Incendie d’Anglet : la police scientifique sur le terrain

Plus de 24 heures après l’incendie spectaculaire à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), l’enquête doit désormais déterminer l’origine du feu. Depuis ce matin, la police scientifique est sur place.  

Dans la forêt de Chiberta située à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), l’incendie est terminé, mais l’enquête ne fait que commencer. Pour déterminer comment est parti le feu, deux équipes de la police scientifiques sont sur place. Les experts tentent de comprendre le sens du feu, à partir des informations des pompiers. « On regarde de quel côté le feu est arrivé sur chaque arbre, pour trouver le point de départ de l’incendie », explique un des experts.

Un album photo et des prélèvements

Dans une forêt de 250 hectares, le point de départ peut être une zone de plusieurs centaines de mètres. Très vite, un premier indice attire l’attention des enquêteurs : « On a trouvé un reste de lanterne, cela peut être à l’origine d’un départ de feu », confie l’expert. Un album photographique est réalisé, et sert de base de travail aux enquêteurs. Reste à ces derniers d’envoyer des prélèvements au laboratoire, et de découvrir si l’incendie est criminel ou non.

Lire la suite

Seine-Saint-Denis. Un piéton renversé et tué à Saint-Ouen, le conducteur en fuite

Un piéton a été tué, dimanche 2 août, à Saint-Ouen. Une camionnette l’aurait renversé. Le conducteur, qui a pris la fuite, aurait volontairement foncé sur la victime âgée d’une trentaine d’années. Celle-ci est décédée malgré les tentatives de réanimation des secours. Une enquête pour meurtre a été ouverte.

Un homme âgé d’une trentaine d’années est décédé après avoir été renversé, dimanche 2 août, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis). Vers 11 h 30, un chauffard au volant d’une camionnette lui aurait foncé dessus, à l’angle de l’avenue Michelet et de la rue du Landy.

Le conducteur aurait ensuite, selon les premiers éléments de l’enquête, donné plusieurs coups de volant afin de faire tomber le piéton encore accroché au capot, rapporte Le Parisien. Il aurait ainsi volontairement percuté plusieurs véhicules stationnés le long de l’avenue, afin d’éjecter la victime.

Le suspect en fuite

Selon des témoins interrogés par le quotidien francilien, la victime aurait été traînée sur quelques dizaines de mètres. Elle n’a pas n’a pu être sauvée par les secours dépêchés sur place.

Le conducteur de la camionnette, lui, a pris la fuite. Il était toujours recherché, dimanche soir. Une enquête pour meurtre …

Lire la suite

Marseille. Après une fusillade sur l’autoroute A7 et une sortie de route, un homme de 19 ans est mort

Une fusillade a eu lieu sur l’autoroute A7, au nord de Marseille (Bouches-du-Rhône), dans la nuit du dimanche 2 à ce lundi 3 août. Elle a ciblé un véhicule qui a ensuite fait une sortie de route. Le conducteur de 25 ans est gravement blessé et son passager, âgé de 19 ans, est mort sur le coup.

Une voiture a fait une sortie de route alors qu’elle circulait sur l’autoroute A7, dans le sens Aix-Marseille (Bouches-du-Rhône), après avoir été criblée de balles, dans la nuit du dimanche 2 à ce lundi 3 août, rapporte La Provence. Cette fusillade s’est déroulée peu après la sortie des Aygalades.

Le véhicule, une Renault Clio de couleur noire, a terminé sa course dans un talus. Son conducteur, âgé de 25 ans, a été gravement blessé lors de la fusillade et son passager, de 19 ans, est décédé sur le coup.

Une précédente fusillade au même endroit

La fusillade s’est déroulée en pleine circulation. La brigade criminelle de la police judiciaire se charge actuellement de mener l’enquête.

