Votre banque va-t-elle vraiment maintenir les dividendes promis avec le coronavirus ?

En début d’année, les banques et les assureurs prévoyaient majoritairement d’augmenter les dividendes par action versés au titre de 2019. Avec l’épidémie de coronavirus, les établissements financiers vont-ils revenir sur leur promesse ?

Face à l’épidémie de Covid-19, qui va peser sur le chiffre d’affaires des entreprises de toutes tailles, plusieurs sociétés cotées ont annoncé qu’elles allaient revenir sur les promesses de dividendes formulées en début d’année. C’est le cas d’Airbus.

L’avionneur européen a prévenu lundi ses actionnaires qu’il ne proposera finalement aucun versement de dividende, au titre des bénéfices de 2019, durant l’assemblée générale de mai prochain. Intialement, Airbus prévoyait de distribuer 1,4 milliard d’euros, soit 1,80 euro par titre. En Europe, Lufthansa, H&M ou encore Electrolux ont fait savoir qu’elles s’abstiendraient également.

Même décision pour les pétroliers. Total et Shell ont par exemple aussi décidé de suspendre leur rachat d’actions au titre de 2019. Grâce à ces mesures, ces deux sociétés « vont réduire leurs dépenses respectivement de 2 et 5 milliards d’euros et donc préserver leur trésorerie », commente Antoine Fraysse Soulier, responsable de l’analyse de marchés chez eToro.

Lire la suite

Coronavirus : les Français (très) inquiets face à la baisse de leurs revenus

Deux Français sur trois estiment que la crise du coronavirus a déjà, ou aura, un impact négatif sur leurs revenus. Ils sont également inquiets sur l’éducation des enfants, et sur la capacité de leurs services publics à faire face.

Une crise sanitaire d’ampleur historique, mais aussi une crise économique majeure : confinés chez eux, les Français ont bien compris que le coronavirus ne mettait pas en danger que leur santé et celle de leurs proches. Selon une étude statistique menée dans les pays du G7 par Kantar (1), ils sont 66% à estimer que leurs revenus vont baisser suite à la crise. C’est d’ailleurs déjà le cas pour 22% d’entre eux. Un chiffre élevé, mais légèrement inférieur à la moyenne des pays du G7 (71%). Les plus inquiets dans ce domaine sont les Italiens (85%), les Canadiens et les Etats-uniens (75% chacun). A l’inverse, près d’un Allemand sur deux (46%) estime que la crise sera sans incidence financière pour lui.

Evidemment, l’argent n’est pas le seul motif de stress dans le contexte actuel. Il y a bien sûr la crainte de la maladie : 65% seulement des Français se disent ainsi certains de ne pas avoir été infectés par le Covid-19… contre 90% des Italiens ! Il y aussi la fermeture des écoles et des universités : 72% des Français s’inquiètent des conséquences de la crise pour l’éducation de leurs enfants, ou sur leur propre éducation pour les étudiants. C’est le niveau le plus élevé observé dans les 7 pays couverts par l’étude, devant la Grande-Bretagne (71%), le Canada et les Etats-Unis (70%). Autre domaine où les Français sont les plus pessimistes : les services publics. Seul un tiers (33%) estime qu’ils sont prêts à faire face à l’épidémie et à ses conséquences, très loin des Canadiens (65%), des Britanniques (57%) ou des Allemands (56%).

Lire la suite

Impôt : le soutien scolaire, même à distance, reste éligible au crédit d’impôt

Bonne nouvelle pour les parents qui, en plus des cours assurés par les professeurs, envisagent de faire suivre des heures de soutien scolaire à distance à leurs enfants. « A titre exceptionnel » pendant le confinement, ce service d’habitude exercé à domicile sera déductible de l’impôt sur le revenu.

En période de confinement lié au coronavirus, le secteur de l’emploi à domicile souffre particulièrement. Si certaines activités ne peuvent pas être exercées à distance (ménage, jardinage, assistance aux personnes âgées…), il en est au moins une qui peut se pratiquer par vidéo interposée ou messagerie instantanée : le soutien scolaire.

