Ariège : bonne surprise, 370 000 masques de protection dormaient dans le sous-sol d’un hangar

Le maire de la commune de Lavelanet s’est souvenu de leur présence, le stock datait de l’épidémie de H1N1 il y a dix ans.

Alors que les personnels soignants réclament à cor et à cri des masques de protection afin de travailler dans de meilleurs conditions, une bonne nouvelle est parvenue de Lavelanet, en Ariège. Son maire, Marc Sanchez, s’est souvenu il y a quelques jours que du matériel médical dormait paisiblement dans le sous-sol d’un hangar. Pas moins de 370 000 masques de protection ont été découverts.

Soixante palettes de masques FFP2

Avant que la commune ne rachète ce bâtiment, celui-ci appartenait à un fabricant de vêtements militaires, mais aussi de masques de protection. Ce stock, constitué de 60 palettes, avait été produit en vue de l’épidémie de H1N1 qui sévissait en 2009 et 2010. A nos confrères de La Dépêche, il explique s’être souvenu que du matériel médical se trouvait dans le sous-sol. Sans imaginer qu’il y aurait autant de masques. Les services de l’Etat ont été immédiatement alertés, et le matériel distribué à différents établissements de santé.

Covid-19 : ce qu’il faut retenir du « point de situation » du gouvernement

ANNONCES – Lors d’une longue conférence de presse ce samedi 28 mars, Edouard Philippe et Olivier Véran ont explicité la stratégie adoptée par l’exécutif pour endiguer l’épidémie due au coronavirus. Places en réanimation, Ehpad, outre-mer, tests… Voici les principales annonces à retenir.

« Les Français se posent des questions et nous leur devons la plus grande transparence », a reconnu Edouard Philippe dans un tweet ce samedi 28 mars, avant de se lancer dans un point de communication d'une heure et demi. A ses côtés, Olivier Véran, ministre de la Santé, mais aussi le Pr Jérôme Salomon, directeur général de la Santé, la Pr Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine, et le Pr Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’institut Pasteur. 

Se relayant au pupitre, tous ont insisté sur la vitesse de propagation du Covid-19 en France et en Europe et la nécessité des gestes barrières et du confinement. Alors que les mesures ordonnant aux Français de rester chez eux ont été prolongées de deux semaines, à compter de mardi prochain, le Premier ministre a prévenu : « Les 15 premiers jours d'avril seront difficiles, encore plus difficiles que les 15 jours qui viennent de s'écouler. » L'exécutif a annoncé de nouvelles (…)

Lire la suite

« C’est un véritable cauchemar », témoignent des Français à bord du Zaandam, paquebot au large du Panama

PANDEMIE – Après l’annonce de quatre décès à son bord, le paquebot Zaandam, actuellement au large du Panama, va organiser une opération de transfert inédite d’une partie de ses passagers à bord d’un autre navire. Les Français parmi eux témoignent.

« Holland America Line confirme que quatre passagers âgés sont décédés à bord du Zaandam », a indiqué la compagnie dans un communiqué diffusé vendredi 27 mars sur son site internet, sans préciser les causes des décès. Au moins deux autres passagers du navire, qui bat pavillon néerlandais, navigue actuellement au large du Panama, et comptant environ 1.800 personnes à son bord, ont été testés positifs au nouveau coronavirus. Près de 200 personnes y sont possiblement contaminées. Parmi elles, plusieurs des 105 touristes français ont témoigné auprès des équipes de TF1.
« Nous sommes confinés sur le bateau depuis dimanche dernier, sans pouvoir sortir de nos cabines, nous indique ainsi l'un d'eux. Nous errons dans le Pacifique pour trouver un port, afin que nous puissions descendre, mais toutes les demandes d'autorisation ont été refusées, dans les différents pays que nous traversons depuis le Chili. » Soit quatorze jours à arpenter les côtes du Chili, du Pérou, de l'Argentine ou de l'Equateur, dans (…)

Lire la suite

Au point d’Edouard Philippe, une crise sociale et économique à éviter en plus de la crise sanitaire

EPIDEMIE – Samedi 28 mars, au terme d’un long point de situation où il aura été autant intervenant que passeur de micros, le Premier ministre a réitéré les mesures prises pour accompagner les travailleurs et les entreprises en cette période de crise sanitaire.

C'était un point de situation fleuve auquel Edouard Philippe avait convoqué le seul représentant de la presse. S'y sont succédé la professeure Karine Lacombe, l'infectiologue Xavier Fontanet, mais aussi le directeur général de la santé Jérôme Salomon et, enfin, le ministre de la Santé Olivier Véran. Pour le Premier ministre, qui a martelé que « le plus dur était à venir », il s'agissait surtout de faire preuve de « transparence » face aux « interrogations légitimes » des Français. 

La première d'entre elle, face à l'ampleur de la vague épidémique, venait interroger la lenteur de réaction du gouvernement, son choix de maintenir les élections municipales. « Au moment où nous avons pris cette décision de confinement, il y avait moins de 8.000 cas sur le territoire national et moins de 200 morts », a-t-il commenté. « Chacun pourra apprécier les moments où les gouvernements ont pris cette décision mais je ne laisserai personne dire qu'il y a eu du retard sur la (…)

Lire la suite

Coronavirus : Philippe et Véran annoncent la commande de nouveaux respirateurs

Une double prise de parole gouvernementale a eu lieu, samedi 28 mars. Le Premier ministre, Édouard Philippe, et Olivier Véran, le ministre de la Santé, ont répondu aux inquiétudes des Français en période de coronavirus et annoncé l’augmentation à 14 000 du nombre de lits équipés de respirateurs.

Au 12e jour du confinement, samedi 28 mars, Édouard Philippe a de nouveau pris la parole, avec une volonté de transparence. “Le combat ne fait que commencer. Les 15 premiers jours d’avril seront difficiles”, prévient-il. S’il ne ferme pas la porte aux explications concernant les décisions prises, il récuse tout retard sur les premières mesures prises pour lutter contre le Covid-19. Le Premier ministre est entouré de médecins et de scientifiques. Pour eux aussi, de nombreuses questions restent en suspens.

100 000 tests d’ici fin juin

Objectif : se montrer clair pour lever le doute qui s’est emparé des Français. La parole est au ministre de la Santé, et c’est lui qui annonce du concret, à commencer par des commandes d’au moins 1 000 respirateurs artificiels faites auprès des producteurs, dont un français. Le nombre de lits équipés devrait passer de 10 000 à 14 000. Concernant le manque de protection pour les soignants, il annonce une commande d’un milliard de masques à l’étranger. Autre annonce : une montée en puissance des tests. Objectif : 50 000 tests par jour d’ici fin avril, 100 000 d’ici fin juin.

Lire la suite