L’A7 était fermée à la circulation dans le sens Aix-Marseille, ce lundi matin, rapporte Var-Matin. Les automobilistes devaient obligatoirement sortir au niveau des Aygalades, rendant la circulation très difficile à ce…

Lire la suite

Calvados : quatre balcons d’un immeuble s’effondrent dans la nuit

Dans la nuit de samedi à dimanche à Trouville-sur-Mer, quatre balcons d’un même immeuble se sont effondrés. Aucune victime n’est à déplorer. Une expertise va être menée pour établir les causes de cet effondrement groupé.

La description de l’incident pouvait laisser craindre des blessés plus ou moins graves, il n’en a rien été. Dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 août, quatre balcons d’un même immeuble de six étages se sont ainsi effondrés à Trouville-sur-Mer, dans le Calvados. Citée par France Bleu, Sylvie de Gaetano, maire de Trouville-sur-Mer, évoque un effet domino : “Visiblement, le balcon du 4e étage se serait effondré, entraînant dans sa chute les 3 balcons du dessous, mais nous n’en savons pas plus”.

Effondrements de balcons à Trouville-sur-Mer : aucune victime physique

Il était aux alentours de trois heures du matin quand les secours ont été appelés sur les lieux. Se sont déplacés vingt-trois pompiers de même que l’unité spécialisée de sauvetage en déblaiement. Les reconnaissances menées ont notamment permis de confirmer qu’aucune victime n’était à déplorer. Dans des propos repris par Ouest-France, le Codis (Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours) de Caen indique que l’unité spécialisée “s’est également assurée de la stabilité des autres balcons afin qu’il n’y ait pas d’autres risques”.

Pas de relogement prévu pour l’heure

Les assurances vont mener une expertise visant à comprendre comment ces effondrements ont-ils pu se produire. De son côté, la mairie assure que l’immeuble n’était pas connu pour sa vétusté. Quoi qu’il en soit, les débris ont beau avoir été ramassés, les dégâts demeurent. Aux dernières nouvelles, les habitants directement impactés ne se sont pas vu proposer un relogement. Jusqu’à nouvel ordre, il leur est interdit de (re)monter sur leurs balcons.

Ille-et-Vilaine : le cambrioleur présumé se cuit des pâtes, passe le balai et revient le lendemain

Dans la nuit de vendredi à samedi à Rennes, un homme de sans domicile fixe de 20 ans a été interpellé. Le suspect revenait dans le logement qu’il aurait cambriolé la veille et dans lequel il s’était notamment cuit des pâtes.

Les faits semblent remonter à la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 août derniers, à Rennes (Ille-et-Vilaine). Un individu a fracturé la porte d’un logement en se servant d’un extincteur. Personne ne se trouvait visiblement à l’intérieur. L’intrus a donc pu passer la soirée dans cet appartement, relate Ouest-France. Il s’est notamment cuit des pâtes, a ouvert des bouteilles d’alcool, pris une douche et écouté de la musique sur la chaine hi-fi.

Après y avoir volé vêtements et chéquier, il revient dans le logement

Si, avant de quitter les lieux, le cambrioleur a passé le balai, à leur retour, les légitimes locataires ont néanmoins pu remarquer qu’il leur manquait des vêtements ainsi qu’un chéquier. C’est la nuit suivante que l’auteur présumé du cambriolage a été interpellé. L’individu revenait tout simplement dans cet appartement, pensant visiblement qu’il pourrait une nouvelle fois y passer du bon temps.

Le mis en cause a reconnu les faits

En remarquant que cette personne portait un sweat à capuche et un short lui appartenant, l’occupant du logement a reconnu son intrus. Et les forces de l’ordre d’avoir appréhendé ce dernier. Cet homme de 20 ans, sans domicile fixe et originaire du Gabon, a reconnu les faits. Il en avait d’ailleurs commis d’autres par le passé, d’où un profil déjà connu des autorités. Il a depuis été conduit dans un centre de rétention administrative en région parisienne. En situation irrégulière sur le territoire français, il était apparemment attendu qu’il soit expulsé vers son pays d’origine.