Trois amendes requises contre le directeur de l'abattoir d'Alès épinglé par L214

Une femme membre de l #39;association L214 tient une pancarte pr ocirc;nant la fermeture des abattoirs, le 23 mars 2017 devant le tribunal d #39;Al egrave;s (Gard). (SYLVAIN THOMAS / AFP)
Franceinfo - AA

Cet homme est poursuivi après la diffusion d'une vidéo de l'association L214 qui a eu un retentissement national en octobre 2015. Le jugement est mis en délibéré au 8 avril.

La vidéo avait eu un retentissement national en octobre 2015. Trois amendes de 750 euros ont été requises, lundi 11 février, devant le tribunal de police d'Alès (Gard), contre le directeur de l'abattoir de la ville. Jack Pagès est poursuivi après la diffusion d'une vidéo de l'association L214. Le procureur de la République d'Alès, François Schneider, a assuré que seules trois infractions, sur les 175 relevées au cours de l'enquête, avaient pu être poursuivies. Cela s'explique par le fait que les images n'ont pu être datées et que la prescription s'appliquait alors à la plupart des infractions, notamment pour les maltraitances et les actes de cruauté.

"'La montagne a accouché d'une souris' : c'est possible mais c'est le droit", a souligné le procureur, en reprenant l'une des critiques acerbes des avocats des associations de défense des animaux qui se sont portées parties civiles. "Aujourd'hui, cela tient carrément du miracle qu'une audience se tienne avec ces trois contraventions de quatrième classe", pour "des infractions qui ont perduré jusqu'au dépôt de plainte", a-t-il souligné. Il a requis "le maximum prévu" dans ce cadre contre Jack Pagès.

"Des images d'une violence absolue"

Caroline Lanty, avocate de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

X fermer la publicité
     © Free 2018