Et parmi les mesures d’aide aux entreprises annoncées le 22 mars par le ministre de l’Action et des Comptes publics, figure une mention spéciale sur les prestations de soutien scolaire réalisées habituellement à domicile, qui ouvrent droit à un crédit d’impôt sur le revenu pour les particuliers employeurs. « Dans les circonstances particulières de la crise sanitaire actuelle, Gérald Darmanin annonce que ces prestations continueront, à titre exceptionnel et temporaire, à ouvrir droit au bénéfice de cet avantage fiscal lorsqu’elles seront amenées à devoir être réalisées à distance pendant la période consacrée à lutter contre la propagation du Covid-19 au cours de laquelle les déplacements sont limités ».

Lire la suite

Chèque énergie : jusqu’à 277 euros dans votre boîte aux lettres

Cette aide distribuée par courrier à près de 6 millions de ménages commence à être envoyée dès aujourd’hui. Elle peut atteindre 277 euros à utiliser jusqu’au 31 mars 2021.

Le chèque énergie arrive. Depuis ce vendredi matin, ce dispositif, attribué sous conditions de ressources, est envoyé progressivement à 5,7 millions de bénéficiaires. Selon votre département de résidence, vous le recevrez entre la fin mars et la fin avril. Les premiers servis seront les résidents du Pas-de-Calais. Les derniers seront notamment les habitants du Var, des Bouches-du-Rhône, des Alpes-Maritimes, des Hautes-Alpes et des Alpes de Haute Provence. Le calendrier exact est disponible ici.

En temps normal, les chèques arrivent dans les boîtes aux lettres 2 à 4 jours après leur envoi. Cette année, il va falloir patienter. « Cela risque d’être plus long », prévient un porte-parole du ministère de la Transition écologique, contacté par MoneyVox. En effet, en raison de l’épidémie de coronavirus, le temps de travail des facteurs passe à trois jours à compter de lundi.

Payer ses factures mais aussi des travaux

Le chèque sert à payer par exemple votre facture d’électricité auprès de votre fournisseur. Vous pouvez aussi en bénéficier pour vos dépenses de gaz, de fioul domestique ou d’autres combustibles de chauffage comme le bois. Idem pour les charges de chauffage incluses dans votre redevance, si vous êtes logé dans un logement-foyer conventionné à l’APL. Certaines dépenses liées à la rénovation énergétique du logement comme l’isolation des combles sont éligibles. Dans ce cas, les travaux doivent être réalisés par un professionnel certifié « Reconnu garant de l’environnement ». Le chèque énergie n’est pas un chèque bancaire. Il n’est pas encaissable auprès d’une banque.

Lire la suite

Coronavirus : les vols de masques se multiplient

La crise sanitaire du coronavirus Covid-19 ne voit pas que la création de beaux mouvements de solidarités. Au contraire, pour des personnes peu scrupuleuses, c’est l’occasion de vols et d’arnaques en tous genres.

Comme le gel hydroalcoolique en début d’épidémie, il y a quelques semaines, les masques de protection sont en pénurie. Un manque qui attire l’appétit de personnes malintentionnées. Ainsi, les vols se sont multipliés, notamment dans les hôpitaux. Dans un établissement du Val-de-Marne, un membre du personnel soignant a été pris en train de dérober du matériel nécessaire à la survie des patients qui affluent dans les hôpitaux de la région Île-de-France. L’homme de 29 ans a été interpellé dans la matinée, jeudi 26 mars.

Des respirateurs revendus sur internet

Sur une plateforme de vente en ligne, il proposait des respirateurs portables à 450 euros chacun. « J’ai été absolument sidéré qu’un employé puisse vendre un matériel d’une telle importance, absolument essentiel à la survie des patients dans le cadre de la crise actuelle de Covid-19 », explique le directeur de l’établissement. À Maison-Alfort (Val-de-Marne), des masques périmés depuis près de dix ans étaient écoulés dans une arrière-boutique par trois commerçants peu scrupuleux. Ils ont été interpellés la semaine passée.

Lire la suite