Emmanuel Macron : une « réaffirmation des fondamentaux » pour Stanislas Guérini (LREM)

Bon nombre d'observateurs pensaient trouver dans l'allocution et la conférence de presse du président Emmanuel Macron, jeudi 25 avril, les contours d'un nouveau virage politique. Le délégué général de La République En Marche Stanislas Guérini penche plutôt pour une "réaffirmation des fondamentaux."

Pour Stanislas Guérini, délégué général de La République en marche, le président a maintenu le cap lors de sa conférence de presse jeudi 25 avril. "Je n'ai pas vu de virage dans la proposition faîte aux Français. Des fondamentaux ont été réaffirmés comme la valorisation du travail, la baisse des impôts ou la lutte contre les inégalités de destin" précise le représentant du parti de la majorité.

Changement de forme dans le discours

Il concède cependant un changement de méthode et de discours, évoquant même le terme "révolution". Pour Guérini, "le président associe beaucoup plus les Français en les mettant au cœur des politiques publiques ,en concertation avec des territoires différents". Selon lui, les mesures annoncées comme la baisse de 5 milliards d'impôts sur le revenu ou encore le seuil minimal de 1 000 euros pour les retraites confirment les orientations déjà entreprises. Seule la méthode change.

Lire la suite

Annonces : Emmanuel Macron veut réindexer les retraites sur l’inflation

Dans sa conférence de presse tenue jeudi 25 avril à l'Élysée, le président de la République a annoncé la réindexation des retraites sur l'inflation. Le montant minimum des plus basses pensions devrait être revalorisé et atteindre 1 000 € par mois.

Ils attendaient un geste en leur faveur. Les retraités touchant moins de 2 000 € par mois verront leur pension réindexée sur l'inflation dès le 1er janvier prochain. Toutes les retraites seront concernées par cette mesure à partir de 2021. "C'est un bien et il a bien fait de le faire. N'oubliez pas qu'au tout début des 'gilets jaunes', dans les carrefours, il y avait un maximum de retraités", rappelle un homme. Par ailleurs, le chef de l'État a indiqué que la pension minimum serait évaluée à la hausse. Elle passerait de moins de 700 euros à 1 000 € pour une carrière complète.

"On ne vit pas avec 1 000 € dans le monde d'aujourd'hui"

Dominique Albert est agriculteur depuis ses 17 ans et il aimerait prendre sa retraite dans deux ans. Il estime que malgré cette revalorisation, "on ne vit pas avec 1 000 € dans le monde d'aujourd'hui". Enfin, pour financer la dépendance, le président de la République a écarté l'idée de supprimer un jour férié. Les retraités attendent de savoir quels seront les arbitrages.

Lire la suite

Bonne nouvelle pour l’une des baleines les plus menacées au monde

La population des baleines de Biscaye est restreinte, seuls 450 individus vivent dans l'Atlantique Nord. Les scientifiques s'inquiètent du déclin de ces grands mammifères.

C'est un heureux événement pour le monde marin. Une baleine de Biscaye a donné naissance à sept petits, une portée considérable pour ce mammifère. Cette reproduction est une lueur d'espoir pour cette espèce particulièrement menacée. En effet, le caractère paisible de ces baleines en a fait une cible privilégiée des chasseurs, au point que sa capture a été mondialement interdite dès 1937 pour empêcher son extinction. Malgré cette mesure radicale, la survie de cet animal marin est encore mise en péril par l'homme.

Une population en déclin

Sur les 73 baleines de Biscaye retrouvées mortes entre 1970 et 2006, près de la moitié ont été des victimes directes des activités humaines. Certaines se sont emmêlées dans les filets de pêche, d'autres sont entrées en collision avec des bateaux ou encore déstabilisées par la pollution sonore. Ces nuisances ont attisé les inquiétudes des scientifiques, d'autant plus qu'aucune nouvelle naissance n'avait été recensée en 2018. "Si nous ne prenons pas les choses au sérieux et ne trouvons pas une solution, ça pourrait être le début de la fin", s'alarmait le spécialiste Barb Zoodsma.

Heureusement, en ce début d'année, sept mères ont été observées aux cotés de leur baleineau, un signe positif bien que la (...)

Lire la suite

Emmanuel Macron : un changement de ton pour de nouvelles annonces

La responsable du service politique de France 2, Nathalie Saint-Cricq, estime qu'Emmanuel Macron a changé de ton pour tenter de convaincre les Français lors de sa conférence de presse jeudi 25 avril. 

Un coup de pouce fiscal, un coup de pouce en faveur des retraités : Emmanuel Macron est-il déjà en campagne ? "Il est en campagne de reconquête des Français avec une attention toute particulière pour les retraités, les classes moyennes ou alors ceux qu'on appelle 'les oubliés', 'les invisibles', tous ceux qui veulent simplement des services publics, de l'internet, des médecins, des écoles et des revenus décents", explique la journaliste Nathalie Saint-Cricq. "C'était devenu franchement nécessaire vu son taux d'impopularité et l'ambiance délétère qui règne depuis six mois. Qu'il pense à 2022 et la présidentielle, il n'y a pas de doute, même s'il s'en défend, mais pour en arriver là, encore faut-il obtenir des résultats maintenant et finir le quinquennat autrement qu'en lambeaux".

Des "gilets jaunes" toujours pas convaincus

Le chef de l'État a-t-il convaincu ? "C'est difficile à dire. Les 'gilets jaunes', sûrement pas, mais c'était relativement couru d'avance. Les Français constatent de façon concrète des améliorations dans leur quotidien. Le chef de l'État a changé de ton : pas d'arrogance, du mea culpa, des hésitations...", conclut Nathalie Saint-Cricq.

Lire la suite

Moustiques tigres : 70% du territoire colonisé ou en passe de l’être, 9 nouveaux départements en vigilance rouge

SURVEILLANCE - Vecteur notamment du chikungunya, de la dengue et du virus zika, l'insecte nuisible originaire d’Asie du sud-est est désormais présent dans 51 départements selon la carte 2019 rendue publique ce vendredi par Vigilance Moustiques. Soit une augmentation de 42% en seulement deux ans.

Comme en 2018, la saison des moustiques est en avance cette année. Et porteuse d'une bien mauvaise nouvelle : l'insecte cauchemar de nos nuits d'été fait son retour en force. Publiée ce vendredi, soit quelques jours avant le lancement du Plan anti-dissémination d’arboviroses (les virus transmis par les moustiques ou les tiques notamment), la carte du moustique tigre 2019 témoigne en effet de la progression fulgurante sur le territoire de ce nuisible originaire d’Asie du sud-est, et introduit sur le territoire européen par l’intermédiaire de navires. 

Pas moins de 51 départements sont désormais colonisés selon Vigilance Moustiques qui chaque année depuis 2013, publie une carte à partir des données officielles, soit neuf placements en vigilance rouge de plus que l'an dernier. En incluant, ceux qui sont en passe de l'être, le chiffre atteint 66 départements, soit près de 70% du territoire. Alors que la colonisation de l'ensemble du territoire continue son accélération vers le nord, la (...)

Lire la suite