Inflation et pauvreté : « l’augmentation est nette, elle est sévère », s’alarme Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire

Avec l’inflation, de plus en plus de personnes en difficulté doivent se tourner vers les associations de solidarité, pour s’en sortir. 

L’inflation a atteint 4,8% sur un an en avril, après 4,5% en mars, un niveau inégalé depuis 1985, a indiqué l’Insee. Les ménages les plus modestes sont directement touchés et les associations tirent le signal d’alarme. « Dans nos structures, on n’a pas vu la population diminuer. En revanche, l’augmentation est nette, elle est sévère », s’alarme vendredi 13 mai sur franceinfo, Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire.

Une situation qui l’inquiète « très sérieusement ». « Le Secours populaire est sur 1 300 lieux, vous pouvez multiplier cette inquiétude par 1 300 », ajoute-t-elle. Une angoisse qui provoque, selon la secrétaire générale du Secours populaire, « la peur et un climat préoccupant ».

Nouveaux bénéficiaires

Parmi les bénéficiaires du Secours populaire, des habitués, qui n’arrivent pas à s’en sortir mais aussi « de nouvelles personnes ». « Quand on a deux salaires et qu’on ne s’en sort pas, imaginez ce qui se passe pour une mère célibataire ». Henriette Steinberg remarque également la présence de plus en plus importante de travailleurs à temps partiel, « à temps contraints ».

Le gouvernement a promis une loi de finances rectificative « pouvoir d’achat », juste après les élections (…)

Lire la suite

Sécheresse : les céréaliers à la peine

La sécheresse touche de plus en plus de régions. En Charente-Maritime, le préfet a pris de nouvelles restrictions drastiques cette semaine. La situation est très préoccupante pour les agriculteurs, et notamment les céréaliers. 

Comme chaque jour, Sébastien Brochet découvre les dégâts de la sécheresse dans ses champs. Ses gousses de petit-pois ne sont pas nombreuses et les grains plus petits. Même constat de sécheresse sur ses pieds de maïs. Pourtant, il avait raison de se réjouir. Le cours du blé n’a jamais été aussi haut. La belle perspective de rendement est anéantie. « Malgré l’affluence du coût des intrants, on pouvait se sortir un peu d’argent alors qu’aujourd’hui ça ne va pas couvrir les frais », estime Sébastien Brochet, céréalier éleveur. Avec les restrictions d’irrigation, l’agriculteur est privé d’arrosage.

Deux tonnes de rendement en moins

À Dompierre-sur-Mer (Charente-Maritime), Mathieu Dorin n’a ni source d’eau ni système d’irrigation. Il aura « deux tonnes de rendement en moins par rapport aux autres années », estime l’agriculteur. Sébastien et Julie Brochet avaient prévu de développer leur activité d’élevage, mais le manque de foin et de paille pourrait freiner leur projet.

Lire la suite

Des ateliers de médiation animale dans des maisons de retraite pour apporter des moments de plaisir et d’apaisement

Certains établissements accueillant des personnes âgées organisent des séances de rencontre avec des animaux de compagnie. Caresses, bisous ou soins prodigués à ces visiteurs à poils ou à plumes procurent un mieux-être à leurs résidents… Extrait du magazine « Nous, les Européens » diffusé dimanche 22 mai 2022 à 10h25 sur France 3.

Les bénéfices des animaux de compagnie sur la santé et le moral de leurs propriétaires sont aujourd’hui bien connus car ils ont été mesurés. Des lapins, des chiens ou des poneys sont même devenus les meilleurs alliés de thérapeutes qui interviennent dans des maisons de retraite. Ce jour-là, un atelier de médiation animale se tient dans l’une d’entre elles.

Découper des légumes pour nourrir les lapins ou brosser un chien permet de développer notamment la concentration et la motricité. Alors, qu’est-ce qui plaît à Janine Brouard, 89 ans, dans cette activité ? « Les caresser et quand on leur donne des gâteaux, c’est la grande fête », répond-elle au magazine « Nous, les Européens » (replay).

« L’animal qui leur fait face est un être de vie »

« On travaille essentiellement sur les troubles du comportement puisqu’on est face à des personnes qui présentent des troubles cognitifs sévères qui engendrent des troubles du type anxiété, dépression, repli sur soi… » explique Caroline Laruffa, intervenante en médiation animale.

« L’animal qui leur (…)

Lire la suite

Grève à la RATP : le trafic des bus et tramways sera « fortement perturbé » lundi

La régie des transports parisiens prévoit 3 tramways sur 5 et 2 bus sur 3. Les métros et les RER ne seront pas affectés.

Nouvelle journée de grève à la RATP. Le trafic des bus et des tramways franciliens sera « fortement perturbé », lundi 23 mai, « avec 60% de trafic assuré en moyenne », avertit la régie des transports parisiens. Les métros et les RER ne seront pas affectés. Dimanche après-midi, dans un communiqué, la RATP a dit prévoir 3 tramways sur 5 en moyenne aux heures de pointe. Plusieurs lignes (T1, T3a, T3b et T8) seront à l’arrêt entre la fin de matinée et le milieu d’après-midi. Sur les routes, en moyenne 2 bus sur 3 circuleront, avec l’interruption de certaines lignes.

Des perturbations mardi et mercredi aussi

Deux journées de grève supplémentaires sont prévues mardi et mercredi à l’appel de l’ensemble des syndicats, après la journée du 25 mars qui avait fortement perturbé les réseaux de bus et tramways. « Pour la journée du mardi 24 mai, le trafic devrait être en légère amélioration », a avancé la RATP, dimanche.

Depuis plus d’un an, la RATP négocie avec les syndicats l’adaptation des conditions de travail de ses 18 000 machinistes à l’ouverture à la concurrence. Aucun accord n’ayant été trouvé, la direction a annoncé, début mai, qu’elle prendrait des mesures unilatérales.

Lire la suite

Emploi : de plus en plus de Français optent pour une reconversion professionnelle

A cause de divers facteurs tels que les mauvaises conditions, le salaire ou encore le Covid, beaucoup de Français désirent changer de travail. Mais tous ne parviennent pas à aller jusqu’au bout de leur démarche.

L’inflation et le pouvoir d’achat sont l’une des priorités actuelles des Françaises des Français, qui pensent aussi à leur bien-être au travail. Si l’on n’en croit les dernières enquêtes, beaucoup sont malheureux au travail. Les reconversions se multiplient, grâce notamment au dispositif compte-formation. « Ces cinq dernières années, un actif sur quatre du secteur privé a fait une reconversion professionnelle, selon un rapport de France compétences. Les salariés qui sont le plus désireux de changer de métier sont ceux qui occupent des emplois dits ‘non qualifiés’. 39 % contre 29 % par exemple pour les cadres. Pour ce qui est de réussir, c’est plus compliqué. Le taux de réussite est de 20 % seulement pour les non-qualifiés, contre 34 % des cadres. Moins on est qualifié, plus l’on veut changer de métier mais plus et c’est compliqué », explique Alexandre Hébert depuis la rédaction de franceinfo.

Attention aux arnaques

Ces nombreuses reconversions sont aussi dues au compte professionnel de formation, le fameux CPF, dont on a beaucoup parlé pour dénoncer des arnaques. Mais qu’est-ce concrètement que le compte CPF ? « C’est une somme d’argent que les salariés ont à leur disposition pour se (…)

Lire la suite