grande-Bretagne.

Si les falaises de Douvres semblent tout proches par beau temps depuis la côte du Calaisis, la Manche constitue « une des zones les plus fréquentées au monde et où les conditions météorologiques sont souvent difficiles », rappelle la préfecture maritime.

Fin septembre, les forces de l’ordre françaises ont procédé à Calais au démantèlement d’un campement de migrants où vivaient environ 800 personnes, Soudanais, Iraniens, Irakiens ou encore Erythréens désireux d’aller au Royaume-Uni, la plus importante opération de ce type depuis l’évacuation de la « Jungle » en 2016.

Jean-Pierre Chevènement: «Pour reconstruire la gauche, il faut relire Jaurès»

L’ancien ministre, qui publie ses mémoires, a répondu à Slate sur l’avenir des gauches en France aujourd’hui.

Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre et candidat à l’élection présidentielle de 2002, qui publie ses mémoires sous le titre Qui veut risquer sa vie la sauvera, était l’invité de «Votre instant politique» sur la chaîne France Info, vendredi 23 octobre.

Hélène Decommer, rédactrice en chef de Slate, a pu l’interroger sur trois points (à 37’10 de la vidéo):

Emmanuel Macron est-il un bon président de la République?
Une union des gauches est-elle encore possible aujourd’hui? Est-elle souhaitable?
La politique peut-elle encore changer la vie?

À cette dernière question, Jean-Pierre Chevènement a répondu: «Je suis fidèle à l’esprit de Jaurès, c’est cela qui pour moi est l’essentiel. Si je devais donner un conseil à ceux qui veulent reconstruire la gauche: commencez par relire Jaurès, son Histoire socialiste de la Révolution française. Tout ce qu’il dit, sur la patrie en particulier, est vraiment frappé au coin du bon sens.»

«Votre instant politique» est un magazine d’actualité quotidien de la chaîne France Info, présenté par David Delos. En partenariat avec Slate.fr tous les vendredis.

Lire la suite

Alain Juppé : “Aucune religion quelle qu’elle soit, ne peut nous imposer ses valeurs à elle”

Invité hier sur radio J, l’ancien maire de Bordeaux et membre du Conseil constitutionnel s’est exprimé sur l’assassinat de Samuel Paty.

Pour Alain Juppé, il faut éviter la ‘chicaya politique’, en d’autres termes éviter les disputes, les querelles. Pour Alain Juppé, la République est en danger : “Oui, elle l’est. Nous sommes confrontés à une vision du monde qui n’est pas la nôtre. Plus que du séparatisme, c’est d’ailleurs un esprit de conquête qu’un certain fondamentalisme religieux, l’islamisme radical et politique, pour bien le nommer, essaie de nous imposer“, avance l’ancien Premier ministre.

Nos valeurs sont les valeurs de la République

Chez nos confrères, Alain Juppé précise également que les ‘valeurs de la République n’ont de sens que si on les transmet’. Pour lui, il n’est ‘absolument pas question de céder, aucune religion quelle qu’elle soit, ne peut nous imposer ses valeurs à elle. Nous devons soutenir les professeurs, les protéger, les former, et en même temps les accompagner lorsqu’ils sont mis en cause. Peut-être de ce point de vue là, avons-nous des progrès à faire’, analyse-t-il ajoutant que ‘ce combat est celui de l’ensemble des Françaises et des Français (…) : “Aujourd’hui, il faut faire bloc, serrer les rangs et soutenir tous ceux qui agissent efficacement pour lutter contre ce fléau qui mine la République” avant de conclure au sujet de l’interdiction du voile : “si c’est une façon pour la République de réaffirmer sa primauté sur toutes les pratiques religieuses, il ne faut pas hésiter à le faire“. Sur Twitter et après l’assassinat du professeur d’histoire, Alain Juppé écrivait : “Je sors de mon silence politique pour dire mon indignation. La République est frappée au cœur: la liberté de pensée et d’expression, leur transmission par l’éducation. Je pleure avec toutes et tous cet enseignant valeureux. Résistance, résistance au fanatisme islamique criminel“.

 

Hugo Travers s’est rendu en Amazonie pour enquêter sur les incendies qui ravagent la forêt brésilienne

Pour son documentaire « L’Amazonie sous les flammes », le youtubeur HugoDécrypte est parti enquêter sur les vraies causes des incendies qui ravagent la forêt brésilienne. Voilà ce qu’il a appris.

« Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que ce qu’il se passe en Amazonie, on a une responsabilité dedans qui est directe« , estime Hugo Travers. Selon le youtubeur, nous sommes directement liés aux incendies qui ravagent la forêt amazonienne, notamment par notre alimentation. « On va manger de la viande au quotidien dans notre vie de tous les jours et cette viande elle va venir du Brésil et quand elle vient du Brésil, elle vient de tout ce mode de production qui a pour conséquence en fait d’assécher les rivières, d’avoir un impact direct sur les populations qui sont sur place et donc de réellement mettre en danger l’Amazonie« , développe Hugo. En effet, pour lui, il est évident que l’élevage de bétail, la culture de soja et la culture d’eucalyptus fragilisent l’Amazonie.

La déforestation a atteint des records

Hugo Travers s’est donc rendu sur place pour montrer ce qu’il s’y passe. « Il fallait aller sur le terrain pour le raconter, pour le montrer« , souligne le youtubeur. Depuis l’élection du président Jair Bolsonaro au Brésil, la déforestation a atteint des records en Amazonie. « Chaque année, les terres sont de plus en plus fragilisées et donc la propagation des incendies (…)

Lire la suite

Disparition Estelle Mouzin: Fourniret et son ex-épouse de retour dans les Ardennes

Ville-sur-Lumes (France) (AFP) – Michel Fourniret et son ex-épouse Monique Olivier sont arrivés lundi après-midi à Ville-sur-Lumes, dans les Ardennes, où le tueur en série est accusé d’avoir séquestré et tué en 2003 Estelle Mouzin, convoqués dans l’objectif de retrouver le corps de l’enfant après des fouilles infructueuses en juin. 

Acheminant le duo, selon une source proche de l’enquête, un convoi de 21 véhicules — de gendarmerie, policiers et militaires — est arrivé à 15H00 dans la localité, devant la maison où Monique Olivier affirme que son ex-époux a séquestré, violé et tué Estelle Mouzin, 9 ans, a constaté l’AFP.La rue passant devant la bâtisse était bouclée par la gendarmerie. 

L’ADN partiel d’Estelle Mouzin a été retrouvé à deux endroits sur un matelas saisi dans cette maison, un temps occupée par la sœur du criminel.Des fouilles y avaient été menées fin juin, en vain, pour tenter de retrouver le cadavre de la fillette. 

L’objectif de la juge d’instruction Sabine Khéris, qui a repris les investigations en 2019 et obtenu les aveux du couple, est avec cette convocation de raviver les souvenirs du tueur en série de 78 ans, dont les déclarations alambiquées et l’état neurologique compliquent la recherche. 

Le programme exact « évoluera en fonction des déclarations des mis en examen » et « pourrait s’étaler sur plusieurs jours », selon une source proche de l’enquête. 

Le couple pourrait aussi être conduit au château du Sautou, propriété de 15 ha ayant appartenu à « l’ogre des Ardennes », non loin de Ville-sur-Lumes, également fouillé sans succès en juin.

Comme lors de cette opération, un dispositif « très réactif » a été déployé, comptant des experts de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie, et un « dispositif de fouilles est prêt à être enclenché » si nécessaire, avec notamment la mobilisation d’une tracto-pelle, a indiqué une autre source proche de l’enquête. 

Les deux ex-époux avaient au préalable été confrontés, le 15 octobre, à Guermantes (Seine-et-Marne), sur les lieux de la disparition de la fillette à son retour de l’école le 9 janvier 2003.

A Guermantes, Monique Olivier a confirmé « l’implication de Michel Fourniret dans la disparition d’Estelle », avait déclaré à la presse Me Didier Seban, avocat d’Eric Mouzin, le père de la fillette. 

Mis en examen en novembre 2019 pour « enlèvement et séquestration suivis de mort », Michel Fourniret avait avoué en mars sa responsabilité dans l’affaire: « Je reconnais là un être qui n’est plus là par ma faute », avait-il déclaré à la juge.

Il avait estimé « pertinent » que le corps de la fillette puisse se trouver dans l’une de ses anciennes propriétés des Ardennes.

En août, Monique Olivier, qui avait déjà accusé son ex-mari du meurtre de la fillette, a été mise en examen, pour « complicité ».

Michel Fourniret a été déclaré coupable en 2008 des meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001 et condamné à la perpétuité incompressible, puis à nouveau condamné en 2018 pour un assassinat crapuleux. 

En février 2018, il a avoué avoir tué deux autres jeunes femmes dans l’Yonne: Marie-Angèle Domece, disparue en 1988 à 19 ans, et Joanna Parrish, 20 ans, retrouvée morte deux ans plus tard.