Institutions : le président souhaite une dose de proportionnelle et moins de parlementaires

Le président de la République a annoncé jeudi 25 avril vouloir introduire une dose de proportionnelle de 20% pour les députés, et une réduction du nombre de parlementaires entre 25 et 30%.

Il était nécessaire de répondre à la crise de confiance envers les hommes politiques. Pour ça, le chef de l'État a proposé jeudi 25 avril, lors de sa conférence de presse, d'instaurer une dose de proportionnelle de 20% chez les députés. Le but : obtenir un Parlement plus représentatif du paysage politique français. "Si les députés sont trop éparpillés entre les groupes politiques, on a beaucoup de mal, ensuite, à gouverner le pays", prévient toutefois Anne Levade, professeur de droit public.

Jusqu'à 30% de députés en moins

Autre proposition du président de la République, réduire le nombre de parlementaires jusqu'à 30% pour faire des économies. L'Assemblée nationale pourrait donc passer de 577 à 404 députés, alors que le nombre de sénateurs serait plafonné à 244, contre 348 aujourd'hui. L'Assemblée nationale compte pourtant déjà moins de représentants que chez certains de nos voisins européens. Il y a ainsi 709 députés au Bundestag en Allemagne, et 650 à la Chambre des communes au Royaume-Uni.

Lire la suite

Ce que l’on sait des 5 milliards d’euros de baisse d’impôt sur le revenu annoncées par Emmanuel Macron

Cette diminution des prélèvements obligatoire devrait concerner tous les foyers imposables sauf les plus "aisés", dès le 1er janvier 2020.

Une baisse "significative" de l'impôt sur le revenu. C'est la promesse qu'a formulée Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse, à l'Elysée, jeudi 25 avril. Cette diminution doit répondre à "l'injustice fiscale" dénoncée lors du grand débat, selon le chef de l'Etat. Mais beaucoup de questions se posent sur les modalités et le financement de cette mesure.

Qu'a annoncé le chef de l'Etat ?

La mesure était attendue. Jeudi, Emmanuel Macron a proposé de réduire "significativement" l'impôt sur le revenu. "Je ne veux pas de hausse d'impôts et je veux des baisses pour ceux qui travaillent, en réduisant significativement l'impôt sur le revenu", a-t-il affirmé. "La meilleure orientation pour répondre au besoin de justice fiscale n'est pas d'augmenter les impôts de tel ou tel, mais de baisser l'impôt du maximum de nos concitoyens, et des classes moyennes au premier chef", a expliqué le chef de l'Etat.

Au total, le président de la République a estimé à environ cinq milliards d'euros la baisse de l'impôt sur le revenu, qui rapporte plus de 75 milliards par an à l'Etat. Une somme qui vient s'ajouter à la suppression progressive de la taxe d'habitation ou encore à "la défiscalisation et désocialisation" des heures supplémentaires, annoncées en (...)

Lire la suite

Pourquoi les 31 requins-marteaux de Nausicaà sont-ils morts ?

À Boulogne-sur-Mer, le dernier requin-marteau encore en vie parmi les 31 venus d'Australie depuis 2011 a été retrouvé mort dans son bassin.

Le centre national de la mer Nausicaà, à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), a annoncé jeudi 15 avril 2019 la mort de son dernier requin-marteau. Il était le seul avoir survécu parmi les 30 spécimens reçus d'Australie depuis 2011. Une hécatombe ! L'animal – un mâle de 9 ans – souffrait d'une infection et ne s'alimentait plus correctement depuis plusieurs semaines. Retiré du grand aquarium pour être isolé dans un bassin, il était surveillé de près par les soigneurs.

⋙ Vidéo 360° : nagez avec... 700 requins !

"Malgré les efforts et le dévouement de l’équipe aquariologique, l’état du requin marteau ne s’est pas amélioré, est-il écrit dans le communiqué publié sur la page Facebook du centre. Cet événement est particulièrement triste pour Nausicaá et nous tenons à souligner le professionnalisme de nos équipes et les soins attentionnés apportés quotidiennement aux animaux."

⋙ L'interminable deuil d'une orque, qui a maintenu à flot son bébé mort sur 2 000 km !

Deux jours plus tôt, le lundi 22 avril, un petit d’environ huit mois, avait succombé à une fusariose, (...)

Lire la suite

Manager, vous avez peur du télétravail ? Voici huit conseils pour bien gérer vos salariés à distance

ON A LU – Le télétravail se développe toujours plus. Mais les managers ont encore souvent tendance à penser que cette pratique peut diminuer leur légitimé et leur rôle. "Manager le travail à distance et le télétravail", de Daniel Ollivier, aux éditions Gereso, dit le contraire et donne des clés pour bien gérer un collaborateur à distance.

Rendu possible par le déploiement des nouvelles technologies, le télétravail est à la mode et s’impose peu à peu. Et cela devrait continuer : selon les études, environ 60% des emplois seront "télétravaillables" à l’horizon 2030 et un tiers de managers seront concernés. Comment faire avec ? Le livre "Manager le travail à distance et le télétravail", de Daniel Ollivier, spécialiste du télétravail et fondateur de Thera conseil, cabinet spécialisé dans le domaine de l’efficience managériale, donne des clés. Pas de "recette miracle", mais une foule de bons conseils et réflexions.

Ce mode de travail bouleverse en effet les fondamentaux : avant, la notion de management induisait une proximité physique. Aujourd'hui, la distance oblige à repenser le positionnement de l'encadrant dans l’exercice de son métier, et donc son rôle, sa valeur ajoutée, ses postures et ses méthodes de travail.
D’autant (...)

Lire la suite

Emmanuel Macron : comment financer une baisse d’impôt de 5 milliards d’euros ?

15 millions de foyers devraient bénéficier d'une baisse de l'impôt sur le revenu dès l'an prochain. Le gouvernement compte financer cette mesure estimée à 5 milliards d'euros grâce à la suppression de certaines niches fiscales.

Objectif reconquête. Lors de sa conférence de presse jeudi 25 avril, Emmanuel Macron a annoncé une baisse significative de l'impôt sur le revenu dès l'an prochain. Pour parvenir à cette réduction de 5 milliards d'euros, l'exécutif pourrait créer de nouvelles tranches, avec des seuils plus bas de 5 et 10%. Selon Bercy, 15 millions de foyers profiteront de cette baisse d'impôt, le gouvernement veut privilégier les classes moyennes. "Ce qui est sûr, c'est que ça accroît la complexité de l'impôt sur le revenu parce qu'il faudra inventer des seuils et une mécanique qui fassent en sorte que tout le monde n'en bénéficie pas, mais simplement ceux qui payent peu d'impôts", analyse Vincent Drezet, secrétaire national du syndicat Solidaires finances publiques.

S'attaquer aux niches fiscales

Pour financer cette mesure, Emmanuel Macron a évoqué la suppression de niches fiscales pour les entreprises, mais pas pour les ménages. Enfin, le chef de l'État a avancé l'idée d'un possible allongement de la durée de cotisation retraite, sans toucher à l'âge légal de départ. Selon l'exécutif, la baisse d'impôt sera effective dès le 1er janvier prochain.

Lire la suite