Samedi noir sur les routes des vacances : 760 km de bouchons relevés à la mi-journée, un dimanche plus allégé

CIRCULATION – Le samedi 1er août était classé noir sur les routes et autoroutes de France. 760 km de bouchons ont été enregistrés à 12h.

Dès l'aube, pare-choc contre pare-choc. Dans le sens des départs, la journée de samedi était classée noire. Et dès 6h ce samedi matin, les premières difficultés ont été recensées sur plusieurs autoroutes du sud de la France. Bison Futé avait annoncé – sans se tromper – que la circulation serait « extrêmement difficile » sur une grande majorité du territoire métropolitain. Il précisait même que les embouteillages seraient particulièrement importants en « Bourgogne, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes et sur l’arc méditerranéen ». 
5h10 de parcours au lieu de 1h30
Dans la matinée, ces prévisions se sont vérifiées. Plusieurs bouchons étaient signalés autour de Lyon dont un ralentissement de 24 km sur l'A7 entre Lyon et Valence. D'autres ralentissements sur succédaient ensuite toujours sur l'A7 au sud de Valence avec 12 km de ralentissements au niveau de Privas puis encore 5 km au nord d'Avignon.  En milieu de matinée, d'autres perturbations étaient signalées cette fois sur l'A10 au sud de Paris, en direction d'orléans mais aussi au sud de (…)

Lire la suite

Canicule : la France en alerte

La France est entrée dans une importante vague de chaleur. Météo France place 45 départements en vigilance orange canicule, sur un axe qui va de l’Ariège jusqu’au Nord, en passant par l’Ile-de-France. Partout dans le pays, l’activité doit s’adapter.

Bordeaux est l’une des villes où le mercure va le plus grimper vendredi 7 août. Les promeneurs se préparent à la canicule, « on sort le matin, et on fait la sieste l’après-midi » confie l’un d’eux. On attend jusqu’à 37° vendredi 7 août l’après-midi sur le Grand Ouest. A l’est, soleil de plomb et rue déserte à Besançon (Doubs). Pour trouver des habitants, il faut d’abord repérer les zones d’ombre.

Un numéro vert pour répondre aux questions sur la canicule

Changement de décor et d’ambiance en Normandie, les plages ne désemplissent pas, comme à Houlgate (Calvados). Depuis une semaine, les sauveteurs sont très sollicités : « on a eu beaucoup de malaises sur la plage, cette chaleur va nous apporter plus de travail« , confie le brigadier-chef Rodolphe Blangy. La vigilance est accrue, le ministre de la Santé Olivier Véran s’est rendu en Dordogne auprès de personnes âgées. Il a annoncé la création d’un numéro vert, pour toute question liée à la canicule, le 0 800 06 66 66.

Lire la suite

Nouveau protocole sanitaire : voici à quoi devrait ressembler la première rentrée scolaire à l’ère du Covid-19

EN BREF – Le ministère de l’Education nationale a mis en ligne mercredi la nouvelle version du protocole sanitaire de rentrée applicable dans les écoles et les établissements scolaires. Pour ne pas entraver le retour de tous les élèves en septembre, certaines mesures, dont la distanciation physique ont été assouplies.

« À moins d'un brutal changement de contexte sanitaire, cette version devrait être la dernière d'ici la rentrée ». C'est en toute discrétion, qu'a été mise en ligne ce mercredi, sur le site du ministère de l’Education nationale, le nouveau protocole sanitaire de rentrée applicable dans les écoles et les établissements scolaires, livrant un aperçu de ce à quoi devrait ressembler ce premier retour en classe des écoliers sous l'ère Covid-19.

Repéré par Le Monde, le document de sept pages n’a fait l’objet d’aucune communication officielle auprès du grand public, mais a été rédigé le 9 juillet, « date à laquelle les discussions ont repris avec les autorités sanitaires » avant d'être transmis aux recteurs d’académie dès le 20 juillet, a précisé le ministère au quotidien.
Le mot d'ordre ? Assouplir les règles, selon les recommandations du Haut Conseil de la santé publique dans (…)

Lire la suite

«Le Liban c’est la famille de la France»

Pour témoigner de son soutien, Emmanuel Macron s’est rendu à la capitale à la suite de l’explosion dramatique qui l’a secouée. Il en faudra certainement davantage au peuple libanais pour se relever.

Emmanuel Macron est arrivé à Beyrouth le 6 août pour témoigner de l’amitié de la France au pays du cèdre après un drame de plus dans «ce pays bien-aimé», pour reprendre les mots du journaliste Jean‑Dominique Merchet.

Une catastrophe qui fait la une des médias français et qui émeut, comme tous les drames traversés par le Liban. Pourquoi ce pays nous touche-t-il à ce point?

Les liens historiques de la France avec lui sont connus: «Le Liban c’est la famille de la France», résume le ministre des Affaires étrangères Jean‑Yves le Drian. «Une évidence qui s’impose, parce que c’est le Liban, parce que c’est la France», dit le président français à son arrivée.

À LIRE AUSSI Lettre ouverte à Monsieur le président Macron

Un intérêt français ancien

L’intérêt d’Emmanuel Macron pour le pays du cèdre n’est pas nouveau. Il l’a marqué dès sa campagne électorale par une visite en janvier 2017, puis ses équipes diplomatiques ou des nominations importantes (à la tête de la DGSE par exemple) ont compté plusieurs diplomates anciennement en poste à …

Lire la suite

Le philosophe Bernard Stiegler est mort : pendant le confinement, il appelait à « un sursaut »

Dans un entretien accordé à Ouest-France en mai 2020, pendant le confinement, le directeur de l’Institut de recherche et d’innovation et président de l’association Ars Industrialis prônait à un changement de paradigme.

« Un contemporain hors du commun, qui a cherché à inventer une nouvelle langue et de nouvelles subversions. » Le Collège international de philosophie a annoncé jeudi 6 août le décès de Bernard Stiegler, à l’âge de 68 ans.

Le directeur de l’institut de recherche et d’innovation (IRI), créé en 2005 au centre Pompidou, a été professeur à l’Université de Compiègne et directeur de l’Ircam. Ce Centre a pour mission de créer une interaction entre recherche scientifique, développement technologique et création musicale contemporaine.

Son parcours n’est pas banal. C’est au cours d’un séjour de cinq ans en prison, pour braquages de banque à main armée, qu’il va s’inscrire à des études …

Lire la suite