Transports : le téléphérique à la conquête des villes

Moins coûteux et plus simple à mettre en place, le téléphérique urbain apparaît comme un nouveau moyen de désengorger les routes. Pourtant, de plus en plus de villes abandonnent leurs projets. 

À Toulouse (Haute-Garonne), un téléphérique de quatre kilomètres vient d’être inauguré. Mis en place pour 82 millions d’euros, il vise à désengorger la rocade de la ville. Environ 8 000 passagers quotidiens sont attendus à partir de ce lundi 16 mai. Moins cher à construire et à faire fonctionner qu’un métro ou un tramway, le téléphérique urbain s’installe doucement dans les villes françaises, comme à Brest (Finistère), Grenoble (Isère), Toulon (Var) et Saint-Denis de la Réunion. D’autres sont en projet comme à Ajaccio (Corse) où les travaux doivent commencer en 2023.

De nombreux abandons de projets

Mais ces chantiers se heurtent à la gronde des riverains. À Lyon (Rhône), le projet vient tout juste d’être abandonné. En cause, les atteintes au paysage, à l’environnement et à l’intimité. « Ce que les gens lui reprochent, c’est la possibilité d’une vue plongeante sur des espaces domestiques », explique Olivier Klein, chercheur au CNRS. D’autres villes comme Orléans (Loiret), Marseille (Bouches-du-Rhône) ou Grasse (Alpes-Maritimes) ont également jeté l’éponge pour la même raison.

Lire la suite

Des ateliers de médiation animale dans des maisons de retraite pour apporter des moments de plaisir et d’apaisement

Certains établissements accueillant des personnes âgées organisent des séances de rencontre avec des animaux de compagnie. Caresses, bisous ou soins prodigués à ces visiteurs à poils ou à plumes procurent un mieux-être à leurs résidents… Extrait du magazine « Nous, les Européens » diffusé dimanche 22 mai 2022 à 10h25 sur France 3.

Les bénéfices des animaux de compagnie sur la santé et le moral de leurs propriétaires sont aujourd’hui bien connus car ils ont été mesurés. Des lapins, des chiens ou des poneys sont même devenus les meilleurs alliés de thérapeutes qui interviennent dans des maisons de retraite. Ce jour-là, un atelier de médiation animale se tient dans l’une d’entre elles.

Découper des légumes pour nourrir les lapins ou brosser un chien permet de développer notamment la concentration et la motricité. Alors, qu’est-ce qui plaît à Janine Brouard, 89 ans, dans cette activité ? « Les caresser et quand on leur donne des gâteaux, c’est la grande fête », répond-elle au magazine « Nous, les Européens » (replay).

« L’animal qui leur fait face est un être de vie »

« On travaille essentiellement sur les troubles du comportement puisqu’on est face à des personnes qui présentent des troubles cognitifs sévères qui engendrent des troubles du type anxiété, dépression, repli sur soi… » explique Caroline Laruffa, intervenante en médiation animale.

« L’animal qui leur (…)

Lire la suite

Grève à la RATP : le trafic des bus et tramways sera « fortement perturbé » lundi

La régie des transports parisiens prévoit 3 tramways sur 5 et 2 bus sur 3. Les métros et les RER ne seront pas affectés.

Nouvelle journée de grève à la RATP. Le trafic des bus et des tramways franciliens sera « fortement perturbé », lundi 23 mai, « avec 60% de trafic assuré en moyenne », avertit la régie des transports parisiens. Les métros et les RER ne seront pas affectés. Dimanche après-midi, dans un communiqué, la RATP a dit prévoir 3 tramways sur 5 en moyenne aux heures de pointe. Plusieurs lignes (T1, T3a, T3b et T8) seront à l’arrêt entre la fin de matinée et le milieu d’après-midi. Sur les routes, en moyenne 2 bus sur 3 circuleront, avec l’interruption de certaines lignes.

Des perturbations mardi et mercredi aussi

Deux journées de grève supplémentaires sont prévues mardi et mercredi à l’appel de l’ensemble des syndicats, après la journée du 25 mars qui avait fortement perturbé les réseaux de bus et tramways. « Pour la journée du mardi 24 mai, le trafic devrait être en légère amélioration », a avancé la RATP, dimanche.

Depuis plus d’un an, la RATP négocie avec les syndicats l’adaptation des conditions de travail de ses 18 000 machinistes à l’ouverture à la concurrence. Aucun accord n’ayant été trouvé, la direction a annoncé, début mai, qu’elle prendrait des mesures unilatérales.

Lire la suite

Emploi : de plus en plus de Français optent pour une reconversion professionnelle

A cause de divers facteurs tels que les mauvaises conditions, le salaire ou encore le Covid, beaucoup de Français désirent changer de travail. Mais tous ne parviennent pas à aller jusqu’au bout de leur démarche.

L’inflation et le pouvoir d’achat sont l’une des priorités actuelles des Françaises des Français, qui pensent aussi à leur bien-être au travail. Si l’on n’en croit les dernières enquêtes, beaucoup sont malheureux au travail. Les reconversions se multiplient, grâce notamment au dispositif compte-formation. « Ces cinq dernières années, un actif sur quatre du secteur privé a fait une reconversion professionnelle, selon un rapport de France compétences. Les salariés qui sont le plus désireux de changer de métier sont ceux qui occupent des emplois dits ‘non qualifiés’. 39 % contre 29 % par exemple pour les cadres. Pour ce qui est de réussir, c’est plus compliqué. Le taux de réussite est de 20 % seulement pour les non-qualifiés, contre 34 % des cadres. Moins on est qualifié, plus l’on veut changer de métier mais plus et c’est compliqué », explique Alexandre Hébert depuis la rédaction de franceinfo.

Attention aux arnaques

Ces nombreuses reconversions sont aussi dues au compte professionnel de formation, le fameux CPF, dont on a beaucoup parlé pour dénoncer des arnaques. Mais qu’est-ce concrètement que le compte CPF ? « C’est une somme d’argent que les salariés ont à leur disposition pour se (…)

Lire la suite

Retraites : Elisabeth Borne défend le projet de réforme et promet de « ne pas mentir » aux Français

« Ceux qui voudraient faire croire que la réforme des retraites n’est pas indispensable ne disent pas la vérité aux Français », affirme la cheffe du gouvernement dans « Le Journal du dimanche ».

La Première ministre Elisabeth Borne a défendu dimanche 22 mai le projet de réforme des retraites et a affirmé vouloir « ne pas mentir » aux Français. « Ceux qui voudraient faire croire [que la réforme des retraites] n’est pas indispensable ne disent pas la vérité aux Français », affirme la cheffe du gouvernement dans Le Journal du dimanche (article payant). Cela fait suite à la proposition, formulée par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, de « décaler l’âge légal » de départ à la retraite « de 4 mois par an » pour le porter « en 2031 à 65 ans », avec un dispositif de « carrières longues » et un autre de « pénibilité ».

« La retraite à 60 ans, c’est mentir aux Français »

« L’enjeu, pour notre pays, est d’assurer la force de notre modèle social, de poursuivre le progrès social et d’investir, notamment dans la santé et l’éducation », plaide la Première ministre. « Le président de la République a pris des engagements clairs : ni hausse d’impôts, ni augmentation de la dette. Or, nous vivons de plus en plus longtemps, le rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités diminue… Si on veut préserver le système de retraite par répartition, auquel nos concitoyens sont attachés, il (…)

Lire la suite